Actualité Burkina Société

Evènements du pont Nazinon : Un coup d’Etat déjoué

Le ministre en charge de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, a animé une conférence de presse, ce vendredi 21 octobre 2016. A cet exercice, y était de la haute hiérarchie sécuritaire. Au menu des échanges, il a été principalement question des évènements du pont Nazinon. Il en ressort que des actions de déstabilisation des institutions de la république étaient en préparation.

Le général Pingrenoma Zagré.
Le général Pingrenoma Zagré.

Déstabiliser des institutions de la république pour prendre les rênes du pouvoir. Voilà ce qui a été évité avec l’interception de quatre individus, le samedi 8 octobre dernier, à niveau du pont Nazinon. Selon, le ministre en charge de la sécurité intérieure, ces individus dont deux ont trouvé la mort dans un incident appartenaient tous à la défunt Régiment de sécurité présidentiel (RSP). De plus, trois (03) d’entre eux seraient des déserteurs recherchés pour leur implication présumée dans l’attaque du dépôt d’armes de Yimdi, en Janvier dernier.

Selon Simon Compaoré, l’adjudant-chef Gaston Coulibaly, qui fait encore l’objet d’un avis de recherche, serait à la manœuvre de cette action qui se préparait. Secondé par le sergent Kalifa Zerbo et le soldat de première classe Issaka Yelemou, ils seraient entrés en contact avec ses anciens frères d’armes, afin de les rallier à sa cause. Contre des sommes d’argent et des promesses, une trentaine de sous-officiers et d’hommes du rang, tous de l’ex RSP, ont alors été recrutés. A en croire les conférenciers, des réunions organisées à Ouagadougou et dans d’autres garnisons du pays aurait permis de mettre sur pieds, des projets de déstabilisation.

Prendre Kossyam par les armes

s2curit2-interieurDes avancées de l’enquête, l’un des objectifs du groupe était de s’emparer de la présidence de la république au moyen des armes, pour s’emparer du pouvoir. C’est ce qu’a soutenu Simon Compaoré. Les autres objectifs étaient la caserne de la gendarmerie nationale à Ouagadougou, la sequestration de certaines autorités et l’attaques de la maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). Selon les conférenciers, l’opération qui devait se tenir le 8 octobre 2016 à minuit, a été déjoué suite à des dénonciations faites par certains membres du groupe et corroborées par d’autres ex-RSP qui avaient refusé de prendre part au projet.

Mis en échec, le groupe a donc orchestré un plan B qui consistait à créer une minuterie dans l’armée, à travers des tirs dans les garnisons. De nouveau, ce fut un échec, du fait de la réaction des commandements militaires. Une rébellion armée, mettant aux prises, des entités des forces armées nationales (FAN) aurait aussi été projeté. A ce jour, 42 personnes ont été entendus, dont 32 militaires. 19 militaires sont encore gardés à vus et 10 ont été déféré devant le parquet. Seul l’adjudant-chef Gaston Coulibaly est en fuite.

Le chef d’Etat-major général des armées a assuré que des actions sont menées pour renforcer la cohésion au sein des FAN. « Nous n’allons pas permettre à des individus puissent mettre en péril la crédibilité des forces armées », a martelé le général Pingrenoma Zagré.

Nouroudine Lenoble LOUGUE

infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Boycott Faso Foot : Fin du clash, balle à terre

Jordan MEDA

Burkina/Sécurité : “l’Etat est dans les zones les plus inaccessibles” (Laurence Ilboudo)

Jordan MEDA

Covid19 : le gouvernement au tableau pour présenter son plan de riposte

Jordan MEDA

Burkina :”Les travailleurs de l’action sociale ne sont pas des potiches” (Laurence Ilboudo)

Jordan MEDA

Fasofoot : le club des 08 campent sur leur pelouse

Jordan MEDA

Mali/Culture : l’artiste musicien Sidiki Diabaté en garde à vue pour violences

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR