Actualité Burkina Société

Incivisme routier : « Si à l’orange on doit maintenant s’arrêter il faut qu’on nous sensibilise »

La police nationale de la section circulation routière a procédé dans la matinée de ce mercredi 17 août 2016 à Ouagadougou, à la présentation de l’impact de ses hommes dans les artères de la ville pour la régulation de la circulation. Le constat que l’on peut faire de cette tournée est que l’incivisme est en descension dans la ville de Ouagadougou.

Au total, cinq (5) carrefours étaient en ligne de mire des policiers. Du carrefour situé devant la direction générale de la police nationale à celui du Musée national en passant par celui situé à la station Shell de la Zone 1,  au carrefour Namedis pour finir à celui de la station Shell de la Cité AN III. Le constat est probant ; la circulation routière dans la ville de Ouagadougou se fluidifie jour après jour. D’environ 2692 engins retirés au mois de juin pour cause d’infraction, l’on était à environ 2080 au mois de juillet. Une baisse considérable a été constatée. Ainsi, en ce mois d’Aout, l’on est actuellement à 800 engins retirés par la section circulation voie publique et environ 300 pour la section moto.

Les plaintes de certains contrevenants

incivisme routierA chaque coup de sifflet du policier en situation de régulation de la voie routière, les contrevenants tentent de s’expliquer ; de se donner souvent raison et de culpabiliser le policier. Ainsi, Souleymane Ranwendé, contrevenant au carrefour du Musée nationale tente de se défendre en ces termes, « C’est la femme qui était devant moi qui m’a retardé. Le feu était  au vert quand je venais et à mon arrivé avec le freinage de la femme qui était devant moi, je suis arrivé quand le feu était à l’orange. Et quand j’ai plané net, on m’a interpelé. Je vous jure sur la tête de mon père que je n’ai pas brulé le feu ; je ne suis pas un  illettré. Moi je suis passé à l’orange. Pour moi c’est le rouge qu’on ne doit pas bruler…». Quant à la contrevenante Assèta Ouédraogo elle, jure sur tous les dieux qu’elle ne « brule » pas le feu. « J’ai dit à l’enfant qui était devant moi de faire vite pour ne pas que le feu soit au rouge du moment où nous sommes toujours arrêtés. Et d’ici que je passe devant, le policier fait frréééé (entendez par là que le policier à sifflet l’infraction). C’est pour cela, sinon moi je ne brule jamais le feu », s’est-elle justifié.  Abraham Damiba lui, estime « la police doit essayer de sensibiliser la population avant d’appliquer ce qu’ils sont en train d’appliquer. Plusieurs personnes ne savent pas qu’on doit impérativement s’arrêter à l’orange. C’est la nouvelle règle. Si non de par le passé, à l’orange on peut passer. Si à l’orange ont doit maintenant s’arrêter il faut qu’on nous sensibilise, et je pense que c’est la meilleure solution ».

L’impact de la police dans certaines artères de la ville

Plus de 8OO engins à deux roues saisis en ce mit-mois d’aout par la police
Plus de 8OO engins à deux roues saisis en ce mit-mois d’aout par la police

Pour l’Assistante de police Pélagie Traoré, l’incivisme est en baisse par rapport au mois passé. « On peut dire qu’on a fait un beau travail car même à l’orange, il y a des usagers qui s’arrêtent », s’est-elle encouragée. Quant au Chef du service régional de la circulation et de la sécurité routière du centre, le Commissaire principal Moussa Bangré Kaboré, la collaboration des communicateurs est nécessaire pour que la sensibilisation que la police a entreprise depuis longtemps puisse vraiment continuer dans de bonnes conditions.

Les amandes que chaque contrevenant doit payer

Moussa B. Kaboré laisse entendre que les amandes sont fixées par décret. Elles varient donc de 3000 FCFA à 25000 FCFA selon la gravité de l’infraction. « L’amande est souvent élevée pour des personnes qui sont à double infraction », a-t-il précisé avant de faire le cap sur les contrevenants qui prolifère des invectives à l’endroit des policiers. Dans ce cas de figure aussi, « l’amande est élevée », a-t-il conclu.

Armand Kinda

Infowakat.net

Abraham Damiba exige une sensibilisation de la part des policiers avant l’application de certaines règles
Abraham Damiba exige une sensibilisation de la part des policiers avant l’application de certaines règles

 

incivisme routier6

incivisme routier2

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina/Boucle du Mouhoun : un chef de village enlevé dans la Kossi

Jordan MEDA

Burkina/Fada : La population descend au gouvernorat avec des corps de proches tués

Jordan MEDA

Concours directs : 1 290 142 candidatures pour 4 721 emplois

INFOWAKAT

Elections couplées de 2020 : la date limite de réception des dossiers de candidatures

INFOWAKAT

Covid19-BF : 19 nouveaux cas confirmés à la date du 15 septembre 2020

INFOWAKAT

Cyber criminalité : Ils ont extorqué près de 10 millions FCFA à leurs victimes

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR