Actualité Articles Burkina Education Société

Mariage des enfants : Une campagne de Save the Children International pour y mettre fin

Ouagadougou a abrité la cérémonie de lancement officiel de la campagne pour la promotion de la fin du mariage des enfants ce mardi, 25 septembre 2018. Cette activité a été organisée par Save the Children International (SCI) en collaboration avec des associations nationales et elle vise à lutter contre le mariage des enfants.

La pratique du mariage d’enfants est devenue une problématique inquiétante pour le continent africain. C’est dans cette optique que Save the Children International a monté un programme structurel de communication de lutte contre ce phénomène au Burkina. La cérémonie de lancement de cette campagne de communication a été l’occasion de présenter le contexte national qui est marqué par un accroissement continue du mariage d’enfants. Avec une prévalence de 51,6% des femmes qui sont mariées avant l’âge de 18 ans, dont une femme sur 10 avant l’âge de 15 ans, le Burkina Faso tenait en 2017, la 5ème place mondiale sur ce phénomène. En plus d’être frappées par les activés des groupes armés extrémistes, les régions du Sahel et de l’Est ont les taux les plus inquiétants, respectivement 72% et 76% des femmes mariées avant 18 ans. Ce qui montre que cette campagne vient à point nommé.

Emilie Fernandes, Directrice pays de Save the Children International au Burkina, a indiqué que la cérémonie de lancement de cette campagne intervient dans un contexte national où la protection de l’enfant connait des défis majeurs. Selon elle, une étude menée par Save the Children International, montre que le Burkina Faso est considéré comme un pays où la plupart des enfants sont privés de leur enfance.  Ce qui reflète une nécessité d’opérer d’énormes efforts, pour induire un changement social, communautaire global. Cela, en vue d’assurer aux enfants du Burkina un épanouissement social, éducatif, sanitaire et économique.

Pour Emilie Fernandes, cette activité est un plaidoyer à l’endroit du gouvernement. Afin qu’il soit mis en place un environnement juridique et légal protecteur pour les enfants. A ce propos, elle estime que le gouvernement doit soutenir les associations qui œuvrent dans cette lutte. Pour elle, l’Etat doit investir dans l’éducation pour l’accès et le maintien des jeunes filles à l’école. Les chefs religieux, coutumiers, les parents et les enfants eux-mêmes ont été invités à contribuer pour mettre fin à cette pratique.

Welgo Oumou, représentante des enfants

Pour Welgo Oumou la représentante des enfants, le mariage des enfants est l’une des pires formes de violence faite aux enfants. Pour elle, le Burkina Faso est parmi les 5 pays de l’Afrique de l’Ouest où l’on pratique plus le mariage des enfants.

Du fait de la très grande prévalence des mariages des enfants, Welgo Oumou a interpélé les autorités et leaders d’opinion à mettre fin à cette situation. Les conséquences restent énormes pour la jeune fille. Elle s’exprime en ces termes : « Il faut du changement en laissant tomber les traditions archaïques. Il faut se mobiliser autour de la loi afin de monter l’âge du mariage à 18 ans dans le code des personnes et de la famille pour permettre à la jeune fille de jouir de tous ses droits ».

Bayala Mathias 

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Mali: l’armée française tue une femme pendant une poursuite

INFOWAKAT

Guinée : Des Burkinabè mis en accusation dans l’exploitation d’une mine

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR