Infowakat | Braquage au domicile de la famille KOMBOÏGO : Les acteurs mis aux arrêts
vendredi 24 novembre 2017
Categories

Braquage au domicile de la famille KOMBOÏGO : Les acteurs mis aux arrêts

Ce jeudi 13 juillet 2017, la Police Nationale du Commissariat de Police de l’Arrondissement de Nongr-Mâasom a présenté à la presse un groupe de présumés délinquants spécialisés dans le vol à mains armées. Huit (8) délinquants et leur butin ont été présentés aux hommes des médias ce matin. La bonne nouvelle est qu’ils (les délinquants) sont ceux qui ont fait irruption dans le domicile de la famille KOMBOÏGO  le 3 juin 2017.

Le Commissaire Emile KADIOGO

C’est une information qui vient lever toute équivoque sur la probable implication du politique dans l’affaire dite de braquage au domicile KOMBOÏGO. Cette affaire avait fait grand bruit au Burkina Faso. L’adversaire politique avait été indexée dans cette affaire et à l’époque l’opposition politique nationale avait demandé au Gouvernement de faire la lumière sur cette affaire qu’elle assimilait à une attaque aux responsables des partis membres du Chef de Fil de l’Opposition Politique. Mais, à en croire les conférenciers, « il s’agit purement d’un acte de banditisme comme les autres ».

Selon les dires du Commissaire Emile KADIOGO, le groupe de ces présumés délinquants « cible ses victimes en se basant sur leurs activités, leur statut social ou leurs moyens de déplacement ». Ainsi, sur le braquage dans la famille KOMBOÏGO, Emile KADIOGO précise que : « Ce n’est pas parce qu’on est homme politique que le délinquants n’envie pas nos biens. Que vous soyez commerçant, fonctionnaire ou homme politique, si le délinquant pense qu’il peut avoir quelque chose en cambriolant votre service ou votre domicile, il sera motivé à le faire ». Aussi, déplore-t-il, « même nous les policiers, nous avons déjà été victime de cambriolage ». Le Commissaire Emile KADIOGO a également tenu à faire savoir que l’enquête menée par la police nationale dans ce sens a abouti aux conclusions que « c’est un braquage comme dans les autres cas où des gens ont été victimes ».

Le mode opératoire de ces présumé délinquants

Les armes utilisées par les présumés braqueurs

Selon les explications du principal conférencier, Commissaire Emile KADIOGO, le groupe ciblait les victimes et en groupe de deux, trois ou quatre selon les cas, ils surgissaient, souvent les visages masqués par des cache-nez et des casquettes, ils surprenaient les victimes et les tenaient en respect. Les menaçant avec leurs pistolets automatiques et même en les brutalisant, ils retiraient numéraires, motocycles, téléphones portables, etc. et même des armes. Une fois leur sale besogne accomplie, ils se retiraient des lieux à l’aide des motocycles. Selon toujours sa narration, le groupe exerçait parfois une violence inouïe sur leurs victimes.

A en croire les conférenciers, le matériel emporté par ce groupe, notamment les motocycles, sont transmis aux nommés NIKIEMA Ali et KOUADA Soumaila alias Monre qui les écoulaient par la suite.

Les présumés délinquant aux arrêts

Ils sont au total huit (8), les présumés délinquants appréhendés par la Police Nationale. Le cerveau du groupe présenté sous le nom de NABOLE Madi avait dans sa bande SANE Mahamadi, Barry Alaye, ZOUNGRANA Louis, TIENDREBEOGO Elysée et OUEDRAOGO Boureima. Il faut le rappeler, les membres de cette bande sont tous des repris de justice. Ils opéraient dans la ville de Ouagadougou dans les commerces, les domiciles et sur la voie publique à l’aide de motocycles, de pistolets automatique illégalement détenus et d’une machette. Certains membres de ce groupe sont actuellement en cavale et la police nationale, comme d’habitude, demande la collaboration des populations, (sans qui le démantèlement de ce réseau n’aurait pas été possible) en vue de les appréhender afin qu’ils répondent de leurs actes. Ainsi les populations peuvent contacter le 17 (Police nationale), le 16 (La gendarmerie nationale) ou le 1010 pour le centre national de veille et d’alerte pour dénoncer tout cas suspect.

Le butin des « braqueurs »

Plus d’une vingtaine de motocycles ont été saisis des mains de cette bande. A ce jour, 15 victimes ont été identifiées et leurs biens leur seront restitués. Il s’agit d’une motocyclette de marque Yamaha 150, une Yamaha 135, une Yamaha Vega RR, une Yamaha Force X, une Yamaha Sirius, d’un power-bank. Aussi, une tablette de marque Samsung, Un téléphone de marque LG, un autre de marque Huawei qui appartiendrait à la famille KOMBOÏGO.

Armand Kinda
Infowakat.net

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INFOWAKAT.NET