A LA UNE Actualité Articles Burkina Buzz de la semaine

Buzz de la semaine : Buldozer, dame nature n’aime pas les foutaises

Le Burkina Faso est un pays en chantier selon les propos des politiques. “Au titre des infrastructures de soutien à la transformation de l’économie, le Gouvernement a porté à 771 km, la longueur totale des routes bitumées ou ayant reçu un entretien de 2016 à 2019. 960 autres km sont en travaux. Pour 2020, l’objectif est d’engager la réalisation de 614 km. Au cours de la même période, sur 2 323 km de pistes rurales, dont les travaux ont été engagés, 1928 km sont achevés”. C’est ce qu’avait déclaré le premier ministre en mai dernier dans son discours sur la situation de la nation. Mais rien qu’à Ouagadougou, le peu d’infrastructures routières déjà réalisées sont déjà en souffrance.

Des cérémonies grandioses de lancement des travaux de construction d’infrastructures routières sont régulièrement lancées dans des localités du Burkina. Mais après des mois de travaux, et les cérémonies d’inauguration, les constats sont très souvent désolant. beaucoup de routes, tels des matériaux bio dégradables, s’effritent. Et quand bien même elles durent un certains temps, le manque d’entretien finit par avoir raison d’elles.

En plein centre-ville de Ouagadougou, des usagers pointent du doigt la dégradation avancée des rues menant à la zone industrielle de Kossodo, source de nombreux accidents. Pourtant, elle serait considérée comme le poumon économique de la capitale. Cela n’est qu’un cas parmi tant d’autres. Les routes de Bassinko, Bissighin Rimkiéta, Balkuy et bien d’autres vivant les mêmes conditions.

Lire aussi : Instant inondation : avez vous montré les photos à Roch ?

Néanmoins, des initiatives locales naissent dans certains quartiers et localités pour colmater ce qui peut toujours l’être. Il s’agit soit de procéder à la disposition d’agrégats ou à la construction de ponts de fortunes pour faciliter à la fois le drainage des eaux de pluies et le passage des hommes.

Les contrôles menés par les autorités compétentes sur ces différents chantiers plongent l’opinion dans la frustration. Non-respect des délais et mauvaise qualité des travaux. Dans certains cas, des suspicions de fraude émaillent l’exécution de ces appels d’offres dont les procédures de passation sont souvent décriées. Et selon Transparency international, le secteur des infrastructures est l’un des plus corrompus au monde.

La plus récente sombre affaire relayée sur les réseaux sociaux évoquait l’attribution dite frauduleuse de marché pour les travaux d’entretien de la RN15 Kaya-Boulsa, longue de 81,2km. Face à la pression des réseaux sociaux, Adama Kanazoé, le mis en cause a démissionné de son poste de conseiller à la présidence pour ,dit-il se mettre à la disposition de la justice.

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), dans un rapport publié le 10 septembre 2020, a invité l’autorité à la résolution de ces problèmes. Ce document retrace de nombreux présumés cas de corruption et de malversations dans le domaine, restés sans suite.

Il y a également des retards dans l’exécution des chantiers. Le plus emblématique étant l’aménagement de la RN4 jouxtant l’hôpital Yalgado Ouédraogo et prévu être achevé depuis le 31 décembre 2017. Ce même &à septembre, les ouagavillois découvrent un trou aussi long que large sur ce même axe, alors que la route n’est même pas encore finie.

Fruit des intempéries ou mauvaise exécution de l’entreprise en charge des travaux ? L’un dans l’autre, une bonne exécution dans la transparence des travaux routiers s’impose. Au cas contraire, dame nature se chargera de juger la qualité des travaux.

Mariam Ouédraogo
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina/Boucle du Mouhoun : un chef de village enlevé dans la Kossi

Jordan MEDA

Burkina/Fada : La population descend au gouvernorat avec des corps de proches tués

Jordan MEDA

Concours directs : 1 290 142 candidatures pour 4 721 emplois

INFOWAKAT

Elections couplées de 2020 : la date limite de réception des dossiers de candidatures

INFOWAKAT

Covid19-BF : 19 nouveaux cas confirmés à la date du 15 septembre 2020

INFOWAKAT

Cyber criminalité : Ils ont extorqué près de 10 millions FCFA à leurs victimes

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR