Actualité Articles Burkina Santé

L’asthme, la tueuse que l’on peut éviter

Le 10 mai est consacré à une maladie assez rependue qui est l’asthme. L’association Asthme et Allergies Burkina (ASALBU) a commémoré la journée à travers une conférence de presse organisé au Conseil Burkinabé des Chargeurs (CBC). Présidée par Léonnie LOUGUE, ministre de la santé, cette journée se veut une forme tangible à la lutte contre l’asthme en milieu scolaire.

« Stop à l’asthme en milieu scolaire », c’est sous ce thème que l’association Asthme Allergies Burkina avec la participation des élèves du lycée Yiguiya a commémoré cette journée mondiale de l’asthme. Selon le bilan de l’asthme au Burkina, la maladie touche plus de 7,3% d’élèves et les décès sont liés entre autre à une carence de suivi, à une mauvaise évaluation de la sévérité et à un traitement.

« L’asthme constitue un problème de santé au Burkina Faso. Elle touche environ 10% des enfants et malheureusement elle est méconnue, sous diagnostiquée et mal prise en charge. Elle entraine des morts et dans 90% des cas, les décès sont évitables » a déclaré Martial OUEDRAOGO, pneumologue, représentant du ministre de la santé.

Les facteurs de déclenchement et de complication de l’asthme étant multiformes, le docteur note « des substances qui passent par la voie respiratoire, de la nourriture ou un médicament, les problèmes respiratoires chroniques qui font que le malade ne peut même pas faire les moindres efforts de la vie courante. Il dévient ainsi une charge pour sa famille, son entourage et c’est un malade qui coute cher à la prise en charge ».

Et pour la prise en charge rapide de cette maladie, il faut « diagnostiquer précocement la maladie, et la traiter adéquatement. Traiter l’asthme, c’est non seulement traiter la crise, mais aussi la prévenir et c’est ce qui manque dans la prise en charge au Burkina » explique le docteur. Il faut aussi « améliorer les connaissances par les cliniciens de la prise en charge pour diagnostiquer, aider les malades à être observant et améliorer l’accessibilité aux médicaments ».

Selon Rosine KIBORA, présidente de l’ASALBU), les activités prévues dans le cadre de la célébration de cette journée sont essentiellement celles portées sur la sensibilisation. Ce sont entre autre les émissions radiophoniques, des conférences de presse, et des journées portes ouvertes.

Djamila KAMBOU

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Tribunal de l’actualité : Les étudiants invités à s’expliquer sur leur mécontentement

Infowakat MEDA

« Thomas Sankara ne mérite pas une statue faite à la hâte » (J. Rawlings)

Infowakat MEDA

ETO’O et DROGBA membres de la CAF

Infowakat MEDA

Décès de 11 personnes dans une unité de la police : Le président du Faso réagit

INFOWAKAT

Police nationale : la 3e promotion prête pour le terrain

INFOWAKAT

Ça y est, le super Galian a les clefs de sa villa

INFOWAKAT

1 commentaire

malo 11 mai 2019 at 17 h 11 min

Intéressant

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR