A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Entreprenariat : Soutenir davantage les jeunes porteurs d’idées de projets

La population présente des attentes dont la satisfaction peut être prépondérante pour la stabilité et le développement du pays. Des préoccupations majeures qui sont soulevées par les jeunes, celle de leur insertion et leur réelle contribution à la vie économique du pays se présente comme le plus déterminante. En effet, la plupart de la jeunesse Burkinabè ayant des idées de projets et d’initiatives sont en manque de financement pour lancer leur entreprise. Pourtant, en plus des structures existantes, des bonnes volontés peuvent les épauler à asseoir leur firme. 

La jeunesse Burkinabè, faut-il le rappeler, est affectée par le chômage et le sous-emploi qui passent pour être de réels fléaux et une « bombe sociale » à retardement. De ce fait, il apparait clairement qu’une jeunesse disposant d’un emploi, capable de s’assumer économiquement constituerait une force positive susceptible de porter de changements décisifs dont a tant besoin le Burkina Faso pour relever les multiples défis de développement auxquels le pays fait face.

Cette jeunesse implique un niveau important d’investissement permettant de juguler le fait qu’une grande partie de la population n’est pas à même de produire suffisamment de richesses pour couvrir ses besoins. En général, cette situation est considérée par de nombreux analystes comme une charge sur les économies.

Groupe social dynamique regorgeant d’énergie et de créativité, la jeunesse s’est avérée être le réceptacle mais aussi la force motrice des changements sociaux majeurs caractérisant le Burkina Faso de ces dernières années.

Apporter une réponse adéquate aux attentes des jeunes apparait comme l’une des options essentielles vers le développement effectif et inclusif du pays. Pour ce faire, il convient d’identifier et actionner les leviers pertinents qui pourraient avoir un effet catalytique sur les facteurs essentiels de la transformation de la condition des jeunes et leur transformation en acteurs à part entière du développement, de la création de richesse. Pour répondre efficacement à ce défi, la promotion de l’entreprenariat et de l’employabilité des jeunes paraît être le point d’entrée naturel.

Pour ce faire, l’Etat Burkinabè a lancé différentes initiatives en faveur de l’entreprenariat des jeunes notamment le Fonds d’Appui aux Initiatives des Jeunes (FAIJ) et bien d’autres qui devraient contribuer à la création d’emplois. Aux côtés des initiatives gouvernementales, la société civile et le secteur privé s’investissent également. Ces initiatives tentent d’apporter une solution aux préoccupations relatives à l’emploi et l’entreprenariat des jeunes.

Cependant, ces différentes initiatives méritent d’être renforcées en vue de leur cohérence et complémentarité. Afin de les capitaliser et de les optimiser, il paraît crucial de créer des liens entre les jeunes, mais aussi avec d’autres acteurs du corps social, en vue d’un partage d’expériences et de l’élargissement des opportunités d’affaires ou d’emplois.

Un appel à l’endroit des autorités

Il convient de lancer un appel à nos autorités, politiques, économiques et gouvernants à accorder à ce groupe social, toute l’attention qu’il mérite afin d’en faire un véritable moteur du développement économique, social et politique du pays. Certaines autorités ont l’habitude de dire que les jeunes n’ont pas d’initiatives. Or, beaucoup de jeunes ont développé des initiatives mais qui ne sont pas accompagnés.

Pourtant, quand ils bénéficient l’accompagnement de ces dernières, d’autres jeunes vont s’identifier à eux (entrepreneurs) et vont commencer à développer les projets similaires. Donc, les responsables du pays doivent crédibiliser et soutenir davantage les jeunes entrepreneurs qui ont éprouvent des difficultés de fonctionnement.

Et c’est en ce sens-là qu’on peut développer le Burkina Faso. Mais aujourd’hui, certaines sont muettes. Il ne faut pas qu’à tout moment, si les autorités doivent accompagner l’initiative des jeunes que ce soit un festival de brochette ou un festival culturel. Non ! Il faut accompagner aussi les activités économiques notamment l’entreprenariat.

On n’a l’impression qu’aujourd’hui, si un jeune a une activité économique, il n’est pas accompagné. Et quand il s’agit d’une activité culturelle, tout le monde cours pour être parrain. A cette allure, on ne peut pas développer un pays. Donc, il est important de faire la promotion des jeunes ambitieux, prêts pour développer le pays.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Classement FIFA : la Libye fait la meilleure progression du mois et le Burkina reste assez stable

INFOWAKAT

Centrafrique : les Casques bleus gabonais retirés de la MINUSCA en raison d’allégation de viols

INFOWAKAT

Politique : Luc Adolphe Tiao quitte le navire du CDP

INFOWAKAT

Fada N’Gourma : la police interpelle un mineur conduisant un tricycle en pleine ville.

INFOWAKAT

Télévision nationale du Burkina : Jean Emmanuel Ouedraogo est le nouveau Directeur

INFOWAKAT

Burkina : la restructuration des zones non loties coûtera environs 800 milliards de F CFA

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR