Actualité Sports

CAN 2017 : La fin d’un rêve de tout un peuple !

L’espoir d’offrir cette 31e coupe d’Afrique des nations (CAN) aux Burkinabè s’est évanoui le 1er février 2017 dernier au stade de l’Amitié au Gabon. Cet échec des Etalons face aux Pharaons  a déconcerté la grande majorité des Burkinabè. Mais les encouragements sont toujours livrés aux poulains de Paulo Duarte car le peuple burkinabè a apprécié leur prestation face aux pharaons d’Egypte.

C’est fini pour les Etalons. La coupe de cette 31e CAN ne viendra pas au Burkina Faso comme l’avaient prédit certains devins. Un combat houleux sur la pelouse ! Une technique haut de gamme ! Une prestation éblouissante ! C’était un vrai match qui a opposé le Burkina Faso à l’Egypte. C’est dire que les Etalons sont tombés les armes à la main. En terme de prestation, le Burkina Faso fait partie désormais des meilleures équipes d’Afrique.

A la 65e minute, les pharaons inscrivent leur but. Mais leur joie ne dura pas longtemps car le providentiel Bancé a écourté cette joie avec son magnifique enchainement à la 72e minute qui fait trembler le filet du portier égyptien avec un très beau but. Il faut bien le dire, l’Egypte était consternée. Elle n’en croyait pas à ses yeux. « Ce ne sont plus les Etalons de 1998 », pouvait-on dire. Les pharaons avaient « peur » des Etalons, car après le but d’égalisation, les poulains continuaient toujours à faire trembler la défense adverse.

Un jeune portier en compétition avec son « père » !

Eh oui ! Rien qu’une pure vérité ce fait. C’est en cette coupe d’Afrique que l’on a pu bien le constaté. Alagari, le portier de l’Egypte avait 24 ans de plus que le portier burkinabè, Koffi Hervé Kouakou, qui lui n’avait que 20 ans et était à sa première CAN. A 44 ans et ayant participé à 6 CAN, le portier égyptien avait cette compétence avérée de repousser certaines belles occasions des Etalons, capable de concrétiser le but de la victoire. C’était peine perdue ! La technique  des Etalons faisait parler d’elle-même sur la pelouse. Après le but de Bancé, les Egyptiens jouaient à la défensive. Ils ne voulaient plus encaisser un autre but. Ils n’attendaient que les tirs au but pour arracher leur victoire parce qu’ils croyaient plus à la compétence de leur portier. Les Egyptiens ont tout donné comme prestation mais ils n’arrivaient pas à dissuader les joueurs burkinabè. La seule option qui les restait était de conserver le match nul jusqu’aux tirs au but. Leur coach l’avait même dit, « nous attendions seulement les tirs aux but ». Et oui, c’est fait. Le match nul est concédé. Et les Etalons perdent face aux Pharaons sur 3 buts contre 4 concrétisés par l’Egypte.

La consternation des joueurs et peuple burkinabè

Il faut dire que l’échec des Etalons face aux Pharaons a consterné, et les joueurs, et la grande majorité du peuple burkinabè. Après les tirs au but, Bertrand Traoré et Hervé Koffi Kouakou, les « hommes du match » contre l’Egypte, restaient inconsolables et déprimés. Ils se culpabilisaient au fond d’eux parce qu’ils étaient les seuls à avoir raté leurs tirs au but. Mais rien de tel. Le peuple a suivi leurs prestations et ne les jette aucune pierre. Au contraire, il les encourage et les soutient.

Certaines personnes ont souligné « l’erreur » du coach Paulo Duarte à faire tirer le portier à la 4e position. D’autres estiment qu’il y avait encore de bons tireurs dans le groupe qui pouvaient toujours tirer avant le portier burkinabè. Mais la consternation de l’autre partie du peuple était que le capitaine des Etalons, Charles Kaboré qui semble être à sa dernière CAN avec les Etalons, pouvait tirer pour son « au revoir ».

De toutes les façons, c’est déjà fait. L’heure n’est plus aux critiques mais plutôt aux soutiens et encouragements envers nos braves Etalons que tout le monde à connaissance qu’ils sont tombés les armes à la main comme dans une guerre. C’est le foot et il fallait forcément un vainqueur. Dieu a choisi l’Egypte. Ce choix peut ne pas être fortuit. « Le meilleur reste à venir », s’exclament certaines personnes. Oui, le meilleur reste à venir. Encourageons nos braves étalons pour la conquête de la 3e place qui les opposeront aux Black stars du Ghana, tombés également face aux lions indomptables du Cameroun le hier, 2 février au stade de Franceville au Gabon. Réservons-les également un accueil chaleureux comme en 2013, pour qu’ils sachent que le peuple les soutient toujours.

Allez les Etalons, le digne peuple des hommes intègres d’Afrique vous soutient fermement.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Mali : Une affaire d’uniforme de mariage divise un couple

REDACTION

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Mali: l’armée française tue une femme pendant une poursuite

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR