23 Mai, 2019 @ 11:24

En Aout 2018, le test de recrutement des agents de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a été annulé, laissant ainsi 83 agents sans fonction. Ayant saisis la justice, ils ont eu gain de cause mais, cette justice n’a pas été appliquée. Après plusieurs mois de négociation sans aboutissement, ces agents ont organisé une conférence de presse ce jeudi 09 mai 2019 pour dénoncer l’injustice sociale dont ils sont victimes et demander leur réintégration.

Les 83 agents réclament depuis maintenant dix mois, l’application de la décision de la justice tranchée en leur faveur. En effet, le tribunal administratif a prononcé la suspension de cette décision d’annulation, laquelle suspension avait été confirmée par le Conseil d’Etat le 19 décembre 2019 en ordonnant à la CNSS de pourvoir à l’exécution de la décision.

Mais jusque-là selon les conférenciers, la direction générale de la CNSS n’a pas donné de suite face à la décision de la justice. La direction justifie cela par le fait que les procédures en cours ne permettent pas la réintégration.

Les conférenciers demandent que l’autorité de la justice soit respectée, qu’on réintègre les agents et qu’ils continuent leur emploi et les enquêtes. A la fin des enquêtes, s’il est établi avec des éléments plausibles que des gens ont fauté, la « sanction se trouve dans l’article 8 du statut et personnel de la CNSS ».

«Depuis le début de l’affaire, on a l’impression que c’est l’administration de la CNSS qui consciencieusement ou sans le vouloir mélange les pédales», dixit le porte-parole des agents, Aboubakari Siri.

La justice a suspendu la décision d’annulation du directeur général, «laquelle décision ne peut rester lettre morte. Il faut l’exécuter en réintégrant les agents », fulmine le porte-parole. Pour les conférenciers, la réintégration n’est pas synonyme d’annulation de la procédure.

Ces derniers considèrent qu’il n’y a aucune logique et que la CNSS gère cette affaire non pas à l’aune du droit mais, en considération d’un certain nombre de paramètres qu’ils ignorent.

Les quatre-vingts trois agents disent poursuivre la lutte jusqu’à ce qu’ils puissent avoir gain de cause. Ils affirment avoir entamé les négociations il y a dix mois sans aucun résultat. Ils indiquent aussi avoir saisis le HCRUN et le médiateur, qui n’ont pas donné suite.

Nafisiatou Vebama
Infowakat.net

Tags:

0 Comments

Leave a Comment

A LA UNE

LE REPORTER

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

PUBLICITE

NEWSLETTER

FACEBOOK

PUBLICITE

PUB

PUB

Partenaires Media

Infowakat Group SARL

Infowakat

GRATUIT
VOIR