Infowakat
A LA UNE Actualité Burkina Politique

Elections 2020 : Les stratégies sécuritaires de Me Ambroise Farama

Me Ambroise Farama est le candidat de l’Organisation des Peuples Africains, section du Burkina Faso (OPA-BF) pour la présidentielle du 22 novembre prochain. Il promet à l’électorat une nouvelle vision à la démocratie Burkinabè et un réel développement au Faso. L’homme se dit disposer d’atouts nécessaires pour faire prospérer le pays des hommes intègres. Son slogan est : « le Burkina ma fierté, l’Afrique ma force ». Il se positionne comme défenseur des idéaux de Thomas Sankara.

Prosper Ambroise Segui Farama est né le 7 décembre 1976 en Côte d’ivoire. Il a commencé ses études universitaires à l’université de Ouagadougou où il obtient sa Licence en Droit en 2001. En 2002, il est titulaire d’une Maîtrise de Droit judiciaire privé à l’unité de formation de recherche en sciences juridiques et politiques de l’université de Ouagadougou. Le candidat du parti néo-panafricaniste révolutionnaire, s’est lancé dans l’arène politique à cause de la situation du pays.

Les réformes politiques et institutionnelles, la lutte contre l’insécurité, la stratégie de relance de l’économie et bien d’autres constituent son programme de société à l’élection présidentielle. Me Ambroise FARAMA a fait une lecture de l’évolution politique du monde en générale et de l’Afrique en particulier pour conclure que « le diagnostic du terrorisme est mal posé. Voilà pourquoi d’ailleurs, nous n’arrivons pas à gagner la lutte contre le terrorisme».

C’est fort de ce constat que le candidat de l’OPA-BF propose des solutions pour épargner le Burkina de l’insécurité. Pour lui, l’option c’est de demander aux bases militaires étrangères de replier dans leurs pays et laisser les Burkinabè gérer la question de sécurité.

Ensuite, le panafricaniste compte travailler avec les autres Etats, à ce qu’ensemble, ils puissent mettre en place une armée panafricanisme pour lutter contre le terrorisme. « Les Etats africains sont des états souverains. On ne peut pas permettre à une armée étrangère de venir poser des actes contre la politique des défenses de l’Etat national », a-t-il déploré. M. Farama estime que l’impérialisme joue un jeu trouble dans la question de la lutte contre le terrorisme en Afrique. « Leur présence a montré que par moment, ils ont des positions qui sont assez confuses », dit-il.

L’ancien porte-parole de l’UNIR/Ps) (l’Union pour la Renaissance des partis sankaristes) ne prévoit pas une rupture totale avec celles-ci. La forme relationnelle qu’il veut entretenir avec les forces étrangères pour booster le terroriste, est le renseignement. Pour lui, la coopération militaire peut être basée sur la fourniture d’équipements et de formation.

A la question de savoir s’il compte négocier avec les terroristes, une fois à la magistrature suprême, Me Farama, a l’intention de disposer un certain nombre de renseignements militaires avant d’entrevoir une table ronde.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

COVID19-BF : 79 nouveaux cas confirmés à la date du 30 novembre 2020

INFOWAKAT

Culture: Vers la valorisation des 12 PCA de l’année

REDACTION

Ouagadougou : 3e braquage dans la zone du bois en un mois.

INFOWAKAT

Menaces de mort contre Siriki Dramé : la réaction du CGT-B

INFOWAKAT

Sécurité/Ouagadougou : 22 délinquants arrêtés par la police judiciare en novembre 2020

INFOWAKAT

Résultats d’admission des concours directs, session 2020

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR