Actualité Burkina Société

Bilan du Hadj 2016 : 5 décès dont 4 hommes et une femme

Simon Compaoré, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure (MATDSI), a convié les hommes de médias à un point de presse pour, de façon conjointe avec le comité d’organisation du Hadj 2016, faire le bilan de la participation du Burkina Faso au Hadj 2016. Ce point de presse  a eu lieu ce jeudi 27 octobre 2016 à Ouagadougou.

Simon Compaoré s’est réjoui de l’organisation du hadj 2016
Simon Compaoré s’est réjoui de l’organisation du hadj 2016

Le ministre à d’emblée rappelé que le Hadj 2016 s’est déroulé dans un contexte de crise de confiance entre certains acteurs, à savoir le comité de suivi et les agences de voyages. Ces crises sont nées, selon lui, du hadj 2015 où les conséquences du coup d’Etat du 16 septembre 2015 ont impacté 892 personnes, les empêchant d’accomplir leur devoir musulman qui est le pèlerinage à la Mecque. Le ministre  a, à cet effet, fait savoir qu’une prochaine rencontre sera organisée avec les acteurs directs étatiques et non étatiques (le comité national du suivi du hadj, la Fédération des associations islamiques du Burkina « FAIB », etc.) pour voir dans quel contexte les prochains pèlerinages seront organisés en vue d’éviter au maximum les désagréments.

Pour l’organisation du hadj 2016 et dans le souci de bien le réussir, Simon Compaoré en tant que ministre chargé des questions de cultes, révèle avoir organisé et assisté à douze (12) réunions avec les principaux acteurs du hadj. Dans cette optique, le ministre chargé des transports a également pu assister à 2 réunions impliquant les acteurs des aéroports de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Et selon Simon Compaoré, ces réunions avaient pour but de dissiper la crise de confiance entre acteurs suites au hadj 2015 et de garantir la transparence dans le mécanisme d’organisation du hadj.

Pour le choix du transport des pèlerins, le ministre a révélé que ce choix a été opéré à travers une démarche participative emprunte de transparence. En effet, soutient-il, « une commission a été mise en place et qui incluait les membres du comité de suivi et des représentants des agences de voyages et de la FAIB ». C’est ainsi que, après plusieurs consultations, la compagnie Saoudienne Fly Nas (Nas Air) qui représentait plus de garantie en termes de capacités techniques et de sécurité a été retenue par la commission.

Du recrutement des pèlerins par les agences de voyages, le ministre a fait savoir à ce sujet que les agences de voyages actuellement organisatrices du hadj ont été sélectionnées par l’Etat pour trois éditions (2015, 2016 et 2017). L’agence de voyage Albarka Tour a été suspendue pour le hadj 2016 pour cause de non reversement dans les comptes bancaires de comité de suivi, des frais versés par ses pèlerins. En rappel, trente-huit (38) agences de voyages ont organisé l’édition 2016 du hadj. Pour le hadj de cette année, il faut rappeler que le recrutement a été fait sur une plateforme électronique nationale conçue par le comité de suivi. Cette plateforme a été donc configurée pour ne recevoir que 5 500 pèlerin au maximum.

Du suivi sanitaire des pèlerins, le ministre a également confié  que ce suivi a été assuré par une équipe médicale officielle de 12 personnes dont 3 médecins. Et à en croire Simon Compaoré, cette équipe médicale officielle était appuyée par des agents de santé que certaines agences de voyage ont engagés. C’est ainsi qu’il a été effectué 6960 consultations dont 39 cas référés dans des hôpitaux saoudiens et malheureusement 5 décès (4 hommes et une femme), qui, « tous ont été enterrés à la Mecque », a confié le ministre. Au hadj 2015 le cas de décès suite à des maladies était de 19.

Des difficultés rencontrées dans l’organisation du hadj 2016

hadj-2016Il faut dire que les difficultés rencontrées tout au long du processus d’organisation du hadj 2016 ont été diverses. L’on peut noter les demandes tardives d’établissement de passeport par les candidats au hadj ; la dualité des règles juridiques et des procédures administratives applicable au hadj ; le non-respect des directives du comité de suivi par certaines agences de voyages ; la différence de régime alimentaire, etc. Même s’il y a eu des difficultés, il faut dire selon le ministre, qu’il y a aussi eu des motifs de satisfaction. A l’en croire, toutes les décisions qui ont valu l’organisation du hadj 2016 ont été prise au MATDSI.

S’il y a des susurres qui faisait état de l’implication d’une personne non musulmane dans le comité d’organisation du hadj, Simon Compaoré a martelé que c’est « archifaux ». Pour lui, s’il y a quelqu’un qui n’est pas musulman, c’est bien lui-même et, dit-il, « moi je suis fils de pasteur et je ne suis pas du comité d’organisation ».

Du soutien de l’Etat à ce hadj

Le gouvernement burkinabè a dégagé la somme de 1 119 000 000 FCFA afin de résoudre certaines difficultés rencontrées par les pèlerins de 2015 et les frais aéroportuaires.

Le coût du hadj 2016 était estimé à 2 201 070. Ce coût inclut celui du billet d’avion (1 167 360 FCFA) plus d’autres frais.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

748 élèves sous-officiers de la gendarmerie nationale prêt pour être au service du pays

INFOWAKAT

Ouagadougou : des véhicules mis en fourrière pour mauvais stationnement

INFOWAKAT

Bobo/Éducation : Pas de frais scolaire pour les nouveaux élèves du préscolaire et primaire

REDACTION

Sécurité : Le Burkina Faso acquiert d’équipements et de véhicules de défense turcs

INFOWAKAT

Résultat d’admission au concours professionnel de recrutement d’élèves Inspecteurs de l’enseignement primaire et de l’éducation non formelle (ex Instituteurs Principaux), session 2021.

INFOWAKAT

Résultat d’admission au concours direct de recrutement d’élèves Techniciens supérieurs en génie civil, session 2021.

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR