A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Entreprenariat : La cuniculture, une activité rentable

Jacques Kafando pratique la cuniculture pendant quelques années à Ouagadougou. Une activité qui, selon lui, rapporte des gains. Le projet consiste à combiner les races de lapins afin d’avoir une nouvelle race plus productive et performante (taille, poids) que la race initiale. Il estime que la plupart des cuniculiculteurs ne font seulement que la production des races locales. Pour lui, son projet innovant va booster la production et la commercialisation des lapins.

La cuniculture est l’élevage des lapins domestique. Animal réputé prolifique, le lapin est aussi une très bonne source de protéine animale, pauvre en graisses et en cholestérol donc très bon pour la santé. Il s’adapte très bien à toutes les conditions d’élevage y compris dans les pays chauds.

Jacques Kafando, cet étudiant de 21 ans, en première année de communication est impressionné par une vidéo qu’il a vu sur le net. La vidéo montre la commercialisation des lapins différemment de ce qui se passe dans son pays, le Burkina Faso. Motivé, il décide dès lors de se lancer dans la cuniculture. Débuté avec quatre têtes, il est devenu aujourd’hui un passionné de l’élevage des lapins avec à son actif plusieurs rongeurs à grandes oreilles. « Les races de lapins que j’ai, ce sont des hybrides et des races locales pures qu’on essaie de combiner pour trouver la race locale améliorée » a-t-il indiqué. Kafando révèle qu’au tout début, son frère s’opposait à ce qu’il se lance dans la cuniculture.

Jacques Kafando

Par la suite, ce dernier s’est vu obliger de l’épauler à cause du rendement qu’apporte l’activité. « Le grand frère ne voulait pas que je pratique l’élevage des lapins. Mais au regard de ce que la cuniculture m’a apporté, lui-même est dedans maintenant. Et il m’encourage à aller de l’avant », a-t-il précisé avant d’ajouter ceci : « je ne manque plus de l’argent, je m’en sort mieux dans la vie ». Le coût unitaire d’un lapin varie entre 3500 et 6500 F CFA chez Jacques.

Il confie avoir vendu récemment plusieurs lapins qui lui a rapporté assez d’argent. Avec cet argent, Jacques Kafando rêve grand. « Cette somme sera destiné pour le projet à venir » dit-il. Par ailleurs, il aimerait faire plus, voire dépasser ses prédécesseurs qui l’ont devancé dans cette activité. Si eux produisent juste pour revendre avec d’autres personnes, l’étudiant entrepreneur veut aller au-delà de tout ça. « Je veux mettre en place un système basé sur la commercialisation et l’exportation des lapins vers les pays Européens. C’est une première phase qui consiste à élever les lapins jusqu’à leur stade maximal. En plus, le projet consiste également à mettre en place une boucherie bien équipée pour la transformation de la viande de lapins. Ce sera l’écoulement de la viande de lapin made in Burkina dans nos supermarchés et au-delà de nos frontières », a-t-il espéré.

En mode intensif, une lapine peut mettre bas dix à onze fois par an, ce qui représente pour dix ou 12 lapereaux par mise-bas, entre 100 et 120 lapereaux par femelle et par an. On voit donc que c’est un élevage qui peut être très avantageux comme a pu en faire l’expérience Jacques Kafando.

Ses ambitions pour 2025 c’est d’être, au plan international, le plus grand entrepreneur et faire valoir l’image du Burkina Faso sur le plan de l’élevage des lapins. « Je pense que je vais détrôner celui-là même qui est considéré comme le premier dans ce domaine et aller au-delà des grands entrepreneurs du Burkina Faso dans la filière cuniculture. Cela va apporter un plus au Burkina Faso et moi aussi, mon image ira à l’international », a-t-il laissé entendre. Pour annoncer les couleurs, il a déjà acquis d’autres matérielles telles que des grillages pour accroitre sa productivité. A côté de l’élevage des lapins, il compte en associé avec l’élevage des poulets.

Ainsi, un apport de quiconque pour soutenir ce projet ne sera pas de trop. « Je lance un appel à toutes les bonnes volontés qui voient que le projet sera rentable non seulement pour moi, mais aussi qui va revêtir l’image de notre très chère patrie le Burkina Faso à l’international, de bien vouloir venir me soutenir » a-t-il dit. Car comme on aime à le dire, c’est main dans la main qu’on ira loin !

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Affaire mosquée de Pazanni : l’UJAB dénonce la violation flagrante des principes de la séparation des pouvoirs

INFOWAKAT

Affaire Pazanni: les éclairages du ministre d’Etat

INFOWAKAT

Société : “le brassage culturel participe à l’acceptation de l’autre et à l’ouverture d’esprit”, (Sylvain Nabaloum)

REDACTION

Covid19-BF : 02 nouveaux cas confirmés à la date du 08 mai 2021

INFOWAKAT

Tin-Akoff : 03 personnes tuées encore

INFOWAKAT

Mali: Un camion civil s’est explosé près du Camp de la MINUSMA causant des morts et de blessés

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR