A LA UNE Actualité Articles EUROPE Sports

Football : Stéphanie Frappart première arbitre à diriger une rencontre masculine

La Française Stéphanie Frappart est la première femme arbitre à siffler une rencontre masculine majeure. Ce mercredi 14 aout, dirige le match de la Supercoupe d’Europe qui se joué entre Liverpool et Chelsea.

Pour la première fois, une rencontre masculine majeure de football sera dirigée par une femme. « Nous devons prouver physiquement, techniquement et tactiquement que nous sommes les mêmes que les hommes. Je n’ai pas peur de ça. Rien ne change pour moi », a déclaré la Française à la veille de cette rencontre qui se déroulera à Istanbul.

Pour Stéphanie Frappart, cela montre qu’elle se fond dans le décor. Pour elle, homme ou femme derrière le sifflet, il n’y a pas de différence. « Les décisions et les règles sont les mêmes. Je fais les mêmes tests physiques que les garçons. Les joueurs ne vont pas moins vite sur un terrain lorsqu’ils sont arbitrés par une femme donc les exigences ne sont pas moindres », avait-elle expliqué dans un entretien accordé au quotidien Français Parisien.

Stéphanie Frappart, une arbitre appréciée

Mais l’arbitre Stéphanie Frappart est souvent victime de sa féminité. En plus de l’hostilité de certains supporteurs, la Française est souvent confrontée à un certain manque de confiance. En 2015,  elle avait dû faire face au dérapage sexiste de l’entraîneur de Valenciennes David Le Frapper. Alors qu’il estimait que son équipe aurait dû bénéficier d’un pénalty contre Laval,  il avait déclaré à l’issue du match nul (0-0) : « Concernant le penalty, il était bien là mais l’arbitre ne l’a pas vu, elle faisait du patinage peut-être. Quand on est une femme et qu’on vient arbitrer un sport d’hommes, c’est compliqué ». Le technicien s’était ensuite excusé auprès de Stéphanie Frappart.

Tout ceci est loin d’importuner Stéphanie Frappart. Elle pense même que son statut peut être un avantage : « Je pense qu’il y a un peu plus de respect pour une femme. Dans la virulence des mots, il y a peut-être une barrière qui fait qu’on touche moins à une femme ou qu’on s’adresse à elle de manière un peu plus correcte ».

Ses qualités sont aussi saluées par les joueurs. « Elle a une petite voix mais elle a du charisme, de la personnalité. Elle utilise des mots justes, elle explique, elle est diplomate et on peut discuter avec elle. Elle ne cherche pas à se mettre en avant. Son objectif, c’est vraiment le jeu », estime ainsi le milieu d’Orléans Pierre Bouby, qui l’avait présentée comme « la meilleure arbitre en Ligue 2 ».

Ce mercredi 14 août, Stéphanie Frappart n’est pas seule sur le terrain. Clément Turpin sera en charge de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), tandis que Frappart sera assistée de deux autres femmes, sa compatriote Manuela Nicolosi et l’Irlandaise Michelle O’Neill. Le quatrième arbitre officiel sera un homme, le Turc Cuneyt Cakir.

La rédaction

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Koutougou : Les corps des militaires tombés accueillis par des tirs en l’air

INFOWAKAT

Koutougou : Le GSIM revendique l’attaque

Infowakat MEDA

Attaque Koutougou : Le CFOP veut « des solutions ad ’hoc »

Infowakat MEDA

Nouvelles plaques et cartes grises : le deal des « Koksairs »

Infowakat MEDA

Rébellion au camp Guillaume OUEDRAOGO, une rumeur selon l’Etat Major

Infowakat MEDA

Santé reproductive: Mieux former pour mieux impacter

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR