Actualité Burkina Société

Anes du Burkina Faso, réjouissez-vous ! L’Etat vole à votre secours.

Le mercredi 03 Aout 2016, le traditionnel conseil des ministres s’est tenu de 9h30 à 15h30 à Ouagadougou sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso. Ce conseil des ministres a été particulier en son genre car il a jeté un regard protecteur sur les ressources animales et halieutiques en particulier celle des ânes  de notre pays.

 En rappel, depuis quelques mois au Burkina Faso les ânes ne respiraient plus l’air de la liberté car l’importance accordée à leurs peaux par les chinois, ne les épargnait pas des massacres constatés à Balolé, un village situé à quelque encablures de la capitale. Les habitants de ce village ont saccagé, lundi 11 juillet dernier, un abattoir d’ânes. Si les habitants de ce village ont dénoncé l’abattage massif de cet animal, c’est qu’ils ont reconnu, d’une part, l’importance de cet animal pour l’agriculture locale et d’autre part, parce que cet abattoir faisait polémique depuis plusieurs jours. Pour cause, des carcasses d’ânes en putréfaction rendaient la vie invivable du côté de Balolé, d’où une odeur nauséabonde plongeait les habitants dans la une détresse profonde. Le 11 juillet dernier également, deux journalistes burkinabè, en reportage, ont été séquestrés pendant environ une heure de temps par des employés de l’abattoir qui estimaient qu’ils étaient rentrés sans autorisation. Et c’est après leur libération que les habitants du village concerné ont franchi le Rubicon en saccageant l’abattoir.

Lire aussi : Journaliste de Notre temps séquestré par les chinois : nous avons trouvé des ânes mourants, d’autres en état de putréfaction avancé

La protection de l’Etat accordée aux ressources animales et halieutiques

Enfin l’Etat a tendu l’oreille aux cris de désespoir de son peuple. L’économie agricole en danger interpelaient plus d’un sur ses responsabilités. Toute une race d’animale très utile à l’activité agricole et paysanne était en perdition. Pour donc voler au secours du paysan perdu dans le village le plus reculé du pays qui ne jurait que sur l’âne pour garantir sa sécurité alimentaire, le gouvernement a adopté au point 5 des délibérations faites lors du conseil des ministres du 03 Août dernier, un décret où l’on a consacré une valeur inestimable aux ressources animales du Burkina Faso. Ainsi, l’on pouvait lire au décret accordé au titre du ministère des ressources animales et halieutiques ceci : « Le Conseil a adopté un décret portant règlementation de l’abattage et de l’exportation des asins, des camelins, des équins et de leurs produits au Burkina Faso. L’adoption de ce décret permet de doter notre pays d’un cadre juridique règlementant l’abattage et interdisant l’exportation des asins, des camelins, des équins et de leurs produits ».De ce décret, les Yarsé, une ethnie du Burkina qui a de l’estime pour l’âne, ne pouvait crier qu’un ouf de soulagement en se disant, « enfin, un texte salvateur pour nos ressources animales ainsi que pour les paysans burkinabè ». Le paysan de Gelgobo ou de Sandouré, voir celui de Balolé dormira dorénavant les points fermés car son avenir agricole est sécurisé. Même si aujourd’hui la règlementation sur l’abattage et l’exportation des asins et de tout animal de cette même famille permettra de préserver les ressources animales du pays (étant donné que ce commerce de peau d’âne était en train d’engouffrer le travail et l’économie agricole du pays) il faut reconnaître que n’eut été les agissements des populations consternées face à ce marasme, l’Etat aurait été complice de cette animosité car son silence était porteur du message de mépris des intérêts du paysans pauvre du Burkina Faso. « Prévenir vaut mieux que guérir ».

Armand Kinda                                                              

Infowakat.net

 

ARTICLES SIMILAIRES

Classement FIFA : la Libye fait la meilleure progression du mois et le Burkina reste assez stable

INFOWAKAT

Centrafrique : les Casques bleus gabonais retirés de la MINUSCA en raison d’allégation de viols

INFOWAKAT

Politique : Luc Adolphe Tiao quitte le navire du CDP

INFOWAKAT

Fada N’Gourma : la police interpelle un mineur conduisant un tricycle en pleine ville.

INFOWAKAT

Télévision nationale du Burkina : Jean Emmanuel Ouedraogo est le nouveau Directeur

INFOWAKAT

Burkina : la restructuration des zones non loties coûtera environs 800 milliards de F CFA

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR