A LA UNE Actualité Aigri Dose Articles Burkina Société

Buzz de la semaine : la campagne « faisons un geste »

La semaine a été marquée par de nombreux faits politiques dont le traité d’amitié et de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Mais en marge de ce rendez-vous politique a eu lieu le lancement de la campagne « faisons un geste » en faveur des déplacés internes du Burkina.

On la sentait venir cette opération. D’autant plus que certains des initiateurs sont bien connus à cet effet. La beauté de la chose c’est que cette fois ci, le cercle est plus large et compte une panoplie de membres organisateurs dont des associations de journalistes, des personnalités publiques, des organisations de la société civile, etc.

Il aurait fallu le faire à un moment où à un autre. Les services étatiques font ce qu’ils peuvent pour subvenir aux besoins de nos frères infortunés à cause du terrorisme. Mais la répartition se fait prioritairement dans les sites officiellement répertoriés. Mais Dieu seul sait combien il y en a, ceux qui ne le sont pas, mais qui sont tout aussi bondés de monde en situation précaire.

Les initiateurs n’ont pas voulu « se chercher » et feindre l’indifférence face à la situation. Venir en aide à nos frères Burkinabè, c’est aussi cela être un homme intègre, et il faut le saluer à sa juste valeur. Au moment du lancement de cette campagne nationale qui va durer trois mois, deux tonnes de vivre avaient déjà été collectées sur place, et la liste des donateurs se rallongeait.

Sur la toile, certains s’adonnent à des critiques (assez légitimes) sur la gestion de ces dons par les pouvoirs publiques. Cela sert d’argument aussi pour légitimer l’inaction, pour ne pas « jeter son argent par la fenêtre ». D’autres animés par une volonté de « récupération politique » tentent d’empêcher ce genre de mouvement humanitaire.

Mais n’oublions pas, comme la dit Norbert Zongo, « personne n’aura d’avenir dans un pays qui n’en a pas ». Tous ces peuples que l’on voit à la télévision « qui transportent leurs matelas, ce sont des gens qui se sont chercher » qui « se sont dit, ça ce n’est pas mon affaire. Mon problème c’est de ne pas avoir de problème ». Eh bien si tel est le cas, « vous serez chez vous et les problèmes viendront vous mettre dehors (…) vous ne pouvez pas rester dans la tranquillité de vos lits douillets et avoir la réussite ».

Suivons donc le pas et soulageons ces pères, mères et enfants qui ont tout perdu à cause de la menace terroriste.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : 04 militaires et 01 policier dans deux attaques simultanées

Infowakat MEDA

Buzz de la semaine : La crise de la RTB en français facile

Infowakat MEDA

Liberté de la presse : malgré la situation sécuritaire, « les journalistes font du bon travail » (Pr BALIMA)

Infowakat MEDA

Burkina : un étudiant arrêté pour incitation à la haine

Infowakat MEDA

Mali : 900 civils tués depuis janvier 2019 à cause des violences

REDACTION

Recrutement de 450 élèves sous officiers de police : les résultats des épreuves sportives

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR