Actualité Burkina Société

Braquage à mains armées : Des ex détenus encore tenaillés par la police

Le Commissariat de police de l’arrondissement de Nongr-Maasom a présenté à la presse dans la matinée de ce jeudi 29 septembre 2016, deux (2) réseaux de braqueurs à main armée qui opéraient dans les localités de la ville de Ouagadougou et environnant. Au nombre de 14, ces présumés délinquants avaient pour chefs d’opérations des ex détenus qui venaient à peine de purger leur peine.

Le Commissaire Mahama Kaboré
Le Commissaire Mahama Kaboré

Selon les explications du Commissaire Mahama Kaboré, le premier réseau mis hors d’état de nuire pour vols à main armée, complicité de vols à main armée et recel est composé de neuf (9) personnes. Le fait le plus déplorable est que Nongbzanga Mathurin Compaoré, l’un des présumé délinquants, qui venait juste de purger une peine d’emprisonnement de deux (2) ans ferme en février 2016 pour des faits « de faux et usage de faux » était, foi de Mahama Kaboré, « le métronome de ce gang ». Avec sa bande, a-t-il ajouté, ils opéraient sur la voie publique à l’aide d’une arme à feu volée dans le domicile d’un particulier. « Pour ce faire, explique-t-il, ils filaient leurs victimes, généralement la junte féminine, la nuit jusqu’à une zone propice au braquage ». Cependant, une perquisition au domicile d’un receleur des produits de braquages, Salif Tall, puisse que c’est de lui qu’il s’agit, précédemment vigile à la société COPROCHIMI située dans la zone industrielle de Kossodo, a révélé que « celui-ci, avec la complicité d’autres vigiles et d’un des employés ont soustrait des produits chimiques et ont causé un préjudice d’une valeur de vingt-six millions (26. 000.000 FCFA) à leur employeur. Au total, dix (10) victimes de cette bande ont été identifiées et les produits de vols ont été saisis ». Pour ce premier réseau, l’on peut retenir que le butin est entre autre composé de trois(3) motocyclettes, un pistolet automatique 7,65mm ; 2 postes téléviseurs, 125 sacs de soude caustique ; 4 bidons d’huile ; 14 chaises plastiques ; 11 futs de chlorure de sodium ; 4 têtes de machine à coudre ; 1 sac de 5 kg de patte alimentaire ; 4 bidons de savon liquide. Aussi, faut-il ajouter que des numéraires d’un montant total de 6.200.000 FCFA ont été emportés par cette bande au cours de ses multiples braquages.

Quant au second groupe, il est composé de cinq (5) personnes dont « 3 ex-codétenus ayant purgé leurs peines d’emprisonnement entre fin 2015 et août 2016 pour des faits de cambriolages et un membre du groupe de braqueurs déjà démantelé en décembre 2015 par nos service », a révélé le Commissaire Mahama Kaboré. Le mode opératoire de ce second groupe consistait à ligoter les veilleurs de nuit de leurs cibles identifiées à l’avance dans la journée. « Leurs forfaits les plus connus sont ceux commis au quartier Tampouy dans les agences CNSS en décembre 2015 et SONABEL le 1er décembre. Le dernier braquage en date est celui perpétré à la société IRSAT le 16 septembre 2016 », a confié Mahama Kaboré.  De ce groupe, il est ressorti qu’une somme de 29.000.000 FCFA a été emportée lors de ses opérations. Au total 9 victimes ont été identifiées. Le butin de ce groupe n’est pas moins consistant. Il faut citer une motocyclette model NOUVO de marque YAMAHA ; une motocyclette YAMAHA 135 ; et un ordinateur portable de marque HP.

Alphonse Sawadogo, Dg de APS+
Alphonse Sawadogo, Dg de APS+

Certaines personnes ont retrouvé leurs produits volés. C’est le cas d’Alphonse Sawadogo, DG de Agence de protection et de sécurité (APS +) plus, qui a retrouvé l’arme volée de son employé. A l’entendre, les délinquants ont ligoté et frappé le vigile avant d’emporter son arme. Zombra/ Ouanré Pascaline a aussi retrouvé ses produits volés. Elle révèle que les délinquants ont emporté ses 14 chaises qui étaient à son kiosque situé à Tanghin derrière les rails. Elle se dit très heureuse et félicite la police de l’avoir permis de rentrer en possession de ses chaises. Elle invite le gouvernement à bien doter les policiers de moyens nécessaires pour mieux mener leur mission.

Aussi, Maimouna Ouédraogo nous a-t-elle raconté son calvaire. « Ce jour-là, ils nous ont suivi jusqu’à à Taab-tenga à côté du cimetière et ils nous ont dit de donner de l’argent. Nous n’avions pas d’argent. Nous leur avons donné nos 3 téléphones portables. Et ils ont fait sortis un couteau pour nous menacer de leur donner la moto. Ce qu’on  a fait ». Enfin, s’est-elle dite très heureuse d’avoir retrouvé sa moto. Et félicite la police pour le lourd travail qu’elle a abattu pour retrouver ces produits volés.

La police rappelle que le démantèlement de ces 2 groupes n’a été possible que grâce à la collaboration des populations. Elle les invite à continuer à accompagner les forces de sécurités en appelant les numéros verts que sont le 17 ; 16 ; 1010.

Armand Kinda

Infowakat.netbutin4butin2butin
butin3

ARTICLES SIMILAIRES

Concours directs session de 2020 : Le délai d’inscription prolongé

INFOWAKAT

Burkina : 60 ans d’indépendance, quel bilan ?

INFOWAKAT

Région de l’Est : des VDP mettent en déroute des HANI

INFOWAKAT

COVID19-BF : 08 nouvelles guérisons à la date du 03 août

INFOWAKAT

Liban: le bilan s’alourdit à Beyrouth avec 135 morts et près de 5 000 blessés

INFOWAKAT

ECONCOURS 2020 : LES NUMEROS DU CENTRE D’APPEL

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR