A LA UNE Actualité Burkina Ecomedia Entreprenariat

Entreprenariat : Une stratégie pour la promotion de l’entreprenariat féminin à l’horizon 2025

Le ministère de la promotion de la femme et du genre a élaboré une Stratégie Nationale de Promotion de l’Entreprenariat Féminin (SNPEF). Depuis 2015, la vision de cette stratégie est axée sur : « Un entrepreneuriat féminin dynamique, compétitif, diversifié, contribuant à la réduction de la pauvreté des populations à l’horizon 2025 ». C’est une volonté affichée par l’Etat Burkinabè pour faire du développement de l’entrepreneuriat féminin un outil d’autonomisation de la femme.

L’entrepreneuriat féminin constitue un des moteurs pour l’autonomisation économique des femmes et a des effets bénéfiques sur la croissance économique. Le développement des activités économiques des femmes accroitrait la création d’emplois et de richesses générant ainsi une croissance économique plus forte, plus inclusive et plus équitable.

Cependant, elles rencontrent toujours des difficultés d’accès, d’utilisation et de contrôle des ressources et des bénéfices de leurs activités socioéconomiques. C’est ainsi que dans le cadre des mesures sociales adoptées par le Gouvernement le 24 mars 2014, il a été décidé de la mise en place d’une ligne de crédit d’un montant de six milliards (6 000 000 000) de francs CFA destinée à la promotion de l’entrepreneuriat féminin et d’une ligne de garantie d’un montant de cinq cent millions (500 000 000) de francs CFA.

Une récente étude, mettant en relation la participation économique des femmes et les performances économiques, a montré que la parité est un facteur clé de croissance et de redressement économique. De cette étude, il ressort que si les entreprises étaient composées d’autant de femmes que d’hommes, elles induiraient des augmentations brutes et nettes positives par tête d’habitant.

Pourtant en 2012 au Burkina Faso, sur près de 51 580 entreprises formelles créées, seulement 4 527 l’ont été par des femmes soit 8,87%. Du point de vue de la dynamique de l’entrepreneuriat féminin, il faut souligner une progression des créations d’entreprises chez les femmes. Selon la Maison de l’Entreprise, cette progression est passée de 16,91% en 2009 à 17,11% en 2010.

Bien que l’entrepreneuriat féminin soit une réalité au Burkina Faso, on observe encore un certain nombre d’obstacles qui l’empêchent de jouer pleinement son rôle de moteur économique. Ces facteurs sont entre autres, le manque de garanties pour l’accès au crédit, le défaut de propriété des terres, le faible accès aux moyens de production, les contraintes familiales, les pesanteurs socioculturelles et le faible niveau de revenu des femmes.

Il est donc apparu la nécessité d’élaborer une stratégie nationale de promotion de l’entrepreneuriat féminin (SNPEF) qui servira de feuille de route pour tous les acteurs intervenant dans ce domaine. La SNPEF devrait contribuer à l’atteinte des Objectifs du développement au niveau national et international.

C’est pourquoi dans ses visions et stratégies des populations à l’horizon 2025 la SNPEF prône « le développement des activités génératrices de revenus » au profit des femmes et des jeunes filles.
Elle compte relever un certain nombre de défis pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin au Burkina Faso.

Ce sont entre autres : « le renforcement du dispositif juridique en faveur de l’entrepreneuriat féminin; le renforcement de la formation technique et professionnelle des femmes; le renforcement des capacités managériales et de réseautage des femmes entrepreneures; la mise en place d’un dispositif pérenne de financement de l’entrepreneuriat féminin; l’amélioration de la productivité des entreprises des femmes; l’amélioration des capacités de stockage et de conservation des produits; l’amélioration des capacités de transformation des produits; l’amélioration de la capacité de commercialisation des entreprises des femmes; la réduction des inégalités de genre à travers des séances de sensibilisation de la population ».

Ainsi, pour une mise en œuvre efficace, la SNPEF devrait avoir l’adhésion de tous les acteurs clés qui participent au développement de l’entrepreneuriat féminin.

Aussi, le fonctionnement régulier du dispositif de mise en œuvre dépendra du degré d’appropriation de la stratégie par les acteurs, du respect des différents calendriers et de l’utilisation rationnelle des moyens mobilisés.

A cet effet, les valeurs et aptitudes telles que l’innovation, la créativité, l’anticipation, la technicité, la probité, l’expérience, la diligence, la pro-activité, la reddition des comptes et le management orienté vers les résultats doivent être développés par les acteurs de mise en œuvre de la stratégie.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Guinée-Conakry : la Cédéao exige que la transition militaire soit très courte

INFOWAKAT

Burkina : l’UNAPOL n’est pas contente du nouveau ministre de la sécurité

INFOWAKAT

Classement FIFA : la Libye fait la meilleure progression du mois et le Burkina reste assez stable

INFOWAKAT

Centrafrique : les Casques bleus gabonais retirés de la MINUSCA en raison d’allégation de viols

INFOWAKAT

Politique : Luc Adolphe Tiao quitte le navire du CDP

INFOWAKAT

Fada N’Gourma : la police interpelle un mineur conduisant un tricycle en pleine ville.

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR