Actualité

Culture et tourisme au Burkina: un nouveau souffle pour le secteur !

Ouverture ce matin du jeudi 12 novembre 2015 de l’atelier d’information du fonds de développement culturel et touristique (FDCT). Les acteurs du domaine de la culture et du tourisme ont été invités à s’informer sur ce fonds et à harmoniser leurs idées pour une utilisation efficiente du FCDT.
 
Mieux s’informer sur les articulations du FDCT et recueillir les contributions pour améliorer l’opérationnalisation de ce mécanisme, c’est ce qui réunit les acteurs de la culture et du tourisme du Burkina Faso et leurs partenaires ce jeudi 12 novembre 2015. Un rendez-vous pour s’imprégner davantage de la mission de FDCT et le faire connaitre. Pour le ministre de la culture, Jean Claude Dioma, « le ministère de la culture et du tourisme a entrepris des réflexions depuis 2012 visant l’identification et la mise en œuvre effective de ce mécanisme. Ces réflexions ont abouti à la création du fonds de développement de la culture et du tourisme que le conseil des ministres vient d’adopter en sa séance du mercredi 14 octobre 2015 ». Ce fonds vise à financer les initiatives culturelles et touristiques sous forme de crédits directs, de subventions, de garantie bancaire, et à apporter un appui technique aux opérateurs de la culture et du tourisme en vue de renforcer leurs capacités en vue de développer l’économie de la culture et du tourisme.
 
« Le Burkina ne doit pas dormir sur ses lauriers »
Pour Jean Claude Dioma, le Burkina a fait des performances importantes dans le développement des secteurs de la culture et du tourisme. Le Burkina est également le carrefour d’événements culturels majeurs comme le FESPACO, le SIAO, le SITHO etc. De même, « Selon une étude réalisée par mon département en 2012, la culture a contribué pour 2,02% du PIB en 2009 et a employé la même année près de 165000 personnes. En 2013, le secteur du tourisme a enregistré 506 000 visiteurs pour 1130 nuitées, ayant généré 57 milliards de francs CFA de recettes d’hôtellerie ». Ces deux secteurs génèrent donc des richesses et des emplois, des impacts sur de nombreux secteurs d’activité. Mais ce potentiel ne doit pas faire oublier les contraintes qui les minent et les différents défis qui s’imposent aux acteurs.  « Le Burkina ne doit pas dormir sur ses lauriers », sinon il peut se faire ravir la vedette dans bien de manifestations et d’événements que d’autres pays organisent. Ce fut donc l’occasion, pour lui, d’inviter les différents acteurs à des observations et des suggestions pertinentes pour la mise en place d’un meilleur accompagnement technique et financier, tant attendu par les acteurs culturels.
 
Infofaso.net
Batruf   

ARTICLES SIMILAIRES

Région de l’Est : un convoi militaire a sauté sur un engin explosif improvisé sur l’axe Fada-Matiacoali

INFOWAKAT

Mali : Une affaire d’uniforme de mariage divise un couple

REDACTION

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR