A LA UNE Articles Burkina Culture

Cinéma et culture : remettre les langues africaines à leur place

Redonner aux langues africaines leurs places dans la culture, à travers le cinéma. C’est l’objectif visé par le Festival des identités culturelles qui tient sa 2ème édition à Ouagadougou du 18 au 22 décembre 2019 sous le thème « cinémas et langues africaines ». A travers des séries de projections de film africains, ce festival entend être un rendez-vous du donner et du recevoir de la culture.

Le constat est clair, en Afrique, nous consommons beaucoup ce qui appartient aux autres au point où nous ne savons plus qui nous sommes vraiment.  » On mange comme les autres, on s’habille comme les autres, on refuse même certains de nos noms au profit de ceux des autres, et utilise la langue des autres pour se parler » fait remarquer Parfait Tabassi, directeur artistique du festival.

Pourtant il y a une chose dans la culture dont la puissance est indéniable : la langue. Et celle-ci est négligée, surtout dans le cinéma africain ajoute pour sa part Kadidia Sidibé, présidente du cinéma numérique ambulant en Afrique.

« Chez nous, on fait les films en français et on les double après en d’autres langues. C’est le contraire qui devrait être fait. On devrait faire les films en langues africaines et après les doubler dans les autres langues. Prenons par exemple les chinois, leurs films sont toujours fait dans leur langue avant d’être doublés. Et c’est pareil pour les américains » explique Kadidia Sidibé.

Et pour lancer le Festic, le film « Duga, les charognards » d’Abdoulaye Dao a été projeté. Le choix de ce film se justifie par son contenu, qui est un savant mélange de Dioula et du français, avec une trame qui laisse clairement apparaître la question des valeurs de la société burkinabè et les mutations que celle-ci subit.

Ce festival est donc une manière de rapprocher les africains de leurs identités culturelles en joignant l’utile à l’agréable. Durant quatre jours, vingt films africains (fictions, documentaires, etc) seront projetés à l’espace Gambidi.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Quarantaine Covid19: les limites de Ouagadougou

Jordan MEDA

Burkina / Covid 19 : les transporteurs suspendent les contrats de leurs employés

Jordan MEDA

Covid19 : le gouvernement nigérien prend des mesures sociales

INFOWAKAT

COVID-19 au Burkina : La contribution citoyenne d’un groupe de juristes pour contenir la propagation de la pandemie

INFOWAKAT

L’UPC condamne fermement l’enlèvement de l’honorable Soumaïla CISSE et de ses compagnons

INFOWAKAT

Le triple sauteur Benjamin Compaoré sous contrôle judiciaire en France

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR