A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Entreprenariat : Le Burkina Faso a désormais son propre incubateur néonatal dénommé « Roog paalé »

L’étudiant Youssef Sorgho en génie Biomédical et ses camarades ont créé une couveuse néonatale, à Ouagadougou, pour renforcer le plateau technique de nos hôpitaux. Parti d’un constat alarmant, il dit se rendre compte qu’en Afrique et en Asie, plusieurs bébés naissent prématurés avec 3000 décès par an. Se penchant sur la question, il a retroussé les manches de sa chemise pour décroître cette mortalité infantile dans les deux continents. C’est dans cette optique que « Roog paalé » est née pour résoudre ce problème.

En Afrique francophone, on dit souvent que l’enseignement donné aux étudiants ne leur permet pas de créer quelques choses de leurs dix doigts. Mais, Youssef Sorgho fait mentir cette assertion. Promoteur et leader d’un groupe d’étudiant d’un institut de la place dans la capitale Burkinabè, ils ont décidé ensemble d’inventer un incubateur néonatal. Ensemble, ils l’ont baptisé « Roog palé ». Cet incubateur de néonatologie est utilisé dans les centres de santé pour conserver les bébés prématurés à une température d’entre 35,5 et 37,5 degré. « Notre projet, c’était la mise en place d’une couveuse néonatale. Mais en plus de ça, nous avons apporté des technologies que les autres couveuses sur le marché n’ont pas » a indiqué l’étudiant en 3e année de génie Biomédical.

Aperçu de la couveuse néonatale

Ses connaissances en Biomédicale l’ont permis de se projeter dans le domaine du choix qu’est l’invention d’incubateur. Et les statistiques liés à la mortalité infantile par manque d’incubateur ont guidé ses pas. « Les statistiques sont un peu alarmants. Sachons qu’il y a 9,6% des bébés qui naissent prématurés. Et 85% de ces bébés prématurés naissent en Afrique et en Asie. Quand vous entendez ces statistiques c’est vraiment alarmant, par manque d’incubateur. On achète avec l’Europe, pourtant eux n’ont pas trop ce problème. C’est l’Afrique et l’Asie, qui avons ce problème. Donc on s’est penché sur la question et comment faire pour éviter les morts des bébés prématurés. C’est ce qui a fait que nous avons décidé de créer nous-mêmes l’incubateur néonatal », a-t-il expliqué.

Cette innovation technologique a une caméra intégrée à l’intérieur permettant aux services de maternités de voir le bébé à distance. Et ce, grâce à une application via wifi. Ce système de contrôle à distance permet également d’interagir avec la couveuse. De loin, on peut voir les constances et les paramètres du bébé ou d’éteindre et rallumer l’incubateur. C’est tout ce qui fait le charme de la particularité de la trouvaille du jeune inventeur et son groupe. « Ce sont ces genres d’innovation qu’on a apporté et qui font que notre incubateur est différent des autres incubateurs qu’on trouve sur le marché » a-t-il précisé.

En effet, la couveuse, également appelée incubateur permet au nouveau-né prématuré qui n’a pas encore la maturité absolue pour réguler sa température. Il a aussi besoin d’être au chaud. C’est ainsi que Youssef a tenu compte d’un système de contrôle de l’humidité relatif, de la température dans le milieu interne. Et puis un système de contrôle de la température corporelle du bébé.

En outre, cette couveuse est constituée du bois, du plexiglas (plastique dur transparent imitant le verre), du fer pour faire du socle et le système de rangement. Elle est équipée d’une partie électronique. Le tout a une forme galbée.

Youssef Sorgho, le jeune inventeur a désormais une ambition. Créer plusieurs modèles d’incubateur pour non seulement le Burkina Faso mais aussi pour l’Afrique toute entière. « Parce que l’Afrique souffre énormément de manque de cet appareil ».

Pour réaliser ce projet de production en masse au profit des centres de santé, il lance un appel de soutien aux autorités. « L’expertise est au Burkina et le fait même de savoir qu’on a la compétence de fabriquer ça ici, c’est déjà un grand pas. Donc on demande simplement le soutien. Que le gouvernement nous fasse confiance et nous permet de vraiment produire en quantité » a-t-il sollicité. Il souligne qu’ils sont en phase de prototype représentant 95% des innovations pour finaliser le projet.

Ce jeune génie Burkinabè a séduit le jury lors d’une exposition, à l’occasion de la Foire Universitaire et Scolaire de Ouagadougou (FUSO). Son incubateur pour les bébés prématurés destiné au pays sous-développés lui a permis de remporter le premier prix, composé d’un trophée et une somme de 1 million F CFA.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Affaire Pazanni: les éclairages du ministre d’Etat

INFOWAKAT

Société : “le brassage culturel participe à l’acceptation de l’autre et à l’ouverture d’esprit”, (Sylvain Nabaloum)

REDACTION

Covid19-BF : 02 nouveaux cas confirmés à la date du 08 mai 2021

INFOWAKAT

Tin-Akoff : 03 personnes tuées encore

INFOWAKAT

Mali: Un camion civil s’est explosé près du Camp de la MINUSMA causant des morts et de blessés

INFOWAKAT

Sport : Le Burkinabè Hugues Fabrice Zango fait un nouvel exploit de 17,40m en triple saut

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR