Burkina Politique

CNOSC : « Nous ne saurons acceptés les actes que posent les koglwéogo », dixit Safiatou Lopez

Le Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC) a organisé ce samedi 16 juillet 2016 à Ouagadougou, un grand panel sur la situation nationale, dont les thèmes abordaient des sujets d’actualité à savoir la question des koglwéogo, le passage du Burkina à la Ve république et la problématique de la justice au Burkina.

CCNOSC
Présidium du Panel

C’est en vue de répondre à son slogan : « pour la construction d’un Burkina de justice en avant ! Pour une citoyenneté responsable restons en veille pour la patrie », que le Cadre de concertation nationale des OSC (CCNOSC) a organisé ce grand panel débat sur la situation nationale, animé par le Pr Abdoul Karim Sango, le diplomate Ismaël Diallo et des représentants des ministères en charge de la justice et de la sécurité.

Selon la présidente d’honneur du panel, Safiatou Lopez, il était grand temps que le gouvernement s’entretienne avec la population sur les questions brulantes de l’actualité nationale, à savoir le passage de notre pays à la Ve république, la problématique de la justice au Burkina Faso et le phénomène des Koglwéogo.

A l’en croire, concernant le problème de la justice au Burkina Faso, le peuple burkinabè a besoin de comprendre, de savoir ce qui se passe.  Selon elle, « des libérations ont été faite sur des bases que nous ignorons, des gens ont été arrêté, d’autres sont morts et aujourd’hui les responsables sont libres ».

Et pour la problématique des koglwéogo, elle  déclare qu’ils ne comprennent pas le langage du ministère en charge de la sécurité. « Et c’est pour cela que avons invité un représentant du ministre, pour qu’il nous explique ce langage dans les moindres détails », a-t-elle expliquée avant de crier que : « Nous voulons comprendre comment fonctionne ces structures d’auto-défense. Nous ne saurons acceptés les actes que posent les koglwéogo ».

Sur le sujet de la Ve république, la présidente d’honneur de ce grand panel à fait comprendre qu’elle et le Cadre de concertation ne sont pas pour le régime parlementaire.  De ce fait, précise-t-elle que : « nous avons voté un individu, nous pensons qu’il est responsable, les gens ont fait confiance en quelqu’un, donc nous pensons que c’est à lui de faire preuve. S’il n’arrive pas à faire ses preuves, il sera sanctionné à la fin de son mandat ».

Pour une portée du panel, Safiatou Lopez a fait savoir que les conclusions seront transmises aux autorités compétentes, pour une prise en compte de l’opinion de  la société civile dans les décisions de la Nation.

Nadège Compaoré

Infowakat.net

 

ARTICLES SIMILAIRES

Politique: Le parti de Saran Séré Sérémé quitte la majorité pour l’opposition politique 

REDACTION

Entrepreneuriat : Des jeunes renforcent leur connaissance en élevage de poulet

REDACTION

Procès Thomas Sankara : Élise Yamba Ilboudo nie avoir vu le général Gilbert Diendéré au conseil de l’entente le jour des faits

INFOWAKAT

Solidarité nationale : le président du Faso appelle à la mobilisation citoyenne

INFOWAKAT

Sourou : une double attaque contre les brigades de Gendarmerie de Gomboro et de Lanfièra

INFOWAKAT

Assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons : Yamba Elisé Ilboudo explique son rôle

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR