Actualité Articles Burkina Sécurité Société

Dédougou : Un GSP menace de libérer les prisonniers

Kalachnikov et arme de poing en main et perché sur ‘’la tour de contrôle’’, l’assistant de garde de sécurité pénitentiaire (GSP), menaçait vendredi de libérer les prisonniers de la Maison d’arrêt et de correction de Dédougou. C’était le vendredi 11 janvier 2019.

Les raisons qu’il évoque sont les « coupures de salaires opérées depuis trois mois pour des faits de grève et dont la dernière s’élève à 57 mille FCFA ».

Selon lui, ces coupures ne sont pas justifiées car les GSP gardent toujours les détenus. Ils ont seulement décidé de ne plus assurer les escortes pour exiger la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Certaines sources proches de l’intéressé  confient qu’il traverse une mauvaise période : deux prêts bancaires et menacé d’expulsion par son bailleur pour des loyers impayés.

Après des négociations avec ses collègues, le GSP a renoncé à son projet mais a obtenu qu’on convoque la presse pour qu’il passe son message de détresse.

Pour ce GSP, les autorités seraient les vrais terroristes qu’elles prétendent combattre, car dit-il, sa situation pourrait faire de lui «un terroriste forcé».

Pire si les GSP venaient à cesser de garder les prisonniers ou à les libérer, la situation sécuritaire sera plus tendue, a –t-il ajouté.

En rappel, le Syndicat national des agents GSP (SYNAGSP) a lancé depuis  en octobre 2018, une grève illimitée. Cette grève a pour but d’exiger la prise de décrets d’application devant octroyer un statut particulier à leurs corps.

En mi-novembre 2018, dix GSP ont été révoqués en conseil de ministres. Ils sont accusés d’avoir désarmé des collègues en faction au domicile du ministre de la Justice Réné Bagoro.

De plus ce n’est pas la première fois que des éléments dudit corps fassent polémiques. En avril 2013, un assistant GSP en poste à Ouagadougou, après deux semaines de grève de la faim, menaçait de s’immoler s’il n’obtenait  pas de meilleures conditions de vie et de travail. Mais il y avait renoncé après avoir rencontré le Général Gilbert Diendiéré, qui était chef d’Etat-major particulier du président Compaoré.

 

Avec AIB

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Conseil des ministres : Bientôt un CHRU avec 306 lits à Gaoua

INFOWAKAT

Conseil des ministres du 27 octobre 2021 : Les grandes décisions

INFOWAKAT

Koulpélogo : 01 koglwéogo tué par des braqueurs armés à Yourga

INFOWAKAT

Procès Thomas Sankara : l’avocate de Elysée Ilboudo plaide non coupable pour son client!

INFOWAKAT

Région de l’Est : le couvre-feu prorogé de 60 jours

INFOWAKAT

Procès Thomas Sankara et 12 autres : L’avocat de Elysée Ilboudo demande une expertise mentale de son client pour incohérences dans ses propos!

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR