A LA UNE Actualité AFRIQUE Agriculture Articles Burkina

Agriculture : la chenille qui fait perdre 2 mille milliards à l’Afrique

Détectée pour la première fois en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest en 2016, la chenille légionnaire d’automne est un insecte originaire des régions tropicales et subtropicales des Amériques qui constitue un danger pour les cultures. Elle s’est vite propagée dans toute l’Afrique subsaharienne touchant 44 pays dont le Burkina Faso. La légionnaire d’automne s’attaque de préférence au maïs, mais peut se nourrir de plus de 80 espèces de cultures, notamment le riz, le sorgho, le millet, la canne à sucre, les cultures maraîchères et le coton.

Au Burkina Faso la campagne agricole 2018-2019 est confrontée à la présence de la chenille légionnaire d’automne dans toutes les régions. Les régions des Cascades, du Sud-Ouest, des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun du Centre-Ouest, et du Plateau Central sont les plus touchées. Ainsi près de 97 491 hectares sont infestés par cet insecte.

Trois ans seulement après « son apparition et sa propagation dans tous les pays de notre espace , elle constitue une grave menace pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il s’agit d’une menace sérieuse pour la réalisation des objectifs du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine et la déclaration de Malabo qui vise à réduire de moitié la pauvreté d’ici 2025 », s’est inquiété le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou OUEDRAOGO, lors de la conférence régionale il y a quelques jours.

Selon les chiffres de l’ONU, plus de 300 millions de personnes en Afrique subsaharienne sont affectées par les faits de cet insecte. Les pertes économiques sur la production de maïs dans 12 pays africains ont été estimées entre 4 et 18 millions de tonnes par an, avec une valeur économique comprise entre 1 et 4,6 milliards de dollars par an.

Il sera difficile d’éradiquer totalement la chenille légionnaire

Une chenille dans un épis de maïs. Source: DRAAH

« Il faut être très clair sur une chose : on ne pourra pas éradiquer totalement la chenille légionnaire d’automne. Autrement dit, elle ne pourra pas disparaître du jour au lendemain. Ce n’est pas possible. Mais on peut la contrôler» affirme M. Abdoul Wahab SAWADOGO, chef de service de la surveillance phytosanitaire dans une interview accordée à nos confrères de Afritilgre.

Pour le spécialiste plusieurs facteurs sont à prendre en compte. La chenille légionnaire d’automne est noctambule, c’est-à-dire que l’adulte qui est un papillon ne se déplace que la nuit. C’est un premier facteur qui rend compliqué la lutte. Elle est très prolifique, une femelle peut pondre au cours de sa vie 2500 œufs. Or, sa durée de vie se situe autour de 26 à 35 jours. Ces facteurs combinés font que la chenille pourrait être là longtemps. Les conditions de notre agro-écologie sont favorables à la vie de la chenille.
Pour lutter efficacement contre la légionnaire il faut combiner toutes les méthodes.

Parmi les plus courantes, on note le ramassage des œufs et des chenilles pour les écraser. Cette pratique doit se faire avant que les chenilles n’arrivent dans le bourgeon végétatif de la plante. La réussite de cette technique est subordonnée à la mise en place d’un système de surveillance des champs pour un dépistage des œufs et des jeunes chenilles au moment opportun ainsi qu’un système d’alerte précoce pour organiser la lutte.

Chaque agriculteur doit visiter régulièrement son champ car les attaques peuvent survenir à différents moments dans une même localité.

L’autre méthode dite chimique est l’utilisation des pesticides. « Mais il importe donc de mettre en place un véritable système de surveillance à base communautaire pour assurer une alerte précoce des invasions de la chenille légionnaire » conclut M. SAWADOGO

Yekiremi Abdias FARMA
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : au moins 07 personnes tuées à Barsalgho par un groupe armé

Infowakat MEDA

Economie: Trading, 50.000 comptes bancaires gelés

REDACTION

Burkina : 04 militaires et 01 policier dans deux attaques simultanées

Infowakat MEDA

Buzz de la semaine : La crise de la RTB en français facile

Infowakat MEDA

Liberté de la presse : malgré la situation sécuritaire, « les journalistes font du bon travail » (Pr BALIMA)

Infowakat MEDA

Burkina : un étudiant arrêté pour incitation à la haine

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR