Actualité Burkina Société

Grève des agents de santé : « Il y aura certainement des conséquences et ça c’est évident ! C’est le minimum ! », Pissyamba Ouédraogo

Le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animal (SYNTSHA) est allé en grève à compter de ce jour mardi 22 novembre 2016, et ce jusqu’au 24 novembre prochain sur toutes l’étendue du territoire. La grève est bien suivie, nous a rassuré le Secrétaire général national du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo. L’objectif de la grève est d’interpeler le gouvernement sur les différentes revendications qui font le corps de la plateforme du SYNTSHA.

Pissyamba Ouédraogo, secrétaire général national du SYNTSHA
Pissyamba Ouédraogo, secrétaire général national du SYNTSHA

C’est effectif ! Les agents de santé se sont délestés de leurs blouses blanches à compter de ce mardi 22 novembre 2016 sur tout le territoire national. Certains dans une position débout, et d’autres assis sur tout ce qui peut ressembler à un siège, les militants du SYNTSHA ont envahi la Bourse de Travail de Ouagadougou ce matin. « La principale raison de notre grève ce matin est que notre  plateforme revendicative n’est pas satisfaite », a lâché Pissyamba Ouédraogo, Secrétaire Général (SG) du syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA). De ces revendications, il faut noter l’amélioration des conditions de travail. A ce sujet, Pissyamba Ouédraogo a révélé que la plateforme s’articule autour des conditions de travail parce que, dit-il, « nous voulons que l’Etat crée les conditions pour que le secteur public de santé soit à mesure d’offrir des soins de qualité aux populations ». A cela s’ajoute l’amélioration des conditions de vie et la participation des travailleurs à la gestion du système de santé. Selon le SG du SYNTSHA, il faut que les travailleurs qui sont les principaux concernés par les décisions dans les formations sanitaires puissent participer à toute prise de position qui doit en dernière analyse les concerner.

Aussi, faut-il faire cas de la gratuité des soins lancé par le gouvernement il y a quelques mois.  A ce niveau, Pissyamba Ouédraogo a déploré les faits constatés sur le terrain. Pour lui, « le gouvernement a décidé de la gratuité et nous avons constaté que cette mesure n’a pas été préparé ce qui fait que rien ne va sur le terrain. A ce sujet nous avons demandé des mesures d’accompagnement », a-t-il fait savoir.

Il y a le dossier de la CAMEG, poursuit-il, où nous avons exigé que la CAMEG soit érigée en une société d’Etat, mais c’est une question qui n’a pas encore été réglée. Il y a la loi 081 qui doit être appliquée à l’ensemble des agents mais le constat est que certains agents de santé ne sont pas concernés.

Qu’en est-il du dialogue entre le syndicat des agents de santé et le Gouvernement ?

Hamadi Konfé, Secrétaire général du SYNTSHA/CHU-Yalagado Ouédroago
Hamadi Konfé, Secrétaire général du SYNTSHA/CHU-Yalagado Ouédroago

Le gouvernement n’a jamais rompu le dialogue avec les syndicats à en croire Pissyamba Ouédraogo. Pour être exact, « c’est dire qu’on n’a jamais cessé de se rencontrer », a-t-il révélé.

Mais lors de la précédente grève du SYNTSHA, à l’entendre, il a été révélé que les ministres des finances et de la fonction publique n’avaient pas le temps. Par conséquent, aucun ministre ne s’est présenté aux grévistes. C’est dire qu’aucun ministre ne pouvait décider sur les questions financières et sur les questions de carrières. De la question du dialogue, « il ne s’agit pas de venir pour qu’on se rencontre ou qu’on se salut. Nous voulons qu’on traite les problèmes et qu’on propose des solutions », a-t-il exigé.

De l’impact de cette grève sur les malades, Pissyamba Ouédraogo a trouvé ce fait naturel. « Nous savons que lorsque nous travaillons il y a des gens qui meurent parce qu’ils n’ont pas d’argent pour les soins. Çà c’est parce qu’on est là. Et si on n’est pas là ? Il y aura certainement des conséquences et ça c’est évident ! C’est le minimum ! Mais la question doit être posée au Gouvernement. Avait-il oui ou non connaissance des revendications ? Qu’a-t-il fait pour éviter la grève ? Est-ce que la grève était, oui ou non, évitable ? Le législateur a prévu minimum un préavis de deux semaines que nous avons toujours respecté. Mais qu’est-ce que le gouvernement a fait ? », s’est-il insurgé !

Pour lui, cette grève était évitable si toute fois le Gouvernement avait pris les dispositions nécessaires pour accéder le plutôt possible à leur requête. «  J’ai entendu le ministre de la santé dire qu’il a été surpris et qu’il a été informé par la rue de la décision de ne pas faire de service minimum. Mais c’est dommage ! Le gouvernement n’est pas là pour attendre qu’on l’informe que l’on fait des grèves avec service minimum. Il est là pour régler les problèmes. Il devrait même chercher à ce que la grève n’ait pas lieu. Pour quoi le ministre veut une grève avec service minimum ? On a l’impression que c’est ça son objectif, c’est-à-dire que nous pouvons faire des grèves comme nous voulons avec service minimum et lui il s’en fout », a-t-il indigné.

De l’effectivité de la grève au CHU-Yalgado Ouédrogo, Hamadi Konfé, SG du SYNTSHA/CHU-Yalagado Ouédroago, a rassuré que tous les militants du SYNTSHA ne travaillent pas aujourd’hui. « Tous les militants du SYNTSHA sont en grève », a-t-il martelé.  « On aurait appris que le syndicat des médecins s’est désolidarisé de la grève », a-t-il confié. Pour lui, ce fait n’a aucun sens car, dit-il, « ce syndicat  n’est pas signataire de la grève ».

Le point de cette journée de grève est attendu dans l’après-midi de ce jour mais le SG du SYNTSHA estime que les échos dans la préparation montrent que la mobilisation va être bonne.

Armand Kinda                                        

Infowakat.net

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

ARTICLES SIMILAIRES

Drame d’Inata : le rapport remis au président du Faso

INFOWAKAT

Entrepreneuriat : La volonté d’entreprendre doit s’accompagner d’un entourage inspirant

INFOWAKAT

Opération Goundalgou 4 : plusieurs Terroristes neutralisés

INFOWAKAT

Marche du 27 novembre : l’opposition dénonce la présence inopportune et dangereuse des Koglweogo

INFOWAKAT

Burkina : Des nominations à la Gendarmerie Nationale

INFOWAKAT

Mali : l’armée française s’apprête à quitter Tombouctou

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR