Actualité Agriculture Articles Burkina

Ministère de l’Agriculture : Une pomme de discorde autour de la distribution d’intrants agricoles

Le Syndicat national des Travailleurs de l’Agriculture (SYNATRAG) a tenu un point de presse ce jeudi 21 juin 2018 à Ouagadougou pour « donner l’information juste » en ce qui concerne la pomme de discorde qui existe entre son ministère de tutelle et les techniciens de l’Agriculture sur la question de distribution des intrants agricoles pour cette campagne 2018-2019.

Le Ministère de l’Agriculture, semble-t-il, a fait comprendre à l’opinion que les agents de l’agriculture ont refusé cette année de contribuer à la distribution des intrants et équipements agricoles. Les militants du SYNATRAG, dans cette conférence de presse ont apporté un démenti à ces informations, précisant que « les agents de l’agriculture n’ont pas refusé de mener l’activité ». Dans son intervention, Der Richard André SOME, Secrétaire Général (SG) du SYNATRAG a expliqué que « la distribution des intrants agricoles et des équipements ne relève pas des attributions d’un agent », précisant que « l’agent fait  l’appui-conseil technique ». Sur cette base, dit-il, « on ne peut pas demander à un agent de mener une activité pour laquelle il n’est pas recruté ».

Si dans les années antérieures les agents du Ministère de l’agriculture contribuaient à la distribution des intrants et des équipements agricoles, c’était une manière d’ « aider l’Etat à pouvoir opérationnaliser la distribution ». Mais le ministère de l’agriculture avait délesté ses agents de cette activité pour la confier aux communes. « Le bilan a été désastreux »,  confie M. SOME, indiquant que pour la bonne marche de cette activité, le Ministère a encore fait appel aux agents « qui travaillent en tout état de conscience pour pouvoir (l’) aider en dépit du fait que cela ne relève pas de leurs attributions ». « Nous l’avons fait par patriotisme », martèle-t-il.

Der Richard SOME, SG du SYNATRAG

Ayant constaté que les choses sont revenus dans l’ordre, le Ministère a, l’année qui a suivi la gestion appréciable des agents, attribué cette activité à des structures privées. « Aujourd’hui ces structures doivent encore de l’argent à l’Etat », a révélé le SG du SYNATRAG.

Les agents ont encore été appelés à la tâche. Pour mener à bien cette activité, ils ont réclamé un minimum de conditions de travail au gouvernement. Il s’agit des frais de communication pour les sensibilisations et du carburant pour les déplacements. Des engagements ont été pris dans ce sens par le Ministère dans la sécurisation des magasins (pour se mettre à l’abri des vols) en prenant l’engagement de recruter des « gardiens » avant de commencer l’activité pour cette année. Sur la question du carburant, révèle M. SOME, le Ministère avait pris l’engagement d’échanger avec le Ministère de l’Economie et des Finances sur l’octroi des ristournes.

Ces revendications faites par les agents ont été perçues par le Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture, Alassane GUIRE, comme une manière pour ces agents de réclamer à leur tour le Fonds commun. « Nous ne parlons pas de Fonds commun. Nous parlons de conditions minimums pour que les agents puissent exécuter l’activité comme il se doit », a expliqué M. SOME, déplorant le fait que « la mauvaise foi couronnée d’une volonté manifeste de ne pas résoudre le problème est la plus ignoble jamais égalée au Ministère de l’Agriculture et de l’Aménagement Hydraulique ».

Ainsi, à en croire les conférenciers, le Ministre Jacob Ouédraogo, au lieu de travailler à l’application des accords de négociation, à plutôt opté, avec la complicité de son collègue de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, pour un plan B, à savoir confier la gestion des intrants aux Préfets, maires et organisations paysannes.

Les techniciens de l’agriculture, réunis autour du SYNATRAG ont rejeté ce nouveau mécanisme et expriment leur attachement à la définition d’une véritable politique agricole au Burkina Faso.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

La France lance un satellite militaire dernière génération

INFOWAKAT

La Turquie expulse l’ambassadeur français pour son soutien à un opposant politique

INFOWAKAT

Fespaco 2021: L’étalon d’or de Yennenga revient à la Somalie

INFOWAKAT

Politique : Blaise Compaoré appelle à la retenue suite à la suspension de 03 camarades du CDP

INFOWAKAT

Namounou: Des écoles incendiées par des HANI

INFOWAKAT

Boucle du Mouhoun: 01 soldat blessé dans une attaque à Djibasso

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR