A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Entreprenariat : Achille Kaboré, un jeune entrepreneur célèbre grâce à la cordonnerie

Achille Kaboré est le promoteur de l’entreprise AK.CI, une marque de cordonnerie au Burkina Faso. Il confectionne tout type de chaussures que ce soit en modèle tapette ou claquette et bien d’autres. Ainsi, il utilise localement comme matière le cuir, le skaï. C’est en 2020 qu’il a ouvert sa firme, située au quartier Dagnoên de la capitale Burkinabè.

Achille Kaboré qui a fait ses débuts dans la cordonnerie en 2008, a tiré profit de ce métier pour se construire une nouvelle réputation à la tête de son entreprise de fabrication de chaussures afin de créer sa propre marque (AK.CI). AK.CI veut dire tout simplement, Achille Kaboré Cordonnier International. Passionné depuis tout petit, Achille a choisi la cordonnerie parce qu’il estime que c’est une activité qui a plus besoin de main d’œuvre dès qu’il y a des commandes.

Selon lui, devenir cordonnier, c’est participer à la valorisation de l’artisanat et la création de l’emploi. De ce fait, il pense que cette pratique pourra diminuer le chômage des jeunes, qu’ils sont.

Grâce à ses bourses d’études, cet étudiant en 4e année en médecine a pu commencer sereinement son entreprise devenue professionnelle dans la fabrication des chaussures il y a de cela 1 an. « Mon objectif est de permettre à d’autres d’avoir de l’emploi grâce à moi » a clamé le futur médecin.

Aujourd’hui, il emploie cinq (05) personnes. Impossible de dévoiler ce qu’ils gagnent comme la rémunération mensuelle car cela fait partie des données personnelles de l’employé. Mais, il confie que son chiffre d’affaires, fort appréciable, augmente de façon exponentielle.

A travers son entreprise, Achille Kaboré a pour ambition de s’affirmer comme le créateur d’emploi partout au Burkina Faso. « Dans les jours à venir, l’entreprise aura des annexes dans les autres communes de Ouagadougou. En plus, l’entreprise sera décentralisée dans d’autres provinces du pays », a-t-il affirmé.

L’initiative du jeune entrepreneur est très appréciée par de nombreux clients. Amélie Laurentine Christelle Tougma, a découvert l’atelier AK.CI quelques mois à peine, qu’elle n’a pas hésité de lancer des commandes.

« Je viens prendre les chaussures en gros pour aller revendre sur le marché. Je ne vais pas mentir, il fait un travail de bonne qualité. Et les clients ne se plaignent pas », a-t-elle témoigné. Pour sa part, Christian Noël Kaboré ne dira pas le contraire. Il trouve en Achille un jeune très déterminé qui aime et fait bien son activité. « Il a fait beaucoup de conception pour moi et j’ai vraiment aimé la qualité de son travail », a-t-il apprécié.

Disposant de clients de tout genre ; hommes, femmes et enfants peuvent se procurer de chaussures à des prix variables et selon le modèle. Les prix vont de 1000 à 15 000 F CFA.

A 25 ans et chef d’entreprise, Achille Kaboré conseille la jeunesse à développer l’esprit d’entreprenariat. « La jeunesse ne doit pas chercher du travail, elle doit créer du travail. Une fois que la majorité de la jeunesse Burkinabè comprendra cette idée, il y aura la réduction du chômage », a-t-il laissé entendre.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Les rencontres musicales africaines: Bientôt la 4 ème édition

INFOWAKAT

Prix Ulrich wickert: Le Burkina s’envole avec le trophée

INFOWAKAT

Education : Inscription et réinscription des élèves déplacés internes

INFOWAKAT

Education : le président du Faso parraine la première promotion de l’Institut de Technologie du Burkina

INFOWAKAT

France : le concert de Werrason interdit à Paris

INFOWAKAT

Campagne nationale du leadership : Réveiller le leadership qui est endormi en chaque jeune fille

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR