Actualité

ANPTIC: Un système d’identification pour relever le développement

Du 13 au 15 Mai 2015 s’est tenu à Ouagadougou, un atelier régional sur la mise en place d’un système intégré  de gestion de l’identification électronique du citoyen (SIGIEC). Cet atelier parrainé par le ministre Denise Auguste BARRY, avait pour objectif de réfléchir, faire des propositions concrètes  adaptées au contexte africain sur la mise en place d’un système d’identification nationale et unique du citoyen, dont les applications dans les divers secteurs socio-économiques  dans notre pays paraissent limitées.
De l’avis de l’Agence Nationale de Promotion des Technologies de l’Information et de la Communication (ANPTIC), dans la plus part des pays africains, l’état civil ne fonctionnerait pas correctement, par manque de coordination des différentes composantes et par manque de moyens financiers, d’où un système d’information démographique peu fiable, incomplet, aboutissant à ce qu’il appellerait « scandale de l’invisibilité ». 
De ce fait l’ANPTIC  pense que pour relever ce défi de développement, les gouvernements des pays africains doivent impérativement disposer de systèmes d’information démographique fiables, qui se basent  sur (03) trois sources complémentaires  à savoir :
•    Le recensement général de la population et de l’état civil (RGPH)
•    Les enquêtes sociodémographiques
•    L’état civil. 
L’organisation de ce présent atelier serait de réfléchir aux moyens d’apporter la contribution des technologies de l’information et de la communication pour une bonne maitrise de l’état civil. Cela au profit de nos stratégies nationales de développement.
L’atelier a abordé les points tels que le contexte de la mise en œuvre de l’identifiant unique dans nos pays respectifs, l’examen des principales solutions techniques existantes et leurs impacts socio-économiques dans les pays où elles ont été déjà implantées, ensuite l’identification des pré requis de la méthodologie des spécifications techniques et fonctionnelles d’un SIGIEC. A la lumière des échanges et partages d’expériences une feuille de route « réaliste » a été établie, pour servir de guide pour une mise en œuvre de l’identification unique du citoyen dans les différents pays respectifs. 
Pour le ministre Denise Auguste BARRY, la problématique de l’identifiant électronique du citoyen vient à point nommé parce que les résultats des enquêtes réalisées en 2006 au Burkina FASO  ont montré que 360/0 des enfants de moins de (05) cinq ans n’étaient pas enregistrer à l’état civil. Ce présent atelier trouve donc sa raison dans la mesure où il devrait permettre de donner une meilleur compréhension de l’identifiant unique du citoyen aux participants, ensuite examiner les expériences d’implantation d’une telle solution dans certains pays, et enfin identifier les pistes de mise en œuvre de cet identifiant.
INFOFASO.NET
 

ARTICLES SIMILAIRES

CAN 2021: L’Egypte élimine la Côte d’Ivoire au bout du suspense et se qualifie en quart de finale

INFOWAKAT

Coup d’État au Burkina : le MPP exige la libération de Roch Kaboré

INFOWAKAT

Burkina : 08 OSC annoncent prendre acte du coup d’Etat

INFOWAKAT

Mali : le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA rejette le calendrier proposé par la transition

INFOWAKAT

Entrepreneuriat : Il faut savoir prendre des risques en entrepreneuriat, selon Witbyanda Fax Assami Ouédraogo

REDACTION

Burkina/Coup d’Etat 2022: L’UAS appelle ses sympathisants à rester vigilants

REDACTION

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR