A LA UNE Actualité Articles Burkina Entreprenariat Société

Entreprenariat : « Pendant ces périodes difficiles, on doit accompagner le secteur privé afin de mettre l’économie sur les rails », dixit Bruno W. Compaoré

Wendpanga Bruno Compaoré est le Directeur général du Fonds Burkinabè de Développement Economique et Social (FBDES). Juriste, économiste et financier de formation, cet inspecteur du trésor raconte comment la structure est organisée et donne ses différentes missions.

Infowakat.net : Vous êtes Directeur général du FBDES, parlez-nous de la structure et comment est-elle organisée ?

Wendpanga Bruno Compaoré (W.B.C) : Le Fonds Burkinabè de Développement Economique et Social comme vous le dites, FBDES, est une structure du ministère en charge de l’économie, des Finances et de Développement. Aujourd’hui ministère de l’Economie des Finances et de la Prospective avec cette appellation qui a été consacrée par les nouvelles autorités du pays.

C’est une structure qui, de façon institutionnelle, est attachée au Secrétariat général du ministère. De façon fonctionnelle, la structure est autonome parce que le Fonds gère et génère les ressources. Et ces ressources sont gérées selon des principes et les règles de la comptabilité.

Sur le plan organisationnel, il y a plusieurs directions. Nous avons la direction du recouvrement et du contentieux, direction des études et des risques, direction des finances, direction des ressources humaines, contrôleurs des gestions, auditeurs internes. C’est un organigramme type comme tous les autres Fonds de financement.

Mais, cet organigramme doit évoluer du fait que le Fonds a obtenu des statuts particuliers à partir du 30 juillet 2021 avec la mise en place d’autres directions en lien avec les nouvelles missions et nouvelles attributions de la structure.

Infowakat : Justement, quelles sont vos différentes missions ?

(W.B.C) : Comme le nom l’indique, ce sont les missions de financement de l’économie à travers le secteur privé. Du reste, ces missions n’ont pas évolué fondamentalement. Mais il y a eu des réformes qui ont consolidé ou adapté les missions du Fonds par rapport aux ambitions des autorités du moment. Donc les missions sont essentiellement celles de financement de l’économie dans tous les segments ou domaines sur l’impulsion des autorités. Autrement dit, c’est un instrument financier, le bras financier entre les mains du ministère en charge de l’économie pour impulser le développement économique et social que par le financement du secteur privé.

Infowakat : Les missions sont clairement définies, existent-ils des stratégies pour les réussir ?

(W.B.C) : Les différentes stratégies, c’est des appels à projet. Mais ce que nous avions envisager dans le cadre de la nouvelle réforme, c’est d’aller vers les grands promoteurs. Il s’agit des promoteurs qui créent de la richesse et qui luttent contre le chômage en employant d’autres personnes mais qui, par moment, manquent des ressources.

Nous avons estimé qu’il faut certainement changer de paradigme. Au lieu de faire les appels à projet, nous avions voulu, si cela entre en droite ligne de la vision des autorités actuelles notamment le nouveau ministre de l’Economie des Finances et de la Prospective, aller vers la recherche du promoteur qui sont déjà opérationnels pour renforcer leur capacité. Et leur permettre de quitter du statut de PME (Petite et Moyenne Entreprise) pour devenir de grandes entreprises en vue de créer de la valeur ajoutée, de la chaîne de valeur pour le développement économique du pays.

Infowakat.net : Ceux qui sont porteurs des idées de projets et espèrent mettre en place une entreprise quelconque peuvent-ils bénéficier de vos accompagnements ?

(W.B.C) : Je parle sous le couvert de ma propre gouverne. Je pense que c’est d’ailleurs même l’objectif du Fonds, de financer toute entreprise qui est porteuse d’un projet et à même de créer de la richesse, d’employer d’autres personnes comme je l’ai dit. Le Fonds est disposé à appuyer ces promoteurs. Du reste, aujourd’hui tout est digitalisé. Si vous voulez postuler, emmener votre projet au niveau du Fonds, vous rentrez dans le site web du Fonds www.fbdes.bf. Vous allez voir les canevas qui sont téléchargeables. Vous allez voir le cabinet de votre choix. Vous montez votre projet et faites votre demande de financement et vous venez déposer au Fonds. Ce qui est sûr, tous les Burkinabè ont la même chance. Nous ne faisons aucune distinction aucune, ni de religion, ni d’appartenance politique, ni de quoi que ce soit. Les seuls critères qui valent c’est des critères d’objectivité fondés essentiellement sur la pertinence du projet, la capacité du promoteur à créer de la richesse et à favoriser l’auto-emploi.

Infowakat.net : Est-ce qu’à côté de cela vous envisager la formation au profit des personnes qui veulent en bénéficier ?

(W.B.C) : Vous savez le monde entrepreneurial aujourd’hui, si vous voyez que le taux de mortalité des entreprises est élevé cela est dû au manque de formation. Mais ce n’est pas la formation diplômante comme d’aucuns vont le penser. C’est surtout ce qu’on appelle dans le jargon actuel, l’incubation. Il faut donner cette valeur aux promoteurs. Il faut les former et les donner des prérequis d’un certain nombre de valeur leur permettant de mieux conduire leur projet et éviter que le taux de mortalité des entreprises créées ou des entreprises en création soit élevé. Dans cette optique, au niveau du Fonds, la phase d’incubation est très importante. C’est pourquoi nous essayons de former tous les promoteurs qui ont été retenus surtout dans les différents programmes. J’ai nommé le programme AgriNova, le programme d’Amorçage et le programme Burkina Startups. Tous ceux qui sont bénéficiaires de ces projets et de ces programmes, nous essayons de prévoir les formations ciblées qui permettent à ces entrepreneurs et promoteurs de pouvoir se développer et d’apporter leur pierre contributive à l’édification de notre cher pays.

Infowakat.net : Une fois que vous connaissez déjà les besoins de financement des entreprises à travers les dossiers que vous recevez, alors quelles sont vos perspectives pour la mobilisation des ressources nécessaires pour satisfaire ces besoins ?

(W.B.C) : Très bonne question. Je pense que c’est ce qui est milité d’ailleurs à ce que nous essayons d’avoir la possibilité de lever des ressources. Avec la nouvelle réforme de juillet 2021, il y a cette possibilité qui est accordée au Fonds, aujourd’hui, de ne pas seulement compter sur les ressources de l’Etat. Et avec l’appui bien entendu du ministère en charge de l’Economie, des Finances et de la Prospective, je crois qu’on sera emmené à enlever des ressources beaucoup plus consistantes à moindre coût et les réinjecter permettant aux promoteurs d’avoir des ressources stables à longue durée, en faisant sortir ces entreprises de risque, pour permettre aux Banques de financer ce qu’on appelle Fonds de roulement et l’acquisition d’équipement à moindre coût. Il s’agit de permettre aux Banques d’être plus à l’aise pour mieux les accompagner.

Ce que je tiens à ajouter, ces ressources qui seront levées seront réinjectées en taux institutionnel permettant de ne pas alourdir le poids de solvabilité ni entacher la bonne marche de ces entreprises qui sont déjà opérationnelles sur le terrain.

Infowakat : Pour terminer, y a-t-il un aspect que nous n’avons pas abordé et que vous voulez revenir dessus ?

(W.B.C) : Je tiens simplement à dire que notre pays traverse des situations extrêmement difficiles marquées surtout par l’hydre terrorisme. J’invite tous les Burkinabè que ce soit du secteur privé ou public à faire front uni derrière les nouvelles autorités pour lutter contre le terrorisme et être sur les chantiers du développement. C’est pendant ces périodes difficiles justement qu’on doit mieux accompagner le secteur privé, mieux financer l’économie à travers les instruments comme le FBDES afin de remettre les choses sur les rails pour permettre à l’économie de pouvoir être résiliente face cet hydre terrorisme.

Du reste, je ne pourrai terminer sans dire plein succès au nouveau ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective qui est un grand frère pour moi. Je lui souhaite plein succès et j’invite tout le personnel du Fonds, dans la même dynamique d’accompagnement de son prédécesseur, pour qu’ensemble nous relevons les défis du développement économique et social à travers le bras financier qu’est le Fonds Burkinabè. Pour terminer je vais formuler des prières à l’adresse du pays, que Dieu protège notre pays. Qu’IL bénisse les nouvelles autorités et qu’IL pose sa main sur le Fonds Burkinabè afin que la mission pour laquelle il existe, nous connaissons le succès à la hauteur des attentes des autorités du pays.

Interview réalisée par Youssouf KABDAOGO

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : le gouvernement de la transition va bientôt rembourser les salaires coupés pour fait de grève de 2019 à 2021.

INFOWAKAT

Sanmatenga : Des individus armés vandalisent le commissariat et la mairie de Mané

INFOWAKAT

Respect de la tranquillité publique : La police municipale procède à la fermeture de débit de boissons

INFOWAKAT

Ouagadougou : Deux (02) réseaux de présumés délinquants démantelés par la Police Nationale

INFOWAKAT

Coopération Sino-Burkinabè : Un festival au cœur de la relance économique dans un contexte de l’insécurité

INFOWAKAT

Burkina Faso : la France prête à revoire sa stratégie militaire

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR