A LA UNE Burkina Dossier COVID-19 Société

Bars et maquis : la ruée vers la bière n’est pas générale

Le 15 mai 2020, le gouvernement autorisait la réouverture des maquis et bars après des semaines de fermeture à cause du coronavirus. Cette ré-ouverture est conditionnée par le respect de certaines mesures dont le port de masque par les tenanciers et les serveurs, la mise à disposition de lave mains pour le clients et le respect de la distance physique d’un mètre. Le constat du respect de ces mesures est mitigé. Et d’ailleurs ce n’est pas la rué vers la bière comme l’espéraient les gérants que nous avons rencontrés.

‹‹Chez yaaba›› à Zogona, il y a deux lave mains postés pour tous les clients. Des tables disposées sur une terrasse, avec le respect de la distance recommandée. Certains clients sont munis de cache nez, d’autres par contre n’en n’ont pas. Relax. Selon le responsable de ce maquis, l’une des difficultés principales c’est l’usage des lingettes, qui d’après lui, reviennent chère. ‹‹Pourtant, aucune majoration n’est faite sur la boisson›› a t’il dit.

Au maquis la Paillote, une longue file de voitures et motos en dit long sur le monde qui y est. Les clients assis pour la plupart en groupe, foulant au pied, pour certains, le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement.

Le constat au maquis Ying Yang est quasi pareil que “Chez Yaaba”. Pour le gérant, Stéphane Aka, les mesures sont déjà prises a leur niveau, à travers le port de masque des hôtesses et la disposition des lave mains, sous oublier la distanciation des chaises. ‹‹ Le seul problème qui nous fatigue actuellement, c’est les clients. C’est un peu compliqué pour nous de demander à un client qui est déjà assis d’aller se laver les mains encore. Il y a aussi un soucis lié à la distanciation. Certains clients viennent à sept et veulent tous être sur la même table. On essaie de les sensibiliser, mais c’est compliqué››.

Le maquis Ying Yang dispose d’une boîte de nuit, qui demeure fermé au clients pour le moment.

Gérant du maquis palmier 29

Direction le maquis “Palmier 29”. Là c’est un espace presque vide qui nous accueille. Seulement quelques deux clients y sont présents. Selon le promoteur, André Jules Sawadogo, les mesures édictées sont prises. ‹‹Lorsqu’un client entre dans le bar, nous lui demandons de se laver les mains. Lorsque celui dit s’être déjà lavé les mains, ou utilisé du gel, nous procédons à une vérification››, a-t-il expliqué en précisant par ailleurs que les clients sont assis par deux.

Quant à la question du port du masque, celui-ci affirme que des interpellations sont faites. Certains, assez compréhensifs portent leur cache nez. D’autres par contre demeurent retissant, et veulent souvent en venir aux mains lorsque la demande devient insistante.

Dans cette période de reprise morose des activités, le personnel a été revu à la baisse. Ainsi au Ying Yang et au palmier 29, selon les dires des responsables, vue la réduction de l’affluence, l’équipe de serveuses a été scindée en deux groupes, chaque groupe étant de service pour une journée.

Le 28 mai derniers, les acteurs du show bizz, et les tenanciers de bars et maquis ont demandé au gouvernement de lever le couvre feu qui est en vigueur, car ce dernier nuit considérablement à leur activités et à leur économie.

Alex SOME
Stagiaire
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Région de l’Est : Une quarantaine d’hommes armés abattus, trois capturés dans la Tapoa

INFOWAKAT

Mali : Le président et le vice-président de la Transition ont prêté serment.

INFOWAKAT

Education : des Associations de parents d’élèves aident à construire des classes dans le Nahouri

INFOWAKAT

Diplomatie : Madame Nadieska Navarro Barro, nouvel ambassadeur de Cuba au Burkina Faso

INFOWAKAT

Burkina : Zida annule sa participation au congrès du MPS

INFOWAKAT

France : Attaque à l’arme blanche à Paris

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR