Infowakat | Lutte contre le grand banditisme : Les Koglweogo traqueront toujours les malfrats jusqu’au dernier
Categories

Lutte contre le grand banditisme : Les Koglweogo traqueront toujours les malfrats jusqu’au dernier

Rasankande Naaba Sonré, Chef des Koglweogo

Les Koglweogo n’apprécient pas le comportement de certains agents de sécurité (la gendarmerie et la police) envers eux. Ils invitent donc ces forces de l’ordre et de sécurité à interdire le vol au même titre que les sévices corporels afin que la fin du vol mette fin aux sévices corporels qu’ils (les Koglweogo) infligent à certains « voleurs » ou « malfrats ».

Les Koglweogo sur toute l’étendue du territoire ont présenté leurs vœux au Mogho Naba ce samedi 10 février 2018. A l’issue de leur rencontre avec le Mogho Naba, l’empereur des Mossé a souhaité que ses hôtes travaillent en étroite collaboration avec les Forces de l’Ordre et de Sécurité dans la sécurisation des hommes et des biens. Le Rasankande Naba Sonré, Chef des Koglweogo a apprécié cette démarche du Mogho Naba mais, à l’entendre, les forces de sécurité ne souhaitent pas cette collaboration.

« Quand nous arrêtons des voleurs pour aller les remettre aux forces de sécurité, ils nous disent qu’ils ne les prendront pas sous prétexte que nous n’avons pas le droit d’arrêter un voleur, oubliant que le voleur n’a pas aussi le droit de voler. Nous avons plusieurs fois voulu remettre des voleurs aux gendarmes qui ont complètement refusés de les recevoir. Nous avons même voulu remettre un voleur à un gendarme afin qu’il le remette à la gendarmerie, mais la gendarmerie l’a libéré », révèle le chef des Koglweogo.

Mettre fin aux sévices corporels

Les Koglweogo pensent que la fin des sévices corporels doit être consubstantielle à la fin du vol sous nos cieux.  « Nous demandons aux gendarmes que désormais si nous venons leur présenter un voleur, qu’ils nous conseillent tous les deux. Dire au voleur qu’il est interdit de voler et nous rappeler que les sévices corporels sont interdits parce que si les sévices corporels sont interdits par la loi, le vol l’est aussi », rappelle le Rasakande Naba Sonré.

De la volonté de Lamine Soulama, Haut-Commissaire de la province du Houet, à vouloir faire disparaitre les Koglweogo de sa zone après leur « altercation », semble-t-il, avec les dozos de Karangasso Vigué, les Koglweogo estiment que ceux qui demandent leur déguerpissement doivent être à mesure d’empêcher les vols et de restituer en cas de vols, les biens aux légitimes propriétaires. A défaut de ça, ils disent continuer à protéger leurs biens et ceux des autres contre les éventuels voleurs.

Le Chef des Koglweogo précise que les malfrats seront toujours traqués jusqu’au dernier, n’en déplaise à leurs détracteurs. « S’il se trouve que c’est une personne qui nous a donné les biens, elle peut nous empêcher de les protéger. Mais si ce sont nos propres biens, cette personnes ne peut en aucun cas nous empêcher de les garder biens. Nous sommes contre les voleurs. S’il y a braquage aujourd’hui et que celui qui veut nous empêcher de garder nos biens se trouve parmi les braqueurs nous allons lui-même l’arrêter. Si des gens rentrent en infractions dans certaines cours  pour violenter des gens, nous allons les arrêter », a-t-il dit.

Armand Kinda

Infowakat.net

Commentaire (1)

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INFOWAKAT.NET