Actualité Burkina Société

Liberté de la presse dans le monde entier : Le Burkina Faso classé 46e sur 180 pays

La question de la liberté d’expression au Burkina Faso a toujours été le soubassement de moult débat au sein des différentes institutions et organisations nationales et internationales en charge de la question. C’est dans cette optique qu’une cérémonie de présentation du rapport sur « l’état de la liberté de la presse au Burkina Faso en 2015 ». C’est donc le lieu de savoir quel a été l’état de la liberté d’expression au Burkina Faso sous la période transitoire. Cette cérémonie a eu lieu ce vendredi 21 octobre 2016 au Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ).

Koffi AMETEPE, Haut consultant à la rédaction du présent rapport
Koffi AMETEPE, Haut consultant à la rédaction du présent rapport

C’est un pré-rapport sur la liberté de la presse en 2015 au Burkina Faso qui a été présenté et qui sera publié bientôt après les différents amendements. Ce rapport a été l’objet d’un travail minutieux  des experts en charge de la question. « C’est un jugement rétrospectif fait par nous-même sur une période donnée », a relevé Jean Claude MEDA, président du CNP-NZ.

Il est ressorti du rapport que l’année 2015 était considérée par les organisations nationales et internationales comme une année favorable et décisive pour la liberté d’expression au Burkina Faso. Sur 180 pays classés dans le monde en février 2015 par l’ONG Reporters Sans Frontières (RSF), le Burkina Faso vient à la 46e place, faisant un bond qualitatif de six places par rapport à l’année précédente. « Il vient avant les Etats-Unis d’Amérique (49e) et après la France (38e) », a souligné Koffi AMETEPE, Haut consultant à la rédaction du présent rapport. C’est dire que le Burkina Faso compte désormais parmi les nations où « la parole est libérée et libre ». Le Burkina Faso a évolué en matière de liberté d’expression sur le plan international mais le droit à une information permanente et de qualité reste encore à conquérir. C’est dire que le Burkina Faso doit redoubler d’effort pour que la liberté d’expression y soit plus viable que les années précédentes.

liberte-de-presssePour mesurer l’état de la liberté de la presse au Burkina Faso, le jury national a travaillé sur cinq (5) objectifs de « solidité et de viabilité des systèmes médiatiques » à savoir le degré de protection de la liberté d’expression par des normes juridiques et sociales favorables à l’accès aux sources publiques et privées d’informations ;  la satisfaction du journalisme aux normes de qualité professionnelle ; l’existence d’une diversité de médias à même d’offrir aux citoyens des informations objectives et fiables ; l’existence d’une bonne gouvernance des entreprises de presse permettant le renforcement de la liberté de presse et enfin le degré de défense des intérêts professionnels des médias par des institutions et organisations professionnelles.

Cette étude a donc permis au Burkina Faso d’obtenir les moyennes globales de 2,61 en matière de liberté d’expression et de parole ; de 2,45 en journalisme professionnel et en matière de diversité des médias et pluralité de l’information ; de 2,02 en gestion des entreprises de presse et enfin de 2,6 en matière d’institutions et organisations professionnelles. Ce qui a valu au pays une moyenne globale de 2,43 sur 4 pour l’année 2015. C’est dire que le Burkina Faso a toujours des efforts à faire pour l’amélioration de sa liberté d’expression. « La liberté de presse ne s’use que lorsqu’on n’en use pas assez », a laissé entendre le Haut consultant à la rédaction du présent rapport, Koffi AMETEPE. Le pays doit régulièrement faire usage de cette liberté de presse afin d’imposer sa crédibilité sur le plan national et international.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Boycott Faso Foot : Fin du clash, balle à terre

Jordan MEDA

Burkina/Sécurité : “l’Etat est dans les zones les plus inaccessibles” (Laurence Ilboudo)

Jordan MEDA

Covid19 : le gouvernement au tableau pour présenter son plan de riposte

Jordan MEDA

Burkina :”Les travailleurs de l’action sociale ne sont pas des potiches” (Laurence Ilboudo)

Jordan MEDA

Fasofoot : le club des 08 campent sur leur pelouse

Jordan MEDA

Mali/Culture : l’artiste musicien Sidiki Diabaté en garde à vue pour violences

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR