Actualité Ecomedia Société

Groupe Breba Finances : « Breba, un escroc au col blanc qui ne s’inquiète pas… », Neya BEYON, victime du GBF

Les membres du Collectif Traders de Social Binvesting ont organisé une conférence de presse ce lundi 22 mai 2017 à la Bourse de Travail de Ouagadougou pour dénoncer le laxisme et le mutisme des autorités face à l’affaire d’ « escroquerie » du Groupe Breda Finances (GBF). Selon les conférenciers, « Breba, un escroc en col blanc » ne se sent toujours pas inquiéter après avoir « arnaqué » plus de 4000 citoyens burkinabè. Le collectif demande aux autorités compétentes de prendre leurs responsabilités face à cette affaire afin que l’ « escroc » leur rembourse le capital de base et les intérêts de leurs investissements, mais aussi, qu’il réponde de ses actes devant la justice.

« Mickael Wendkuni Breba est responsable de tous nos maux », ont fait savoir les membres du Collectif des Traders SBI pour justifier la tenue de cette conférence de presse. Les conférenciers ont ainsi indiqué que le sieur « Breba a arnaqué 4000 citoyens de ce pays ». Cette arnaque, disent-ils, a mis les uns et les autres dans des conditions de vies « drastiques, douloureuses voir misérables ». Ils demandent donc aux autorités compétentes de prendre des mesures idoines pour que les actions qui ont conduit à l’interpellation de l’opérateur économique burkinabè Inoussa KANAZOE, se répète sur le sieur Breba.

La boue dans laquelle pataugent plus de 4000 Burkinabè

« Mickael Wendkuni Breba a fondé en 2015 le Groupe Breda Finances (GBF) dont il est le président directeur général. Une entreprise qui serait mise en place de façon régulière et légale dans un Etat souverain et de droit qu’est le Burkina Faso. Sis au centre commercial de Ouaga 2000, GBF a mis  au point une plateforme de trading : Social Binvesting. Laquelle plateforme dispose de 3 produits à savoir “Hebdo 10”, ”Other trading“ et “Instant trade” », a relaté Neya BEYON, porte-parole du collectif. A l’entendre, pour le premier produit Hebdo 10 qui ne présente « aucun risque », et qui aurait fait plus de victime, il consistait à investir un montant allant de 100 000F à 2 500 000F. GBF se sert de cet investissement pour « trader ». Pendant que les investisseurs s’attendaient à un bénéfice pouvant atteindre 180% de leur investissement, les retraits n’étaient pas possibles dans les institutions financières « de renom et digne de confiance » telles que Coris Bank International et United Bank for Africa et avec qui Breba semblait collaborer. Pour justifier ces difficultés de retrait, Breba avait fait cas d’une maintenance du site aux fins de migrer vers une nouvelle plateforme plus professionnelle qui devrait satisfaire  le nombre croissant des investisseurs. « Depuis lors, les demandes de retrait se voyaient annulées », assène Neya BEYON. A l’en croire, c’est ce qui a guidé les victimes de cette escroquerie à se constituer en collectif pour mieux défendre leurs intérêts. Avec au départ 43 membres, le collectif compte aujourd’hui 550 membres.

« 3.618.000.000 FCFA, une somme qui pourrait créer beaucoup d’emplois »

Rien qu’aux membres du collectif, le nommé Breba est appelé à rembourser la 3.618.000.000 F CFA. Il faut noter que ce montant inclut le capital de base et les intérêts des investisseurs. Toutes les « 4000 » victimes réclament aussi leur dû. Des plaintes ont été portées « à la Police nationale et à la Gendarmerie » mais ces différentes plaintes sont restées « lettre morte » selon les conférenciers. Le collectif se demande pourquoi jusqu’à présent Breba ne soit pas interpelé pour escroquerie ? Qui protège Breba et pour quel intérêt ? Suite à des investigations poussées, Nouphé BAMOGO, membre du bureau national de la confédération syndicale burkinabè a confié que le collectif aurait reçu des informations selon lesquelles « Breba a décaissé 60 millions pour faire taire le dossier ». Mais le collectif demande à l’Etat de prendre des mesures énergétiques pour le traitement diligent de ce dossier afin que les uns soient remis dans leurs droits et les autres punis à la hauteur de leur forfait. Il invite également ses membres à se tenir prêt pour tout mot d’ordre du collectif.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Education : Inscription et réinscription des élèves déplacés internes

INFOWAKAT

Education : le président du Faso parraine la première promotion de l’Institut de Technologie du Burkina

INFOWAKAT

France : le concert de Werrason interdit à Paris

INFOWAKAT

Campagne nationale du leadership : Réveiller le leadership qui est endormi en chaque jeune fille

INFOWAKAT

Déplacés internes à Kaya : « Nous voulons apprendre des métiers pour préserver notre dignité », Boukari Ouédraogo

INFOWAKAT

Sécurité : 03 réseaux de malfrats mis aux arrêts 

REDACTION

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR