A LA UNE Articles Burkina Dossier COVID-19 Politique Santé

Burkina/Covid19 : Il ne fallait « pas passer à côté du premier cas » (L. Zoungrana, UPC)

L’union pour le progrès et le changement (UPC) a tenue une conférence de presse ce mardi 17 mars 2020 sur la gestion de la crise du coronavirus au Burkina Faso. Et selon les responsables en charge de la santé du parti, le principal problème a été une mauvaise gestion des premiers cas. 


Un regard critique sur cette épidémie, fait prendre conscience que sa rapidité de propagation est effrayante et ses conséquences sociales, culturelles et économiques immenses, surtout pour des pays comme les nôtres.

Il ne fallait « pas passer à côté du premier cas » déclare Steve Léonce Zoungrana, secrétaire en charge de la santé de l’Union pour le progrès et le changement. « Dès le départ on devrait appliquer les mesures correspondantes. On était un pays indemne de toutes contamination, les cas sont venus de l’extérieur des pays connaissant déjà un certain développement de la maladie. Il suffisait simplement de fermer les frontières et que les vols en provenance de ces pays soient totalement annulés un certain temps et on allait pas connaître l’entrée du virus dans notre pays ».

Malgré l’évolution de la maladie, les mesures de niveau 1 ne sont pas prises et nous sommes à des mesures de niveau 2 qui sont là sont incomplètes a déploré docteur Steve Léonce Zoungrana.

L’UPC constate également un manque de coordination et de suivi des mesures prises par le gouvernement.
Selon Steve Léonce Zoungrana « bien faire c’est appliquer les mesures avec fermeté sans état d’âme en acceptant de subir donc des dommages collatéraux aujourd’hui pour mieux se porter demain, on estime que la maladie se propage dans les endroits confinés et non confinés et dans les regroupements alors qu’on interdise pendant un moment. Il ne faut pas que les mesures soient sélectives ».

L’UPC pour sa part recommande au gouvernement des actions concrètes telles que :

  • la fermeture totale des frontières ou à défaut, la suspension immédiate pour une période de 15 jours renouvelables de l’entrée dans notre territoire des voyageurs étrangers en provenance des pays ayant plus de 50 cas confirmés. Quant aux ressortissants Burkinabè et les résidents permanents non burkinabè, ils seront soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours dès leur entrée sur le territoire national.
  • l’extension immédiate de la mesure d’interdiction des regroupements à tous les milieux sans restriction, pouvant présenter de forts potentiels de dissémination de la maladie.
  • la mise à la disposition des services de santé d’infrastructures adéquates pour les mises en quarantaine. Il faudra d’ores déjà identifier les infrastructures à réquisitionner pour la circonstance, prévoir des tentes et des unités d’intervention mobiles.
  • la dotation des agents de santé en équipements de protection individuel de qualité et en quantité pour faire face à la crise sanitaire et le renforcement des capacités techniques des services de santé.
  • la disponibilisation des gels hydro alcooliques à prix subventionnés au profit de la population.

 

Du reste, l ‘UPC exhorte la population, à travers ses principales composantes, à respecter scrupuleusement et à promouvoir les consignes de sécurité sanitaire.

Sandrine BADO

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

La police Nationale a laissé passer le convoi d’une mine : Voici sa réponse

INFOWAKAT

Covid19 : Vincent Dabilgou, ministre des Transports testé positif

INFOWAKAT

Zimtanga : au moins 15 morts dans une attaque au marché de Moméné

Jordan MEDA

Covid19 : L’UPC demande le report pour trois mois des paiements des factures d’eau et d’électricité des PME

INFOWAKAT

Buzz de la semaine : Chloroquine et quarantaine

Jordan MEDA

Lutte contre le nouveau coronavirus : Du matériel médical en provenance de la Chine pour le Burkina

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR