Actualité Agriculture Articles Burkina

Agriculture au Burkina : Il faut dépolitiser le système agricole

Le domaine agricole au Burkina Faso s’embourbe encore plus du fait d’un manque de vision politique concret pour booster ce domaine et permettre au Burkina Faso d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. La vision politique agricole doit se départir de la politisation de ce domaine parce que l’agriculture est pratiquée par plus de 80% de la population. Investir dans l’agriculture c’est bouter la faim hors des frontières du pays.

Le Burkina Faso compte des vaillants agriculteurs prêts à développer le domaine agricole. Ils ont juste besoin d’un coup de pouce pour atteindre leurs objectifs. La gestion de l’agriculture doit être objective pour l’intérêt national et non pour des intérêts politique et égoïste. Aujourd’hui, accuser les caprices pluviométriques dans les mauvais rendements constatés à chaque fin de saison, c’est faire preuve d’impuissance parce que pour le développement du domaine agricole, les autorités doivent toujours prendre des précautions en instaurant ces caprices dans leur calendrier d’actions dans le seul but de trouver des solutions aux surprises désagréables qui peuvent advenir.

Il y a des pays qui comptent  moins d’agriculteurs que le Burkina Faso et à qui le ciel ouvre rarement les vannes, mais qui arrivent, avec leur bonne politique agricole, à satisfaire leurs populations sur le plan alimentaire. Les caprices pluviométriques font partie des facteurs qui peuvent impacter une saison agricole mais en connaissance de cause, des actions doivent être posées pour les utiliser en notre faveur.

Lire aussi : Burkina : Les déboires des travailleurs du Ministère de l’Agriculture

L’Afrique en générale et le Burkina Faso en particulier, ont les moyens de leurs politiques. Ils manquent souvent des hommes forts et des idées fortes pour tirer tous les pays africains vers le développement. Chaque action que nous posons doit être le leitmotiv qui tirera tous les pays africains vers le développement.

Le Burkina Faso et son problème de distribution d’intrants

Le Burkina Faso a connu depuis le début de cette saison hivernale (pluvieuse) un sérieux problème dans la distribution d’intrants et d’équipements agricoles. Pour une mésentente entre ministère de l’agriculture et syndicats des travailleurs de l’agriculture, cette distribution a connu un grand retard et certaines personnes (agriculteurs) ont reçu les semences alors qu’elles avaient déjà semé. Cette distribution qui a été attribuée aux préfets et maires des communes en contournant en grande partie les techniciens de l’agriculture, sonne aussi comme un manque de vision des autorités agricole. Un agent technique de l’agriculture qualifiait cette distribution faite par le comité mis en place par les autorités de « nul ». Son explication : « Il y a des producteurs qui nous ont confié que la distribution a été faite de façon désordonnée. Une répartition équitable des intrants a été faite alors qu’il y a des producteurs qui n’ont pas besoin de riz et qui reçoivent ces semences, ce qui fait que ceux qui en avaient plus besoin se retrouvent dans le manque. Le retard constaté dans la distribution a fait que certaines personnes ont utilisé les semences locales pour rattraper la saison. Il faudra vraiment revoir certaines choses au Burkina Faso parce qu’on a les moyens nécessaires pour développer le système agricole. On n’a pas besoin d’aller chercher les moyens ailleurs. On a tous les moyens ici. Il nous faut juste une bonne politique agricole ».

Lire aussi : Ministère de l’Agriculture : Une pomme de discorde autour de la distribution d’intrants agricoles

Aussi, faut-il le dire, si l’on attribue cette tâche au maire la distribution peut plus ou moins être entachée de coloration politique parce que le maire ne connait pas forcément les personnes démunies plus que l’agent d’agriculture qui côtoie les producteurs tous les jours. Le politique pose toujours des actes politiques et cette distribution peut être politisée. Le maire peut par exemple favoriser les personnes qui sont du même bord politique que lui au détriment des plus démunis à qui il y a plus qu’une nécessité d’apporter un soutien extérieur.

Plusieurs provinces ont été déficitaires la saison dernière, on ose espérer que cette année l’on prendra des dispositions nécessaires pour réduire considérablement ce déficit, pas sur les documents mais, pour une fois, sur le terrain.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

La France lance un satellite militaire dernière génération

INFOWAKAT

La Turquie expulse l’ambassadeur français pour son soutien à un opposant politique

INFOWAKAT

Fespaco 2021: L’étalon d’or de Yennenga revient à la Somalie

INFOWAKAT

Politique : Blaise Compaoré appelle à la retenue suite à la suspension de 03 camarades du CDP

INFOWAKAT

Namounou: Des écoles incendiées par des HANI

INFOWAKAT

Boucle du Mouhoun: 01 soldat blessé dans une attaque à Djibasso

INFOWAKAT

1 commentaire

Moussa ZAONGO 8 juillet 2018 at 6 h 39 min

Mais que veulent vraiment le monde agricole. Quand il manque d’intrants et autres accessoires entrant, l’état ne prend pas ses responsabilités. La politique agricole définie par le gouvernement est ceci, cela. Et du même coup vous ne voulez pas son regard. VRAIMENT

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR