Infowakat | Loi PPP : « Le fœtus a été mal conçu (…) », député Michel OUEDROGO du CDP
mardi 25 juillet 2017
Categories

Loi PPP : « Le fœtus a été mal conçu (…) », député Michel OUEDROGO du CDP

Le groupe parlementaire du Congrès pour le Progrès et le Changement (CDP) a tenu un point de presse au siège du parti sis à Ouagadougou, ce vendredi 7 juillet 2017. Ce point de presse avait pour but de présenter les travaux  de la première session ordinaire et celle de la session extraordinaire. A l’occasion, les conférenciers ont touché quelques points de l’actualité dans leurs différentes interventions.

Alfred Sanou président du groupe parlementaire du CDP

Au cours de la première session ordinaire de l’année 2017 de l’Assemblée nationale (AN), il est ressorti au cours de cette conférence qu’un total de 30 projets de lois ont été adoptés dont 15 ratifications.

Sur la question du projet de lois portant allègement des conditions d’exécution du programme de projets Partenariat Public-Privé (PPP), qui a cependant connu la manifestation du refus de l’opposition politique burkinabè, les conférenciers ont donné plus de crédit à leur choix d’avoir user de la politique de la chaise vide le jour du vote de la loi en plusieurs raisons.

A les entendre, cette nouvelle loi est  la résultante de celle du 23 Mai 2013 portant régime juridique du PPP, qui semble avoir été adoubée par ces nouvelles autorités pour « duper » le peuple, et ce en voulant donner une autre appellation à cette loi. « Ils (les autorités actuelles) ont tué le gré à gré par leurs discours opportunistes. (…) Maintenant à leur tour ils veulent duper le peuple en parlant d’entente directe », s’est emporté Michel OUEDRAOGO, député du CDP. Pour justifier l’opposition du CDP à cette loi, Michel OUEDRAOGO a indiqué que « le CDP reproche tout au PPP » parce que, explique-t-il, « le PPP dans sa gestation à des problèmes. Le fœtus a été mal conçu. Et si le fœtus est mal conçu, s’il y a possibilité d’avorter, il faut l’avorter ».   A en croire le député Yaya ZOUNGRANA, ce n’est que dans la matinée du lundi 3 juillet 2017 que les députés ont reçu, de la part du Gouvernement, le rapport de ce projet de loi alors que le vote était prévu le même soir à 16H. « Je suis sûr qu’il y a beaucoup de députés du MPP (parti au pouvoir) qui ont voté OUI sans voir avoir lu le rapport », a-t-il soutenu.

Michel OUEDRAOGO député CDP

Ce qui est curieux, poursuit Achille TAPSOBA, vice-président du CDP, c’est le fait que la loi ait été introduite au « mépris des règles de l’Assemblée nationale ». Pour lui, cette loi est la « légalisation de l’escroquerie totale ».

Alfred SANOU, président du Groupe parlementaire CDP a fait savoir que leur opposition à cette loi n’a pas pour but d’ « empêcher la réalisation des projets de développement ». Pour se justifier, dit-il, « Si le Gouvernement nous avait dit que ce programme d’investissement s’inscrivait dans l’exécution normale du PNDES pour lequel il était supposé avoir mobilisé 18 000 milliards, nous n’aurions rien trouvé à y redire. Nous nous serions contentés, comme c’est notre rôle, d’exercer un contrôle étroit sur la gestion de ces projets ».

De la libération du Général Djibril Bassolet, demandée par l’ONU

Les militants du CDP

Sur cette affaire, Achille TAPSOBA a indiqué que,  l’ONU vient de « confirmer » leur dénonciation dans « l’arbitraire de la justice burkinabè ».Ainsi, assène-t-il : « Des militants ont été interpelés dans l’arbitraire, ils ont été briefés dans l’arbitraire, ils ont été incarcérés dans l’arbitraire, ils ont été jugés dans l’arbitraire, ils ont été libérés dans l’arbitraire et ils sont en poursuite judiciaires dans l’arbitraire. Il faut arrêter l’arbitraire au Burkina Faso ».

Sur la question du projet de loi modifiant le régime de la Haute Cour de Justice, le CDP a justifié son abstention au vote de ce projet de loi en soulevant plusieurs manquements dans ledit projet. « Le nouveau texte ne permet pas que le justiciable de la Haute Cour de Justice puisse exercer un recours en cassation ; les accusés qui ne comparaissent pas lors du procès ne sont pas autorisés à être représentés par un avocat, etc. », sont entre autre les raisons qui ont guidé le groupe parlementaire CDP à s’abstenir à l’occasion du vote de ce projet de loi.

Armand Kinda

Infowakat.net

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Moaga Studios