A LA UNE Actualité Burkina Sécurité

Burkina : La vie de luxe des présumés terroristes en détention

Dans la partition du 05 mai 2022 du numéro 270 du journal indépendant d’enquêtes, le courrier confidentiel a fait des révélations sur la libération en octobre 2020 de 44 prisonniers, suite à des négociations de l’État burkinabè avec des groupes armés. Dans une interview accordée par un ex détenu, ce dernier, qui confirme la relaxation de terroristes détenus, relate leur conditions de libération. Il a par ailleurs notifié que certains détenus sont devenus des terroristes.

Sous le couvert de l’anonymat, l’interlocuteur du courrier confidentiel, un ex détenu, raconte qu’il a vécu en détention avec des présumés terroristes et chefs terroristes. Il souligne de prime à bord, à cet effet que tous les détenus n’avaient pas les même conditions de vie et d’alimentation.

Les présumés terroristes et les chefs terroristes eux vivaient une vie de luxe derrière les barreaux. « certains prisonniers, notamment de présumés terroristes, qui recevaient de l’argent de personnes extérieures, avaient je dirais, une vie de pacha. Ils pouvaient acheter chaque jours ce qu’ils voulaient auprès de l’administration pénitentiaire.

Cette dernière dispose d’aliments et de boissons conservée dans des réfrigérateurs » a-t-il expliqué en faisant mention des sévisses corporelles sont victimes des détenus jusqu’en mourir !

« Je dirais même sans risque de me tromper que la grande majorité des détenus ont été incarcéré pour fait de terrorisme, complicité de terrorisme (…) au regard de leur comportement et de leur langage qu’ils tiennent (…) » a avancé l’ex détenu pour soutenir ses propos, d’avoir côtoyé des terroristes pendant des années.

Selon lui au sein de la prison, les terroristes n’ont pas de retenu à faire un étalage de leurs actions terroristes et notamment aux combats auxquels ils y ont pris part , et aux groupes auxquels ils y sont affiliés. De ses dires, les terroristes ont très souvent laissé entendre dans leurs échanges, que les forces de défense et de sécurité, sans peut-être le savoir contribuent à agrandir les rangs des terroristes.. « Selon l’un des chefs terroristes, la plupart des personnes qui combattent aux côtés de groupes terroristes sur notre territoire sont des Burkinabè ; ils le font parce qu’ils ont subi , selon eux, des injustices. De nombreux Burkinabè ont pris les armes contre les FDS et les autorités qu’ils accusent de les persécuter. Ces chefs terroristes (au sein de la prison) évoquent plusieurs cas où des dizaines de personnes, en provenance de plusieurs villages, les ont rejoints » a-t-il expliqué en précisant que dans certains cas, les intégrants vendent leur animaux afin de se procurer des armes auprès des terroristes.

44 terroristes mis en liberté par l’État sur la base de négociations !

L’ex détenu de la prison de haute sécurité, confirme que des individus, des présumés terroristes ont été libérés en 2020. « Je le confirme. Nous avons suivi de près ces libérations ». Cependant, contrairement au chiffre qui avait été ressortis, du nombre de 29, l’interlocuteur rapporte que selon leur calculs fait, étant détenu au temps d’alors, le total des présumés terroristes libérés sur la base de négociations entre le groupe terroriste Ansarul Islam affilié au GSIM et l’État burkinabè l’État Burkinabè est de 44.

Selon son récit des faits, c’est l’un des chefs terroristes détenu qui a établie la liste des personnes a libérer. Ce sont alors 29 personnes qui ont été libérés ; les jours suivants, d’autres détenus se sont encore vu librent, portant la sommation faite à 44. Il relate de plus, la poursuite des libérations de certains présumés terroristes, cette fois-ci, sur instruction du juge, pour manque de preuve contre eux. Cependant les autres détenus eux se demandaient si « ces nouvelles libérations ne sont pas liées à des négociations entre l’État et les groupes auxquels ils appartiennent ».

Avec Courrier confidentiel
NBK
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

REDEVABILITE : Opération spéciale de lutte contre le non-respect de l’obligation faite aux transporteurs de d’agrégats, excrétas et assimilé de couvrir leurs chargements.

INFOWAKAT

Entreprenariat : A la découverte de la promotrice du concentré de graine de palme TEN’OR

REDACTION

Sécurité : Interdiction de passer devant la prison de Dédougou à partir de 21h00mn

INFOWAKAT

Visite du chef de l’Etat dans les Hauts-Bassins : le président DAMIBA est arrivé ce matin à Bobo

INFOWAKAT

Kompienga : Au moins 07 soldats tombés

INFOWAKAT

Roch Kaboré : Plus de 100 jours sans liberté, le parti s’en inquiète

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR