A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Entreprenariat : En commençant doucement, le chemin va venir vers l’objectif

Aujourd’hui, beaucoup de gens ont des diplômes requis mais le principal souci reste toujours la question de l’employabilité. Les formations dispensées dans les temples de savoir ne sont-elles pas favorables à susciter un engouement de la part des jeunes en vue de s’installer à leur propre compte ?

Au Burkina Faso, l’Etat organise chaque année des concours directs de la fonction publique. A cette occasion, la plupart des diplômés vont ressusciter leurs diplômes pour postuler aux différents concours. Mais, ils ne peuvent pas être tous employés par l’Etat. Parce que le nombre de place que l’Etat offre chaque année au niveau des concours directs est très infime comparé au nombre de personnes qui vont postuler pour l’emploi. Par exemple, si l’Etat donne 5 mille emplois, peut-être au moins six à sept cent mille vont passer le concours. Est-ce que tout le monde peut être satisfait ? Non ! L’Etat aussi fait de son mieux.

Ce qu’on peut dire à l’endroit des étudiants et tous diplômés, on n’est pas tous appelé à travailler dans un bureau ou du moins dans la fonction publique. Lorsqu’on acquiert certaine connaissance après la formation Universitaire, utilisons ces connaissances pour améliorer nos conditions de vie. C’est-à-dire, ne pas attendre forcement travailler dans un bureau. Il faut faire de petit boulot de gauche à droite. Parce qu’il y a des gens, quand ils sortent avec le niveau qu’ils ont, ils se disent ce travail n’est pas bien pour moi, vu mon niveau.

Non, il n’y a pas de sot métier. Il n’y a que des sottes gens. Il est nécessaire d’avoir le goût de l’entreprenariat. On s’y lance, toujours avec un objectif à atteindre. Et en commençant doucement, le chemin va venir vers l’objectif. S’il y a la possibilité d’entreprendre, on ne doit pas avoir cette peur de le faire. On a vu des étudiants qui ont pris leur courage en main et qui arrivent à se lancer dans l’entreprenariat. Ils sont à encourager.

La formation à l’Université est basée uniquement sur la théorique. La plupart des apprenants n’ont pas eu à faire une formation qui peut les emmener à entreprendre quelque chose. Tout ce qu’on leur montre, c’est de travailler pour l’Etat après la formation.

Malheureusement, la majorité se retrouve sans emploi au bout de leur formation. Alors que l’université a beaucoup de difficultés à se défaire de son image d’établissement aux formations très théoriques.

Il appartient aussi à l’Etat d’orienter la formation académique des étudiants vers une formation professionnelle. Ce qui permet d’avoir des outils nécessaires après la sortie du Campus, de créer de l’emploi et réduire le taux de chômage au Burkina Faso.

Notre Université doit proposer des formations pour s’initier à l’entrepreneuriat ou approfondir ses connaissances en création d’entreprise. Ces propositions peuvent être la Licence professionnelle « Entrepreneuriat et Management des petites et moyennes organisations », Master « Entrepreneuriat et Management de projet » ou encore « Entrepreneuriat et Innovation ».

Cela va encourager les jeunes vers l’auto-emploi. L’objectif est de rendre l’environnement favorable et propice à l’employabilité des jeunes.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : Le rapport du contrôle des finances 2019 enfin transmis au président du Faso

INFOWAKAT

Burkina : Le Gouvernement Christophe Dabiré II a l’école !

INFOWAKAT

Lutte contre la corruption : les ministères où les montants les plus élevés des dépenses irrégulières ont été constatés en 2018

INFOWAKAT

Gorom Gorom : le Cemga encourage les troupes engagées dans l’opération « Danse sur la fourmillière »

INFOWAKAT

Insécurité urbaine : Des présumés agresseurs de touristes dans le Parc Bangrewéogo dans les filets de la police nationale

INFOWAKAT

Covid19-BF : 01 nouveau décès et 188 nouveaux cas confirmés à la date du 16 janvier 2021

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR