Actualité Burkina Santé

La maladie de la dengue : « il n’y a pas de traitement spécifique contre cette maladie », dixit Smaïla Ouédraogo, ministre de la santé

Le ministre de la Santé, Smaïla Ouédraogo accompagné de quelques membres de son ministère et la représentante de l’organisation mondiale de la santé (OMS) résidente au Burkina Faso, étaient face à la presse ce mardi 8 novembre 2016 à Ouagadougou. L’objectif de ce point de presse était de donner les informations nécessaires sur la maladie de la dengue qui ne cesse de faire parler d’elle depuis quelques temps au Burkina Faso. Mais  à entendre le ministre Smaïla Ouédraogo, cette maladie n’a pas de traitement spécifique qui lui est attribué. « Elle se traite par ses symptômes », a-t-il fait savoir.

Pour le ministre de la santé, Smaïla Ouédraogo, le palu tue plus que la dengue
Pour le ministre de la santé, Smaïla Ouédraogo, le palu tue plus que la dengue

La dengue est une maladie causée par un virus et transmise à l’homme par des piqûres de moustiques infectés qui piquent surtout le jour. Ce moustique se reproduit dans les eaux stagnantes contenues dans les récipients et objets non couverts. Ces moustiques se retrouvent souvent dans les zones urbaines et semi-urbaines.Il faut dire que la dengue a été découverte au Burkina Faso depuis 1925. En 2013, quelques cas ont été enregistrés dans la commune de Kamboinsé. Et le ministre de la santé  a révélé que des cas de dengue ont été enregistrés dans certaines formations sanitaires du pays, principalement à Ouagadougou. Le 17 octobre 2016, le ministère de la santé a été alerté par des praticiens d’une augmentation du nombre de cas de dengue dans la ville de Ouagadougou. Ce présent point de presse avait donc pour but d’informer les populations sur l’existence de la dengue. Aussi, faut-il songer à sensibiliser les populations sur les mesures préventives individuelles et collectives.

Quels sont les signes de la maladie ?

Selon le ministre Smaïla Ouédraogo, la dengue est une maladie en général bénigne. Elle se manifeste habituellement par une forte fièvre, des maux de tête intenses, des douleurs derrière les yeux, des douleurs articulaires et musculaires, des nausées, des vomissements et des éruptions cutanées. « Une faible portion de personnes peut développer des complications d’hémorragie pouvant entrainer la mort », a déploré le ministre. Il a rappelé que toute personne vivant au Burkina Faso est exposée au risque de piqûres des moustiques vecteurs de la dengue. A l’entendre, la dengue est une maladie bénigne. Et selon lui, le paludisme tue 2 à 6 fois plus que la dengue. Selon le ministre, quelques cas de complication de la maladie sont pris en charge à l’hôpital Yalgado Ouédraogo.

Mais pour se préserver de la maladie, Smaïla Ouédraogo a invité les populations à se protéger contre les piqûres de moustiques ; à éliminer l’eau stagnante où les moustiques se reproduisent ; à se présenter au centre de santé devant tout cas de fièvre et à éviter de prendre les médicaments sans l’avis de l’agent de santé surtout certains médicaments utilisés contre la douleur et la fièvre tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens(acide acetylsamlicylique, Ibuprofène, Diclofenac, etc.) pouvant aggraver le risque de saignement.

Situation de la notification de la dengue

paluA la date du 06 novembre dernier, les services de surveillance épidémiologique ont permis de notifier 939 cas probables dont 13 décès dans la ville de Ouagadougou. Une étude faite dans le laboratoire de référence grippe de l’IRSS Bobo a confirmé la présence du virus de la dengue, notamment le sérotype 2. (Il faut dire, selon le ministre, qu’il y a 4 types de la dengue dont le type 2, 3, 4 découverte au Burkina Faso).

Des cas suspects sont notifiés dans d’autres provinces telles que Dori et Bobo-Dioulasso (où le test de diagnostic rapide a été fait), Boromo et Kongoussi (où le test de diagnostic rapide n’a pas été fait). Vu tous ces cas, « Le virus circule donc au Burkina Faso », foi du ministre.

A la question de savoir si l’on peut guérir de la dengue, le ministre de la santé a fait savoir qu’il est possible de guérir de la dengue si et seulement si, « le malade se rend tôt dans un centre de santé et applique correctement le traitement et les conseils prescrits par les agents de santé ». Il a tenu à rappeler de ce fait que l’on peut guérir de la dengue et retomber malade de la dengue mais de types différents.

Des mesures prises par le gouvernement pour éradiquer cette maladie, il faut noter l’organisation des journées pour la destruction des éléments susceptibles de proliférer le moustique et faire des pulvérisations. Dans cette dernière option, les conférenciers ont tenu à rappeler que les méthodes  qui jadis étaient utilisées dans la pulvérisation ne sont plus efficaces de nos jours. Des mesures sont en cours pour trouver la solution idoine susceptible de freiner la prolifération de ces moustiques vecteurs.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Conseil des ministres : Bientôt un CHRU avec 306 lits à Gaoua

INFOWAKAT

Conseil des ministres du 27 octobre 2021 : Les grandes décisions

INFOWAKAT

Koulpélogo : 01 koglwéogo tué par des braqueurs armés à Yourga

INFOWAKAT

Procès Thomas Sankara : l’avocate de Elysée Ilboudo plaide non coupable pour son client!

INFOWAKAT

Région de l’Est : le couvre-feu prorogé de 60 jours

INFOWAKAT

Procès Thomas Sankara et 12 autres : L’avocat de Elysée Ilboudo demande une expertise mentale de son client pour incohérences dans ses propos!

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR