A LA UNE Actualité Articles Burkina Société

Burkina : Les travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19 dénoncent leur licenciement abusif

Les travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19 affirment lors d’une conférence ce 27 juillet 2021 avoir été exploités par le gouvernement au profit du ministère de la santé. Recrutés sans un contrat clair qui définissent les conditions de travail, ils se sont retrouvés dans des conditions difficiles sans explication. Ils expliquent avoir été victime de rupture de contrat de travail sans explication et de réduction abusive de leur salaire. Ils dénoncent une injustice et  réclament leurs arriérés de salaires.

Les travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19 ont été recrutés par le Centre des Opérations en Réponse aux Urgences Sanitaires (CORUS) pour renforcer le personnel de santé. Ils étaient chargés de la prise des températures et la  mise à disposition du gel hydro alcoolique, la vérification des tests PCR (Polymérase Chaîne Reactive), l’application des textes aux passagers non à jour de leur test ( les conduire au site de prélèvement pour un test TDR sur place) et la saisie des fiches de santé des voyageurs à l’aéroport international de Ouagadougou.

Certaines personnes sont affectées dans des districts sanitaires où ils faisaient le suivi des cas contacts, la désinfection des domiciles et des services et veiller au confinement des personnes testées positives dans les centres de santé et les hôtels partenaires.

Les travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19 expliquent qu’ils n’ont pas eu de contrat clair qui détermine les conditions du travail. sur le contrat verbal, il était prévu un paiement de 30 à 31 jours a raison de 10 mille par jour mais, finalement certains ont reçu un paiement de 15 jours avec 5000 francs par jours. Le paiement qui était prévu de 300 mille est passé à 75 mille francs. En plus de cette réduction abusive, ils font face aussi à un retard criard dans les paiements des prises en charge.

Face à toutes ces injustices, certains agents qui ont voulu revendiquer leur droit ont simplement été rayés de la liste.

Fidèle KAFANDO, Coordonnateur  des travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19

« On a été exploité par l’Etat burkinabè au profit du ministère de la santé. On a passé tout notre temps à lutter contre la maladie. Pendant que les populations étaient confinées, nous étions les seuls avec le virus à circuler. Nous avons travaillé presque une année sur toute l’étendue du territoire. Nous avons été traités de façon illégale. Il y a de gens qui ont eu à travailler sans salaire et d’autres n’ont pas reçu la totalité du paiement qui leur étaient promis. Par exemple, moi j’ai travaillé pendant des mois sans rien », fulmine Fidèle Kafando, coordonnateur  des travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19.

Par un arrêté paru le 30 mars 2021, les structures en charge de la Covid-19 ont été chargées de mettre fin aux contrat de travail de ces derniers. Mais, ils estiment être licenciés sans cause parce qu’ils n’ont pas reçu de lettre de licenciement.

Les travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19 ont tenté plusieurs fois de se faire entendre par la hiérarchie mais, c’était peine perdue. « Dans le souci de mieux comprendre notre situation et le manque d’attention de la hiérarchie à notre endroit, nous avons remis nos doléances à nos chefs d’équipe pour les transmettre à la hiérarchie lors de leurs différentes réunions auxquelles nous ne pouvons pas participer. Force est de constater que nous sommes restés sur notre soif car n’ayant pas eu gain de cause », argue Yahia Kondabo, porte-parole des travailleurs engagés dans la lutte contre la Covid-19.

Après plusieurs tentatives de trouver des solutions avec leur hiérarchie sans succès, ils ont saisi l’inspection du travail qui a faciliter leur rencontre le ministère de la santé. Après des échanges lors des rencontres organisées, leurs requêtes n’ont pas été prises en compte.

L’inspection du travail a donc dressé des procès-verbaux individuels de non conciliation pour la suite de la procédure qui va se dérouler devant le tribunal de grande instance.

NV

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Guinée-Conakry : la Cédéao exige que la transition militaire soit très courte

INFOWAKAT

Burkina : l’UNAPOL n’est pas contente du nouveau ministre de la sécurité

INFOWAKAT

Classement FIFA : la Libye fait la meilleure progression du mois et le Burkina reste assez stable

INFOWAKAT

Centrafrique : les Casques bleus gabonais retirés de la MINUSCA en raison d’allégation de viols

INFOWAKAT

Politique : Luc Adolphe Tiao quitte le navire du CDP

INFOWAKAT

Fada N’Gourma : la police interpelle un mineur conduisant un tricycle en pleine ville.

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR