A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Burkina : entrepreneur grâce à grand mère

Yam Agro-Industrie est une jeune unité burkinabè de transformation de produits agroalimentaires basée à Ouagadougou, dans la capitale du Burkina Faso. Son promoteur est Steve Léonard Yaméogo, ingénieur en électro mécanique de formation. De l’électro mécanique à la transformation agro-alimentaire, la frontière semble large, mais pas pour cet entrepreneur qui a hérité de sa grand-mère, un amour fou pour les produits de la terre.

L’unité que nous avons visitée commercialise depuis 2018, de la confiture, des sirops, et du vin made in Burkina Faso. La matière première, affirme le promoteur, est achetée localement aux producteurs via une coopérative.

Mais comment et pourquoi s’être lancé dans une aventure pareille ? « C’est quand j’étais à l’étranger pour mes études que j’ai remarqué que les gens de là-bas consommaient beaucoup ce qu’ils produisaient. Et quand je suis rentré j’ai décidé, d’investir dans la transformation de nos produits aussi » explique M. Yaméogo.

Merci aux casseroles de maman

« Nous avons commencé avec les casseroles de maman, à la maison. Mais aujourd’hui nous possédons notre propre équipement semi industriel, dans nos propres locaux » relate Steve Yaméogo. En vrai, avec des machines pensées et conçues par l’électro mécanicien, Yam Agro-Industrie a, à ce jour, une capacité de production de « 300 bouteilles par jours ».

Ce bébé issu de son audace le rend « fier et joyeux ». « L’entreprenariat a changé ma vie. Je suis moins stressé. Actuellement je vois les choses autrement. Et tous les jours malgré les difficultés cela fait plaisir de voir ce que nous avons atteint à ce stade avec toute l’équipe ».

Gagnez-vous des millions ? lui demande-t-on ? Sa réponse sera brève, dans une intonation enveloppée d’un sourire de satisfaction. « Financièrement nous sommes aptes à nous gérer. Nous avons toujours besoin de soutien pour nous étendre, afin de satisfaire la demande qui est grandissante », dit-il tout simplement.

Etre jeune et entrepreneur, un gros problème au Burkina Faso

S’implanter n’a pas été facile. « Etre jeune c’est déjà un problème. Etre entrepreneur l’est aussi. Etre jeune et entrepreneur l’est encore plus » regrette tout de même M. Yameogo.

Au départ, dit-il, «les supermarchés refusaient de prendre nos produits parce que nos produits sont Burkinabè et parce qu’ils n’ont pas grosses marges comme avec les produits importés. Nous avons dû leur expliquer qu’il faut encourager la production locale pour que nos produits soient rentables dans les rayons. Nous avons aussi dû sacrifier des bouteilles pour des dégustations en maximisant sur la communication. C’est comme cela que nous sommes arrivés à avoir une trentaine de points de vente».

Pour donner l’exemple, la chaine de production est entièrement locale, de la matière première, à la finition, en passant par les emballages et le marketing.

Entreprendre à partir de zéro, un faux rêve

L’épineuse question de levée de fonds pour financer l’entreprise s’est vite posée. « Nous n’avons pas reçu un franc de l’Etat, pourtant nous avons essayé et nous essayons toujours » déclare le promoteur de Yam Agro-Industrie.

Toutefois cela ne l’a pas empêché de travailler, lui et ses sept collaborateurs directs. « Avec ce que je gagne dans mes consultations, je réinjecte dans l’entreprise. Et c’est comme cela que nous fonctionnons jusqu’à présent. Cela nous a permis de savoir comment gérer une entreprise par nous-mêmes ».

Entreprendra à partir de rien, n’est pas ce en quoi croit Steve Yaméogo. « C’est un faux rêve que l’on est en train de nous vendre parce qu’il y a forcément une matière première à acheter, ne serait-ce que l’effort à mettre » conclut- il.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : Le rapport du contrôle des finances 2019 enfin transmis au président du Faso

INFOWAKAT

Burkina : Le Gouvernement Christophe Dabiré II a l’école !

INFOWAKAT

Lutte contre la corruption : les ministères où les montants les plus élevés des dépenses irrégulières ont été constatés en 2018

INFOWAKAT

Gorom Gorom : le Cemga encourage les troupes engagées dans l’opération « Danse sur la fourmillière »

INFOWAKAT

Insécurité urbaine : Des présumés agresseurs de touristes dans le Parc Bangrewéogo dans les filets de la police nationale

INFOWAKAT

Covid19-BF : 01 nouveau décès et 188 nouveaux cas confirmés à la date du 16 janvier 2021

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR