A LA UNE Articles Burkina Economie

Burkina : 68 milliards de dépenses fiscales accordés en 2018

Le Centre d’études et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP) a rendu public ce vendredi 06 décembre 2019 les résultats de l’analyse citoyenne des dépenses fiscales de 2016 à 2018. Il ressort de ces résultats que les entreprises profitent plus des dépenses fiscales que les ménages. Il est aussi constaté une hausse sensible des mesures dérogatoires de 2016 à 2018.

Les dépenses fiscales sont définies comme une perte de revenu estimée du gouvernement en raison du fait qu’il ai accordé des allègements fiscaux ou des préférences à une classe particulière de contribuables ou d’activités.

Autrement dit, c’est de l’argent que l’Etat renonce à prendre chez certains contribuables pour des raisons diverses. Cet argent que l’Etat renonce à prendre constitue des dépenses, des charges de la part de l’Etat, parce que cela aurait pu alimenter le budget de l’Etat et lui permettre d’intervenir directement sur des questions.

Pour le secrétaire exécutif de CERA/ FP, Hermann Douanio, l’idée qui a soutenu la production de ce document est de voir les mesures dérogatoires qui ont fait l’objet des dépenses fiscales. Et les bénéficiaires de ces dépenses mais, aussi les objectifs poursuivis par ces dépenses

Hermann Doanio

L’objectif de l’étude est de fournir un document présentant une lecture citoyenne des dépenses fiscales, en vue d’interpeller les autorités pour l’amélioration de la pertinence de ces dépenses.

« On s’est rendu compte qu’autour de 2016, on était à environ 200 mesures dérogatoires dans le code général des impôts et 17 mesures dérogatoires dans le code minier. Pour ce qui est de 2017, on a ressorti environ 400 mesures dérogatoires dans le code général des impôts et 54 dans le code minier. Pour l’année 2018, on tournait autour de 800 mesures dérogatoires. Il faut dire que tous ces mesures sont inscrites dans un certain nombre de taxes et d’impôts. Et c’est principalement les droits de douanes, l’impôt sur les sociétés mais aussi la TVA à l’importation et la TVA intérieure en passant par l’impôt sur les revenus fonciers », affirme Hermann Douanio.

Pour lui, une « hausse sensible » des mesures dérogatoires est constatée de 2016 à 2018, et une baisse au niveau du montant de 2016 à 2018.

« En 2016, nous étions à 92 milliards en termes de dépenses fiscales et en 2017, nous avons un montant de 87 milliards. En 2018, un montant de 68 milliard ».

Cela dénote, selon le secrétaire exécutif de CERA/ FP, qu’il y a un effort de rationalisation de ces dépenses fiscales au niveau du gouvernement.

Ainsi certaines nombres recommandations ont été faites. Parmi elles, le Cerafp demande au gouvernement une amélioration de la transparence autour de ces dépenses fiscales. Et que la liste des bénéficiaires ces exonérations soient publiée pour que le citoyen puisse se faire une idée et évaluer la pertinence de l’ensemble de ces dépenses.

Nafisiatou Vebama
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Education : 04 syndicats refusent d’accompagner le gouvernement

Jordan MEDA

Covid19 Burkina : Claudine Lougué offre 80 lave mains à Stanislas Ouaro

Jordan MEDA

Covid19 Burkina : 00 nouveau cas, 01 nouvelle guérison

Jordan MEDA

Révocation d’agents des impôts : la CS-MEF exige l’annulationsans délai de la décision

INFOWAKAT

Toéni : 10 terroristes neutralisés ce 28 mai 2020

INFOWAKAT

Burkina Faso : 60 000 déplacés reçoivent une assistance du CICR

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR