A LA UNE Actualité AFRIQUE Burkina Monde Société

Guinée Conakry : Que se passe t-il avec les orpailleurs burkinabè

Douze (12) orpailleurs burkinabè avaient été arrêtés le 20 octobre dernier dans la commune rurale de Diatiféré en Guinée par les autorités communales. Ces orpailleurs accusés selon la presse guinéenne, d’avoir utilisé du cyanure dans l’exploitation de l’or ont été relâchés alors que, la justice affirme les avoirs transférés à la présidence des orpailleurs afin qu’ils les mettent à la disposition de la police de l’immigration. Ces derniers nient ces propos et disent avoir été simplement informés de leur libération.

Les 12 orpailleurs burkinabè transférés après leur arrestation à la maison d’arrêt en Guinée ont été libérés.
Aucune autorité ne reconnait avoir libérée les orpailleurs burkinabè. Ils se rejettent toute la responsabilité.

A en croire la presse guinéenne, l’autorité communale a regretté cette libération. «Tout ce que je peux, c’est de mettre main sur des personnes qui sont en porte-à-faux avec la loi. C’est à la justice de faire son travail. S’ils sont relâchés, tant mieux. L’essentiel est qu’ils ne mettent pas pieds à Diatiféré. Nous ne sommes pas contre la présence d’un citoyen dans notre pays, quelle que soit sa nationalité. Car, des guinéens se trouvent partout à travers le monde. Mais, nous sommes contre leur façon de travailler chez nous (installation de dragues, utilisation du cyanure de l’exploitation de l’or) qui va à l’encontre de l’intérêt de nos citoyens », laisse entendre le maire de la commune rurale de Diatiféré Sory Amoroya Barry.

Selon toujours la presse guinéenne, le président du tribunal de première instance de Dinguiraye, Fulbert Aimé Sagno a affirmé que, « c’est par manque de famille d’accueil qu’ils ont été envoyés à la maison d’arrêt. Après vérification, nous n’avons pas trouvé de produits toxiques dans leurs colis. C’était du gasoil qui était dans les bidons. Et, en plus de ça, ils n’ont pas été pris en flagrant délit. Ils n’étaient pas en train de travailler. Il y a la libre circulation des personnes et leurs biens quelle que soit leur nationalité. L’essentiel est qu’elles se soumettent aux lois de leur pays d’accueil. C’est pour cela que nous leur avons mis à la disposition du président des orpailleurs pour qu’il les mette à la disposition de la police de l’immigration

L’autorité communale accuse le directeur préfectoral des mines d’avoir vendu la zone minière de Maléa aux Burkinabè, au détriment des populations locales qui y vivent. Ce que dément catégoriquement ce responsable préfectoral des mines de Dinguiraye.

Ketsia WANE

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Sécurité : l’armée a intercepté et détruits un véhicule appartenant aux terroristes

INFOWAKAT

Burkina : décret portant ouverture des frontières terrestres et ferroviaires

INFOWAKAT

Drame d’Inata : le rapport remis au président du Faso

INFOWAKAT

Entrepreneuriat : La volonté d’entreprendre doit s’accompagner d’un entourage inspirant

INFOWAKAT

Opération Goundalgou 4 : plusieurs Terroristes neutralisés

INFOWAKAT

Marche du 27 novembre : l’opposition dénonce la présence inopportune et dangereuse des Koglweogo

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR