Actualité Burkina Entreprenariat Wakat TV

Iliassa Sankara et son atelier de retouche : « Je n’envie personne », dit-il !

L’école n’est pas la seule voie de réussite. C’est le débat qui alimente les « grains » de thé des jeunes qui entendent entreprendre. Certaines personnes sont passées par l’école pour réussir. D’autres par contre se sont passés de l’école pour se réaliser. Notre interlocuteur s’inscrit dans cette dynamique. Etudiant en première année de Science exacte et appliquée (SEA), Iliassa SANKARA est aujourd’hui promoteur d’un atelier de retouche. Cinq (5) personnes y travaillent avec lui. Aujourd’hui, âgé de 26 ans, Iliassa SANKARA «  n’envie personne » car son métier lui permet de subvenir à ses besoins.

Iliassa SANKARA, promoteur de l’atelier de couture de retouche

Jeune couturier de 26 ans, Iliassa SANKARA a appris à coudre depuis son bas âge en Côte d’Ivoire avec son père qui malheureusement l’a quitté alors qu’il n’était qu’en classe de la première. Iliassa SANKARA mettait à profit ses temps libre. A l’époque, à l’absence de son père, il profite de l’atelier et de la machine de ce dernier pour raccommoder certains vêtements. « On ne savait pas que ç’allait nous profiter mais maintenant ça nous profite bien », s’est-il réjoui.

« Ce sont les conditions qui ouvrent l’esprit »

A en croire notre interlocuteur, la galère est le plus bon conseiller de tous les temps.  Ainsi, après son Baccalauréat Iliassa SANKARA a quitté la Côte d’Ivoire pour continuer ses études en SEA au Burkina Faso. Au tout début, les conditions n’étaient pas faciles, se rappelle-t-il toujours. Les difficultés de la vie ne lui permettaient pas de subvenir à ses petits besoins. Pour surmonter toutes ces difficultés, l’idée de créer un atelier de couture exceptionnel lui traversa l’esprit. << Ce sont nos conditions de vie qui nous ouvrent l’esprit>>, pense-t-il.

 

« Redresser ce que les couturiers ont raté »

Le but de cet atelier spécifique baptisé « Atelier de retouche » est de « redresser ce que les couturiers ont raté »« Si un couturier coud votre vêtement et que vous  n’êtes pas trop satisfait de son travail, vous nous l’amenez et nous y apporterons une correction qui va vous satisfaire à coup sûr », a-t- expliqué. L’objectif premier des couturiers de cet atelier n’est pas de coudre de nouveaux vêtements mais de redonner un autre visage à votre vêtement. « Même les vestes, je les démonte et je les réfectionne propre », a-t-il ajouté. Cinq (5) personnes dont trois étudiants travaillent avec lui actuellement.

Lire aussi : Titulaire d’une maitrise en économie, Sékou Coulibaly fait de la couture son gagne pain

En rappel, Iliassa Sankara a commencé son activité avec une seule machine alors qu’il travaillait toujours avec son oncle ici à Ouagadougou. Ses amis travaillaient déjà dans l’atelier qu’il a ouvert. Après deux ans de dur labeur, notre jeune couturier s’est définitivement départi de son oncle pour se consacrer en temps plein à son atelier. Ce qui lui a permis d’acheter d’autres machines à coudre pour renforcer son atelier.

Témoignage de certains employés et clients

Issaka Ouédraogo, client

Luc Yigo, est employé dans l’atelier d’Iliassa SANKARA. « J’ai appris le métier depuis la Côte d’Ivoire. Arrivé au Burkina Faso (…). C’est mon grand frère qui m’a mis en contact avec Iliassa Sankara. Depuis que j’ai commencé, je n’ai plus besoin de demander de l’argent à ma maman pour mes besoins. J’arrive moi-même à subvenir à mes besoins (…) ».

Le « bon travail »  d’Iliassa SANKARA attire beaucoup de clients. Certains d’entre eux en ont témoigné. C’est le cas de Moumini NABASAGA, étudiant à l’Université Joseph Ky-Zerbo Ouaga 1 qui était là pour le retrait de ses vêtements qu’il avait donné à retoucher. « Au début je ne croyais pas en lui mais au fur et à mesure que je lui apportais mes vêtements pour les retouches j’ai trouvé qu’il faisait du bon travail. Maintenant je motive moi-même plusieurs personnes à venir se faire retoucher leurs vêtements », a-t-il témoigné.

Issaka Ouédraogo, ressortissant de Tampouy en a aussi témoigné. « Quand je suis arrivé de la Côte d’Ivoire, j’avais des vêtements qui nécessitaient des retouches. Je me suis renseigné sur un atelier qui m’aidera vraiment à le faire et c’est ainsi que je suis tombé sur cet atelier. Et quand je suis arrivé, je vous assure que leur prestation m’a beaucoup satisfaite ».

Armand kinda

infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : le procureur général fâché par le bâtonnier

Jordan MEDA

Bars et maquis : la ruée vers la bière n’est pas générale

Jordan MEDA

Communiqué d’ouverture concours professionnel de recrutement de 10 élèves greffiers, session 2020

INFOWAKAT

Covid-19 : Le DG de la Police Nationale rappelle aux usagers de la route, l’obligation du port du cache-nez.

INFOWAKAT

Education : 04 syndicats refusent d’accompagner le gouvernement

Jordan MEDA

Covid19 Burkina : Claudine Lougué offre 80 lave mains à Stanislas Ouaro

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR