Infowakat | Valorisation des langues nationales : « La langue nationale c’est ce qui nous identifie », Madeleine KY/KABORE.
mardi 25 juillet 2017
Categories

Valorisation des langues nationales : « La langue nationale c’est ce qui nous identifie », Madeleine KY/KABORE.

Les responsables du journal RAMDE et ceux de l’Association TEEL-BA entendent, de façon conjointe, organiser un Salon de l’Alphabétisation et des Publications en Langues Nationales (SAPELAN) les 22 et 23 juin 2017 au CENASA/ Ouagadougou. Cette information a été livrée aux Hommes des médias ce jeudi 15 juin 2017 dans les locaux de la CASA Marie, à la Cathédrale.

Il faut « sauver nos langues afin de nous développer par nos langues ». C’est dans cette optique que s’inscrit l’organisation du prochain salon. Placée sous le patronage de sa Majesté le Mogho Naba et le Co-parrainage du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, l’organisation du SAPELAN contribuera à une valorisation des connaissances et des compétences des personnes alphabétisées en langues mais aussi à une meilleure visibilité des productions en langues.

Les populations burkinabè sont en grandes partie analphabètes. La question d’information doit cependant s’inscrire dans un contexte de généralité qui permettra aux différentes couches sociales de s’informer en temps réel à travers la diversité des langues que compte le Burkina Faso. Ce salon réunira tous les acteurs du secteur et leur permettra d’échanger autour de ces problématiques. Pour la linguiste Madeleine KY/KABORE, « la langue nationale c’est ce qui nous identifie ». Et selon elle, il est temps pour les Burkinabè de « promouvoir les langues nationale ».

Au cours de ce salon qui se tiendra en 48 heures au CENASA, différentes activités seront menées. Il sera question d’animer des séries de conférences débats sur le thème principal qui est : « Alphabétisation, langues nationales et contribution au développement du Burkina Faso ». Des expositions-ventes seront également à l’ordre de jour.

Pour donner du tonus à cette initiative, les initiateurs dudit salon entendent, dans les années à venir, mettre en place une librairie avec des documents seulement édités en langues nationales afin de valoriser toutes les langues parlées au Burkina Faso.


Madeleine KY/KABORE, linguiste

Du coût de la réalisation de cette première édition du salon, Iréné TIENDREBEOGO, Directeur de publication du Journal RAAMDE a révélé que « le financement est totalement supporté par les initiateurs à savoir le Journal RAMMDE et l’Association TEEL-BA ».Pour faciliter la tenue du salon, les potentiels initiateurs lancent un appel à tous les partenaires au développement, « surtout ceux qui interviennent dans l’éducation », à contribuer de quelque manière que ce soit, à l’organisation de la rencontre, « bénéfiques aux acteurs des langues nationales ».

A tous ceux qui voudraient exposer leurs produits, les initiateurs du salon leur demandent de prendre attache avec le Comité d’organisation pour s’approprier les conditions de participation.

Armand Kinda
Infowakat.net

Commentaire (1)

  • Yaya

    Bon courage aux initiateurs. Je voudrais juste attirer l’attention sur le fait que nos langues nationales sont surtout orales. Il faudra donc pour les promouvoir y penser en développant des articles plus audios. De cette manière on permet de véhiculer les bons messages et de manière compréhensible. Je pense que le développement des ouvrages écrits rencontre des difficultés parce que justement il y a peu de gens qui savent lire et même que les écrits sont difficilement lisibles.

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Moaga Studios