Infowakat | Affaire Auguste Denise BARRY : La justice militaire doit mettre fin aux conjectures des populations
Categories

Affaire Auguste Denise BARRY : La justice militaire doit mettre fin aux conjectures des populations

L’affaire dite d’Auguste Denise Barry continue de de faire de gorges chaudes chez les Burkinabè qui, visiblement, sont restés sur leur soif après le communiqué « plat » du commissaire du Gouvernement donnant implicitement les raisons de l’arrestation et de l’incarcération de l’ancien ministre de la sécurité à la Maison d’Arrêt et de Correction des Armées (MACA) depuis le 4 janvier dernier. Les Burkinabè attendent toujours d’être mieux situer sur cette affaire et il est du devoir de la justice militaire de communiquer plus afin de mettre fin aux conjectures.

Depuis son arrestation le 29 décembre dernier alors que tout le pays était dans l’ambiance des fêtes de fin d’année, le colonel Auguste Denise Barry n’a plus humé l’air de la liberté. Il a même fait le réveillon dans une des cellules de la Gendarmerie nationale de Paspanga avant d’être inculpé et transféré à la MACA le 4 janvier dernier pour des faits de « complot et incitation à la commission d’actes contraires à la discipline et au devoir ». C’est du moins ce qui a été avancé comme chefs d’accusation qui pendent sur sa tête telle l’épée de Damoclès.

En réalité, selon la suite de l’histoire, M. Barry n’est pas le seul à la MACA pour cette affaire de « déstabilisation du pouvoir » dont il est accusé. Il a pour le moment quatre (4) « complices », semble-t-il, de surcroit tous civils, à savoir un commerçant, un jardinier, un électricien et un libraire, membre d’une association de la société civile. Ce qui ébahit plus d’un. Comment un militaire de son rang peut-il fomenter un coup d’Etat avec des civils ? N’est-ce pas un règlement de compte de la part des hommes forts du moment ? Barry a-t-il eu le péché de créer son Centre d’Etude Stratégiques en Défense et Sécurité (CESDS) ? Ce sont autant de questions que l’on peut rencontrer dans l’opinion ces temps-ci. C’est le lieu de dire que les Burkinabè veulent en savoir plus sur cette affaire. Chacun y va de son analyse et il est du devoir de la Justice Militaire de mieux communiquer sur cette affaire.

Qu’on nous édifie maintenant sur cette affaire !

Même si le Ministre actuel de la Sécurité, Simon Compaoré avait rassuré, le 8 janvier 2018, que  « ceux qui veulent voir claire dans cette affaire seront édifiés », il convient de rappeler que les Burkinabè restent jusqu’à aujourd’hui sur leur soif. Il faut impérativement nous édifier sur cette affaire qui continue de faire couler autant d’encre et de salive.

Loin de nous d’insinuer que le colonel Barry est blanc comme neige, mais si nous interpellons la justice militaire sur la nécessité de communiquer davantage sur cette affaire, c’est parce que moult Burkinabè ne savent plus à quel opinion se vouer. Les conjectures ont pris place dans toutes les pensées et une communication explicite sur affaire par la juste militaire contribuera, non seulement à éclairer les lanternes des uns et des autres, mais aussi à mettre fin à ces conjectures. Que l’on dévoile à l’opinion nationale et internationale les vraies raisons de l’incarcération de Barry et de ses complices « civiles ». Quel coup fomentait-il contre le pouvoir de Roch ? Nous invitons la justice militaire à prendre les dispositions nécessaires pour définir clairement dans l’opinion les vraies raisons de l’incarcération de Barry sans pour autant gêner l’instruction en cours. A l’heure actuelle des faits, l’ancien ministre de la sécurité est le seul militaire interpellé dans cette affaire de « déstabilisation de l’Etat » et il sied de diligenter une enquête afin de faire toute  la lumière de sorte à éviter des répercussions « graves » dans les jours à venir.

 Armand Kinda

Infowakat.net

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INFOWAKAT.NET