A LA UNE Actualité Articles Burkina Politique

Le dialogue politique ne doit pas être «un outil de  marketing politique» CFOP

Le Chef de file de l’opposition a organisé une conférence de presse ce jeudi 25 avril 2019 au siège du CFOP. Les échanges ont porté sur le dialogue politique et la situation nationale du pays.

La liste des propositions de l’opposition politique pour  l’ordre du jour du dialogue politique prévu pour ce 28 avril 2019 comporte 07 thèmes dont 39 sous thèmes. Il s’agit entre autre de la situation sécuritaire, la réconciliation nationale, l’unité nationale et la cohésion sociale, le code électoral et les élections de 2020, les questions sociales et la gouvernance.

Cependant. L’opposition conditionne sa participation par non seulement l’encadrement dudit dialogue par des textes mais aussi par des modalités de mise en œuvre et de suivi des décisions qui y seront issues. Pour Zépherin DIABRE « l’opposition n’est pas prête à aller causer de tout et de rien sans qu’il n’y ait des solutions concrètes aux problèmes des Burkinabè » et donc il ne faut pas  que cela soit du « marketing politique ».

L’opposition pense que le « président du Faso n’accorde pas au dialogue l’importance qu’il faut ». Pour preuve, « à trois jours de la date du dialogue, nous ne savons pas d’abord où il va se tenir, quels sont les points qui y seront débattus ni comment vont se dérouler les travaux ».

Africa Intelligence dans sa parution du 22 avril révélait que « le président du Faso aurait repris les recettes de Blaise COMPAORE, négocierait avec les terroristes et que les intermédiaires réclament des compensations financières». Selon  l’opposition, « il n’y a pas eu de démenti sur la question. Ce que vous reprochez comme étant une solution ayant été appliquée par l’autre, c’est celle-là que vous employez. Il faut être cohérent».

En ce qui concerne les problèmes que traverse le Burkina, Zépherin DIABRE semble confiant de la tenue des élections de 2020, «  il y a tellement de problèmes dans le pays mais ça n’empêchent pas les élections d’avoir lieu. Rien n’emmène à penser que 2020 puisse poser des problèmes. C’est vrai que le pays vit des situations mais ces questions n’empêchent qu’il ait un report des élections ni découplages ».

Djamila KAMBOU

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

ONEA : Perturbation de la desserte en eau dans certains quartiers de la ville de Ouagadougou

INFOWAKAT

Carrière de Borodougou : site touristique ou désastre écologique ?

Infowakat MEDA

Affaire BDU-BF : la galère des 25 licenciés

Infowakat MEDA

Problèmes sanitaires : les solutions du MIDE

Infowakat MEDA

Fada : « Obar Goini » (Le chef n’est plus »)

Infowakat MEDA

Dj Arafat : de Yôrôbô à Daishi, un parcours très controversé

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR