C.A.R est commerçant, célibataire père de deux enfants. Il aurait joué le guet dans une affaire de vol en mars 2018 et a été condamné à 24 mois de prison par le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou le lundi 16 avril 2018. Il doit aussi verser la somme de 575 000f pour dommage et intérêts causés à M. T, sa victime.

Le prévenu a été accusé pour faits de vol d’un téléviseur écran plasma de 42 pouces et d’un ordinateur portable en mars 2018, le tout d’une valeur de 575 000 fcfa, appartenant à M.T.
Selon les faits tels que narrés par C.A.R à la barre, c’est la mauvaise compagnie qu’il avait ce jour qui l’aurait conduit dans ce pétrin. En effet, en mars dernier, autour de 1h00 du matin, C.A.R a été invité par son ami à l’accompagner quelque part. A moto, les deux sont arrivés devant une cour et son ami qui conduisait lui a demandé de rester dehors sur la moto à jouer le guet pendant qu’il pénètre dans la cour. Chose qu’il fit. Après quelques minutes, son ami est ressorti avec un poste téléviseur et un ordinateur portable. Il dit ne pas savoir comment son ami s’est débrouillé pour sortir avec ces appareils mais à sa sortie de la cour il lui aurait révélé que la chambre n’était pas verrouillée à clé.

M. T, appelé à témoigner à la barre a même reconnu que le verrou de sa porte n’a pas été forcé et que jusqu’à présent il n’arrive pas à comprendre comment est ce que les voleurs ont pu pénétrer dans la chambre. « Quand je rentre je ferme ma porte à clé. Mais de la manière qu’ils sont rentrés ( dans la maison ndlr) je ne peux pas vous dire si la porte était verrouillée ou pas. Rien a été forcé », confie-t-il.
Le jour du vol, une course poursuite a été engagée entre les populations et les faussaires. Dans cette course, les faussaires ont perdu le contrôle de leur engin et se sont retrouvés par terre. C’est en ce moment que l’ami de C.A.R a pu échapper la fureur des populations en s’évanouissant dans la nature. Mais C.A.R qui était blessé dans l’accident, a été passé à tabac par cette population. Dans cet accident, l’écran de la télé a été fissuré et l’ordinateur a disparu. C.A.R dit ne pas savoir qui a emporté l’ordinateur ce jour. Mais une perquisition à son domicile a permis de retrouver deux chargeurs d’ordinateurs. Alors que C.A.R est vendeur de vêtements et non d’ordinateurs. La présence des chargeurs a pu convaincre le procureur que des ordinateurs sont passés au domicile de C.A.R.

M.T. a demandé qu’on lui verse la somme de 575000 fcfa pour dommage et intérêt, dont 275 000 f pour le poste téléviseur et 300 000 f pour l’ordinateur. Une requête qui a été boudée par La Défense qui estime que le poste téléviseur qui n’a pas été emporté par son client se trouve actuellement à la Police et que la partie civile devrait y aller le chercher. La Défense a donc demandé une situation atténuante pour son client qui a reconnu les faits à la barre. « Une faute dûment avouée est à moitié pardonnée », a soutenu La Défense insistant sur le fait que « c’est la mauvaise compagnie » qui a mis son client dans cette affaire.

Le tribunal en statuant sur les faits de façon contradictoire a reconnu C.A.R coupable des faits de vol à lui reprochés. Il a également jugé recevable la requête de la partie civile. Le prévenu, qui avait été déjà condamné en 2008 pour faits de vol devra encore passer 24 mois à la Maison d’arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). Il est également condamné à payer 575 000 fcfa pour dommages et intérêts à la personne de M.T.

Armand Kinda
Infowakat.net