Infowakat | Djibril BASSOLE en résidence surveillée : « Il a quitté la MACA pour aller dans une autre MACA », François BACYE
mercredi 17 janvier 2018
Categories

Djibril BASSOLE en résidence surveillée : « Il a quitté la MACA pour aller dans une autre MACA », François BACYE

Les experts du groupe de travail des Nations Unies ont qualifié l’assignation actuelle du Général Djibril BASSOLE à résidence surveillé de détention « arbitraire » et ont, en conséquence, demandé sa « libération immédiate ». Suite à ces faits, la famille politique du général BASSOLE est encore montée au créneau pour dénoncer les conditions dans lesquelles son « détenu » depuis le 10 octobre dernier. Pour le secrétaire général (SG) de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA), François BACYE, « (Djibril BASSOLE) a quitté la MACA pour aller dans une autre MACA ».

Mamadou Dicko président de la NAFA

Depuis le 1er juillet dernier, le groupe de travail des Nations Unies tirait la sonnette d’alarme sur la détention dite « arbitraire » du Général Djibril BASSOLE au Burkina Faso. Les experts avaient demandé sa libération immédiate parce qu’à les en croire « la privation de liberté de Djibril BASSOLE est arbitraire en ce qu’elle est contraire aux articles 10 et 11 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et aux articles 9 et 14 du pacte international relatif aux droits civiques et politiques ». Les experts, pour qui cette détention est « totalement arbitraire », ont exhorté le Gouvernement burkinabè à respecter les normes internationales et à libérer Djibril BASSOLE « maintenant ».

Le Ministre de la Justice burkinabè, Réné BAGORO avait à l’époque indiqué que « le Burkina est respectueux des décisions qui sont prises par les instances onusiennes ». Le prenant au mot, les conférenciers ont estimé que l’occasion lui est actuellement donnée de « conformer ses actes sa parole ».

François Bâche SG de la NAFA

Mais aussitôt bénéficiaire de la liberté provisoire le 9 octobre 2017, Djibril BASSOLE n’a pas humé l’air de cette liberté car il a dans les heures qui ont suivi, c’est-à-dire le 10 octobre, été assigné à résidence surveillée. Pour les militants de la NAFA, cette assignation à résidence surveillée est une décision purement politique et ne garantit pas la quiétude à leur leader. « Il a quitté la MACA pour aller dans une autre MACA », assène François BACYE qui estime que « Djibril BASSOLE a quitté une prison de haute sécurité pour aller dans une prison de très haute sécurité ».

Sur ces faits, Mamoudou H. DICKO, Président intérimaire du parti, pense que « Djibril BASSOLE est un prisonnier politique victime de manœuvres politiciennes tendant à l’écarter de la scène politique nationale ». Les dispositions de l’article 100 du code de justice militaire sont « claires ». Seuls les individus poursuivis pour des crimes contre la sureté de l’Etat peuvent être assignés à résidence. Djibril BASSOLE étant soupçonné de « trahison », les conférenciers ont estimé qu’il ne remplit pas les conditions pour être mis à résidence surveillée.

Pour ce faire, Mamoudou DICKO et ses camarades ont invité le Ministre de la Défense burkinabè, Jean Claude BOUDA, qui selon eux, « outrepasse les décisions de justice pour continuer à séquestrer le général BASSOLE », à se plier aux exigences des « normes démocratiques et républicaines ». Ils ont aussi invité le Gouvernement à s’exécuter conformément aux recommandations du Groupe de travail. La NAFA invite également le ministre BOUDA à annuler immédiatement l’arrêté portant assignation à résidence du général BASSOLE. Au Président du Faso, la NAFA l’interpelle à traduire dans les faits ce qu’il dit et à faire observer les engagements internationaux auxquels le Burkina Faso a souscrit.

Armand Kinda
Infowakat.net

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INFOWAKAT.NET