Photo fred
Actualité

« LES NOUVEAUX HOMMES FORTS D’AUJOURD’HUI NE FONT PAS MIEUX QUE CEUX D’HIER », SELON LE MSS

Face à la presse ce mercredi 25 février 2015, le Mouvement Soyons Sérieux (MSS), « Mouvement d’un nom atypique », par la voix de son Coordonnateur national, Frédéric Saaga ZOUNGRANA, dénonce certains agissements des dirigeants de la Transition ; des  agissements qui, selon lui, « sont aux antipodes des attentes du peuple insurgé ».

 

Trois mois de transition marqués par des lacunes ; c’est le bilan de l’analyse faite par le Mouvement Soyons Sérieux (MSS), un mouvement dont le nom reste atypique et pour qui les seules activités connues jusqu’à ce jour étaient les visites de courtoisies et des conférences de presse.

Avec une entrée marquée par une diabolisation de leurs prédécesseurs, les nouvelles autorités se sont illustrées dans la tenue de « déclarations populistes,  démagogiques et mensongères », selon Frédéric Saaga ZOUNGRANA, Coordonnateur national du MSS. Il  dénonce l’initiative de déclaration de biens initiée par le gouvernement de la transition qu’il trouve « partielle », car ne donnant pas assez de  visibilité sur le solde des différents comptes déclarés et les dettes. Des Conseils des ministres délocalisés et un budget du 8 Mars exorbitant, qui, selon le MSS, est en contradiction avec ce contexte d’austérité. Cette somme aurait pu être octroyée aux femmes en vue de leur autonomisation.

 

Le MSS voit de dans la non-participation des Burkinabè de l’extérieur aux élections prochaines une mauvaise volonté des autorités de la Transition et la privation du droit de vote d’un certain nombre de nos compatriotes. Frédéric Saaga ZOUNGRANA justifie ce manque de volonté par la crainte que nourrissent les autorités actuelles de voir la diaspora, surtout celle ivoirienne, s’allier massivement à un parti politique donné. Du même  coup, les autorités de la Transition, selon le MSS, balaient du revers de la main leur mission première et vont déjà en campagne pour les élections à venir.

 

Les nominations  de complaisance, selon le Mouvement, fait ses beaux jours dans le gouvernement de ZIDA où certains ministères sont « CGDisés » pendant que les Conseils des ministres prennent l’allure de sessions de conseils de nominations. Sur la question de la dissolution du Régiment de  sécurité  présidentielle (RSP), le Mouvement dit non, et selon son coordonnateur exécutif national, cette dissolution du RSP n’est pas du ressort du gouvernement de la transition, mais des nouvelles autorités qui seront élues démocratiquement en octobre 2015.

 

Ainsi le MSS qualifie les actions menées au début de la transition comme des campagnes  « de marketing politique jamais égalées ». Par ailleurs, le Mouvement a lancé des appels aux autorités de la transition pour que vraiment plus rien ne soit comme avant. Il invite donc les autorités actuelles à poursuivre les chantiers entrepris par le régime déchu car, dit-il, «s’il est vrai que l’avenir se construit dans le présent, le passé en détient les fondamentaux ».

 

Soumana LOURA

 

ifaso.net

ARTICLES SIMILAIRES

Cérémonie d’ouverture des jeux olympiques Tokyo 2020

INFOWAKAT

Sécurité : La 50ème promotion de la police nationale prête pour servir la nation

INFOWAKAT

Concours de recrutement de 10 notaires, session 202 : Liste des candidats admissibles

INFOWAKAT

Administration présidentielle : le nouveau Secrétaire général installé

INFOWAKAT

Sahel : l’état-major des armées françaises annonce la mort de deux cadres de l’ EIGS

INFOWAKAT

Utilisation des TIC : Le personnel et les élèves de l’ENGSP renforcent leur capacité

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR