A LA UNE Actualité Burkina Communiqué de presse Société

Crise judiciaire: le gouvernement reste “sourd comme d’habitude” (UPC)

Le parti de l’union pour le progrès et le changement (UPC) dans une missive datée du 23 avril adressée au gouvernement exprime son indignation face « l’inertie » de ce dernier vis-à-vis de la paralysie de l’appareil judiciaire burkinabé.

Selon l’UPC, cette léthargie sonne comme une action « volontairement » orchestrée par le gouvernement qui « reste sourd et inerte, comme à son habitude, face à la détresse des justiciables et de leurs familles ».

En effet depuis octobre 2018, la « chaine pénale du Burkina Faso est grippée » à cause d’un « mouvement d’humeur » observé par les agents de la garde de la sécurité pénitentiaire (GSP).

Cette situation caractérisée par la suspension des activités des GSP entraine des conséquences qui sont entre autre le prolongement « anormal » des gardes à vue et l’absence de décision judiciaires à l’endroit des prévenus et inculpés depuis des mois.

A cela s’ajoute l’autre « mouvement d’humeur » des greffiers  entamé depuis le 19 avril dernier qui bloque « jusqu’à nouvel ordre » toutes les autres juridictions (civiles, administratives, sociales, commerciales, instruction, référé). Les greffiers eux aussi refusent d’assurer le service minimum.

Et comme pour aggraver d’avantage la situation « les avocats eux aussi sont entrés dans la danse » en annonçant le 22 avril une suspension de leur participation à toutes les audiences pour une durée de  96h, en plus d’une marche de protestation prévue le 29 avril prochain. De ce fait, le tribunal militaire qui était la seule juridiction épargnée par ces « mouvements d’humeur » se voit lui aussi paralysé.

En rappel, les GSP en grève s’interdisent de :

–              recevoir dans les maisons d’arrêt et de correction de nouveaux pensionnaires ;

–              assurer les missions d’escortes devant les juridictions correctionnelles ;

–              assurer la sécurité dans les palais de justice ;

–              et de permettre les visites aux prisonniers.

Le parti du lion exhorte donc le gouvernement à se réveiller et faire cesser cette « violation des droits des justiciables ».

La rédaction

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Mali : Une affaire d’uniforme de mariage divise un couple

REDACTION

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Mali: l’armée française tue une femme pendant une poursuite

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR